» Love Who Loves You Back » clip by Tokio Hotel


Une semaine à peine s’est écoulé après la dernière chanson de Tokio Hotel, deux semaines avant la première. Et voilà que nous apprenons, non seulement qu’ils ont l’intention de faire une tournée de promotion mais aussi reviennent en Europe, que le nouveau clip est dévoilé via leur page facebook

Le moins que l’on puisse dire , c’est qu’ils ne font pas dans la légèreté ! La pochette du single  » Loves Who Loves you back » nous annonçait déjà le thème de la chanson : le sexe ! Qui plus est, c’est un thème vraiment présent dans le dernier clip ! Bill est la personne centrale de la vidéo, avec des plans tantôt sur ses musiciens, tantôt sur lui.

Je me suis dit que le clip représentait une énorme partouze dont il serait l’organisateur. C’est peut-être aussi un aperçu de la vie qu’ils ont eu pendant 4 ans, à Los Angeles ! Les filles s’embrassent, les hommes aussi et Bill est au milieu, tel sa majesté !

Et le message que semble transmettre la vidéo est le suivant :  » Carpe Diem » Aimez-vous comme vous êtes. Bill aussi montre qu’il prend une personne pour ce qu’elle est , peu importe son sexe et le fait que ce soit une fille ou un garçon . De toute façon, c’est bien simple: au sein du clip, tout le monde fait l’amour, c’est une partouze gigantuesque!

c’est sans surprise que je découvre ce nouveau clip avec la très forte impression que Tokio Hotel veut conquérir un public plus large et pousse la porte d’univers musicaux inconnus.

Il y a des plans où on voit Tom jouer de la guitare, Gustav jouer en rythme avec sa batterie et Georg avec sa basse . Pour toutes celles qui se disaient que le retour se ferait uniquement parce que Bill et Tom seraient mis en valeur ! Eh bien, non la preuve !

Tout se fait en douceur, d’abord avec la ballade au piano et ensuite, avec des titres un peu plus péchu et pop.

j’aime beaucoup le dernier clip, il est classe ,sexy, trash sans être trop vulgaire !

Tokio Hotel sera à Paris la semaine prochaine , avec pour mission la promotion du nouvel album. On a hâte de les revoir, et je pense que les fans les plus fidèles seront au RDV ! En tout cas, j’y serais moi aussi et j’espère que cet album touchera un large public !

Faîtes l’amour plutôt que la guerre, non ? Imprégnez-vous du message de la vidéo !
Le clip est directement inspiré d’une oeuvre de la littérature allemande  » Le parfum », n’hésitez pas à aller le lire

Publicités

« Songs of love and protest » By David Carroll

Un petit article express s’impose :

david-carroll2

Hier soir, quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai vu que l’on m’avait envoyé le dernier album de David Carroll. En effet, ça a été une vraie surprise pour moi que de voir que l’on me considérait en tant que professionnelle.

J’ai eu un vrai coup de coeur pour cet album en l’écoutant. David Carroll est un musicien irlandais, né à Dublin.En pleine révolution Folk, avec un père écrivain d’origine américano-irlandais et d’une mère polyglotte, rousse et hippy.  Je pense que cela a fortement influencé son style musical.

c’est en 2009 qu’il compose son premier album « The Guest » avec un style folk-rock. Il a autoproduit cet album sous son propre label  » Milk Music » . Après quatre ans de tournée , en solo et avec son groupe  » The Migrating Fellows », il s’est dit qu’il était temps de se poser pour produire . Eh bien voilà, à ce jour, nous avons cette petite pépite qui est vraiment très bien travaillée. Il a déja fait le tour du monde, allant de l’Europe aux USA , son passage à Paris a notamment été remarqué à MontMartre .

Les textes sont très bien travaillés et les chansons qui composent l’album ont des styles qui varient entre le jazz et l’électro.  C’est un album très diversifié musicalement  où chacun peut y trouver son bonheur.

la chanson qui me fait vibrer n’est autre que « Holding on to love » qui est vraiment super avec cette petite touche électro qui fait toute la différence. Certaines chansons invitent à la danse et à lâcher prise sur la vie.

C’est vraiment sympa à écouter ! Et je vous le conseille vivement  si vous avez besoin de décompresser après une dure journée ! Il vous emmènera dans son univers où règle le « Carpe Diem »

 » Love Who Loves You Back » by Tokio Hotel

Tokio Hotel

Je soutiens ce groupe depuis toujours. Au début leur sons était rock. De Zimmer 483 en passant par Humanoid pour au final arriver à « Kings Of Suburbia »enregistré la nuit à Los Angeles, il y a eu une énorme évolution musicale.

C’est un son relativement plus adulte, qui vise un public beaucoup plus large. Le morceau  » Girl Got A Gun » a bénéficié d’un clip assez trash et était une chanson plutôt pop.

La dernière à être sortie à savoir  » Love Who Loves You Back » est très différente des précédentes. ce n’est ni une chanson à voix, ni une chanson relativement pop. Non, il s’agit d’un titre plutôt jazz avec des arrangements musicaux qui pourraient ressembler à de la musique d’ambiance. Mais c’est beaucoup plus pop qu’avant, en tout cas c’est un nouveau style musical qu’ils comptent explorer.

Je serais derrière eux !

C’est officiellement le premier single de l’album, qui a une pochette plus que subjective car il s’agit d’une main qui tire sur une souris d’ordinateur . On a tout de suite penser que cela avait une connotation sexuelle.

Et d’ailleurs, n’est-ce pas l’effet recherché ? Qu’on se le dise, le groupe a énormément changé en quelques années .

Ce qui est sûr, c’est qu’ils sont prêts à tout pour reconquérir un public digne de ce nom. Allant de la provocation à un style musical totalement différent. La voix de Bill a bien évolué, quelque peu retouchée peut-être mais ça n’en reste pas moins agréable à écouter .

Ils seront en séance de dédicace le 9 octobre à la Fnac St Lazar et j’ai prévu d’y aller. Il y aura beaucoup de mondes mais je ferais en sorte de tirer mon épingle du jeu

Comme toujours !

Axel Bonnet : Jeune et talentueux créateur en vogue

Axel Bonnet - Création

En cette veille de cours, j’ai décidé de faire un petit article que je prévoyais depuis un petit moment.  Cette semaine avait lieu la Paris Fashion Week, eh bien pour en fêter la fin dignement, je vous propose un article sur un jeune créateur que j’ai rencontré à la Vogue Fashion Night Out .

Il s’agit d’Axel Bonnet , un jeune créateur déjà repéré par la VFNO et BFMTV pour son premier « défilé  sauvage « en 2011. La chaîne de Télévision a diffusé son défilé et le célèbre magazine Vogue lui a dédié une photo. Mais qui est Axel Bonnet ? C’est un créateur de 19 ans qui, cette année, s’était associé à la VFNO pour la quatrième fois.

Il s’est aussi associé à la marque Carita, une marque de cosmétiques de luxe . Quoi de mieux pour toucher à tous les domaines qui tournent autour de la création ! Gros coup de coeur Fashion pour moi, dans tous les cas. Et pour vous ?

Ses créations sont teintés de modernité et de minimalisme.  Ses créations se veulent élégante . Cette année, ses créations jouaient sur les couleurs.

Des photos de lui ont également été publiés sur le site de Glamour, une nouvelle fois dans le magazine Vogue et il a fait un passage sur la chaîne de TV de Vogue.

Le monde de la mode est presque à ses pieds. Ce garçon est du coup, très intéressant. Surtout pour moi qui m’intéresse à la création artistique vue par la jeunesse.

Pour ma part, je suis tombé sur lui un peu par hasard, en découvrant ses mannequins et ses créations ( qui sont, Oh Mon Dieu, vraiment très très belles). à mon humble avis, c’est un mélange entre l’élégance de Chanel et les couleurs de la marque Desigual mais Axel a sa propre identité artistique.  Il fait de la haute  Couture à tout juste 19 ans .

Pas de doute, il ira loin dans sa carrière et c’est bien parti en tout cas !

Live-report : Jérémy Kapone au Bus Palladium le 26 septembre 2014

JK

3 mois à peine se sont écoulés avant que je ne puisse revoir Jérémy Kapone en live. ça ne m’a pas paru très long… mais il fait partie de ces artistes pour qui j’ai un coup de coeur un jour et que je continue à suivre par la suite.

Si vous suivez mon blog depuis un moment et si vous suivez mes petites aventures, vous savez que j’ai interviewé Jérémy Kapone en juin lors de son concert au trois Baudets, pour son grand retour musical

Bon, c’est vrai le concert ( du moins sa partie) a commencé à 22 h mais c’était fun ! Dés que je suis arrivée sur place, le père de Jérémy m’a reconnu ( à qui je fais des bisous si jamais il passe en lisant ces lignes) mais aussi Djemba, son guitariste et bien sûr, Sacha Spinoza que j’avais déja croisé au Trois Baudets.

C’est un plaisir que de retrouver ces quatre musiciens sur scène, surtout que cette salle-là pouvait accueillir autant de monde qu’au Trois baudet mais étrangement, je pense qu’il y avait plus de monde ce soir.

La set -liste était un peu différente que celle des trois baudet, il y a sans doute eu des nouveaux titres, car au son de la mélodie, je reconnaissais chaque chanson. Jérémy donne toujours autant d’énergie sur scène, il n’hésite pas à partager des solo avec Andrew et Djemba. Je n’oublie pas Ceolio, bien entendu, derrière sa batterie, qui était en rythme et qui nous a fait passé un excellent moment tous ensembles ( D’ailleurs, qui m’a aussi reconnu pour me saluer, et j’ai été touché par son geste). Si jamais vous allez voir Jérémy Kapone en concert, assurez-vous d’être prêt à recevoir une bonne dose de rock’n’roll français car ce jeune homme-là, à 23 ans, est très talentueux.

La set-list était plus qu’originale car Andrew me l’a gentiment donner une fois la prestation terminé :
Au Bout du fil
Bouteille à la mer
à ce moment-même
Deboires
Ton coeur, ton âme et tes dix doigts
10 h43
Rien ne mourira
J’appelle
(Rappel)
Demi-Lune
Hey Hey My My( Reprise)

En dehors de  » J’appelle  » qui est évidemment un de mes gros coup de coeur, je pense que j’ai une préférence pour Demi-Lune qui est assez rock et qui envoit sur scène. En plus, j’aime énormément les paroles. Mais bien sûr aussi pour  » Ton coeur, ton âme et tes dix doigts » dont Jeremy m’avait expliqué la signification, que j’avais trouvé juste d’ailleurs et dont je me sentais plus ou moins concernée.  » à ce moment-même » est aussi une de mes chansons préférées, j’ai vraiment hâte que l’album sorte !

Jérémy Kapone, c’est un artiste rock’n’roll qui vit, qui cueille le jour à petites doses et qui se contentent de vivre le moment présent. Et je pense que ça se ressent également dans ses chansons, c’est une des choses que j’aime chez lui

Andrew m’a aussi dit qu’il avait lu mon interview, l’avait trouvé géniale et originale. Jérémy aussi me l’avait dit. Vous n’imaginez même pas à quel point ça me fait plaisir que des musiciens me le disent, c’est ce genre de choses qui m’encouragent à continuer et à toujours aller plus loin. Si vous n’êtes jamais encore aller le voir en concert, ajoutez la prochaine date dans votre agenda !

C’est le concert de la rentrée et c’était ouf ! Le public était à fond, l’ambiance était là, on sentait la présence des artistes, c’était vraiment géniale.

Jérémy est toujours aussi adorable, ouvert aux autres, un véritable amour ! Aussi gentil que talentueux donc !

Darwing Higgs

Darwin Higgs

Ce soir, je vous propose de découvrir un groupe que j’ai rencontré et découvert lors de la fête de l’huma.  Je voulais faire cet article depuis un moment mais avec la reprise des cours, l’actualité à surveiller, la musique , je n’ai vraiment pas eu le temps.

Ce groupe est originaire de la région de la  Vendée, et ils jouaient sur le stand PCF ( Partie communiste français). Ce groupe aux sonorités plutôt métalleuse est très bon, surtout en live, c’était un de mes coups de coeur dont je voulais vous parler et que je vous conseille d’aller découvrir .

Sur youtube, j’ai trouvé la chanson « Song for porn » que j’aime bien écouter, elle sonne rock avec un soupçon de métal mais c’est plutôt sympa.  C’est du rock’n’roll et c’est cool de voir qu’il existe des groupes comme ça en France. Je pense que c’est une belle découverte .

Le groupe est composé de Jérôme (bassiste), Etienne ( guitariste), et Arnaud décident de mettre leurs expériences en commun, tous issu du métal extrême.

En 2010, Thomas (guitariste/chanteur) aux influences résolument grunge . Cette venue détourne le groupe  vers un son moins métal. Pourtant, je trouve que les mélodies ressemblent plus à du métal qu’à autre chose, mais j’aime ça !

Mais il leur a fallu plusieurs mois de recherches avant de se trouver vraiment musicalement.

Je pense très sincèrement que ce genre de groupe mérite d’être connu en France, le métal est un genre musical souvent réservé aux anglais/américains alors quand le métal saisie les français, je dis oui !

ITW with Victoria

Filles à make-up

Bonsoir, en ce début de soirée, je vais poster un article un peu particulier. Il y a une première fois à tout, me direz-vous. Il s’agit de l’interview d’une jeune bloggeuse/ youtubeuse mode que j’ai réalisé via message avec elle. Ce ,n’est autre que Victoria, une jeune étudiante originaire du sud de la France, étudiante en économie. Elle est belle, a l’air adorable et elle est géniale en vidéo. de plus, son blog est top, elle nous fait aussi part de ses expériences qui ont l’air de lui prendre beaucoup de temps.

Bonjour Victoria, présente-toi

Je m’appelle Victoria,j’ai bientôt 21 ans, je suis étudiante en économie-gestion dans le sud de la France. Je suis la rédactrice de mon blog lifestyle et j’anime aussi ma chaîne youtube.

Depuis combien de temps fais-tu des vidéos ?

Je fais des vidéos depuis environ 3 ans, pareil pour mon blog. Mais ça n’a pas toujours été régulier, surtout pour mon blog que j’ai repris en main il y a quasiment un an maintenant.

Qu’aimes-tu faire avec tes vidéos ?

J’aimerais donner confiance aux gens , que cela soit via mon blog ou mes vidéos. Certes, je parle souvent mode et beauté mais j’essaye d’aider en abordant des thèmes qui nous concernent tous : la confiance en soi, la timidité, avoir son premier copain, mon expérience du permis de conduire. Par mes expériences, j’espère aider, au moins un peu.

Qu’aimes-tu dans la mode ?

La mode est pour moi un formidable moyen d’expression. Je pourrais passer des heures, à Londres par exemple, à regarder les personnes en analysant leurs tenues et en imaginant ce qu’elles font dans la vie, leur personnalité,… c’est passionnant !

Penses-tu que tes études dans la gestion de tes vidéos ?

Alors, là pas du tout du tout ! En effet, étant en économie, ça n’a pas vraiment de rapport avec les vidéos. Mais je parle beaucoup de mes études dans les vidéos à l’inverse !

Quelles sont tes passions ?

Oh ! Il y en a beaucoup : la lecture, la photographie, voyager,.. Je suis quelqu’un de très curieuse en général. Surtout m’intéresser aux autres et internet est un super vecteur pour cela quand on ne peut pas se permettre de voyager tout le temps en étant étudiante.

As-tu déja été reconnue dans la rue ?

Oui, déja ! Rarement mais c’est arrivé. C’est un peu génant pour moi étant plutôt timide et n’ayant pas l’habitude d’être reconnue. Mais c’est quand même super de pouvoir mettre des visages sur des pseudos, de papoter,… une belle expérience, vraiment !

Qu’est-ce qui t’a donnée envie de faire des vidéos ?

Regarder les autres faire, j’imagine. J’ai voulu ajouter mon petit grain de sel.

Merci du temps que tu as pris pour répondre à mes questions.

Pourquoi je l’aime ? Parce qu’elle est naturelle et qu’elle parle avec sincérité

« Run Run Run » VS  » Girl Got A Gun »: Le retour de Tokio Hotel

TH

Depuis quelques temps, le retour s’annonçait pour le groupe Tokio Hotel.Surtout à travers les réseaux sociaux et la chaîne youtube officielle du groupe.

Ils avaient bien démarrés avec le clip de  » Run Run Run » une simple chanson à voix, avec juste un piano. Filmé en noir et blanc, on voit uniquement les jumeaux. La chanson était une ballade romantique chanté en anglais. Le second clip, en revanche, fait beaucoup plus parlé de lui.

Ils ont décidés, pour le second clip, de mettre les femmes en valeur avec des armes en plastique et des corps pas forcément avantageux physiquement. Mais encore une fois, c’est assez osé . Tout d’abord le message est le suivant : les hommes ont tendance à prendre les femmes pour des connes avec des physique à la plastique avantageuse. Mais du coup, les femmes se rebellent.

C’est un message pleins de féminisme. Certaines ne seront pas d’accord avec moi mais je trouve l’idée plutôt sympa et cool. Je suis presque certaine que le but de la vidéo n’était pas de mettre le groupe en valeur mais le message. D’accord, le clip a été censuré sur le compte officiel du groupe mais non-censuré sur celui du réalisateur.

C’est trash et sexy ! Je pense que toutes ces années où le groupe a tourné des clips où ils se mettaient en valeur ( ou, dernièrement, pour Humanoid, leur fans) leur a donné envie d’aller plus loin et de repousser les limites à chaque fois.

Déjà pour  » Run Run Run » c’était plutôt surprenant que la vidéo soit filmé ainsi mais là, c’est waouh! Pour ma part, j’aime beaucoup, cela change et ça montre aussi que le groupe est capable de se démarquer et d’évoluer.

ITW with Guts , DJ -producer

Guts

Lors de la soirée de lancement de l’album, j’ai réussi à choper Guts et à décrocher une interview pour le lendemain. Le samedi après-midi, nous nous retrouvions pour une vraie rencontre humaine sur les bords de seine du Canal st Martin à Paris.

Bonjour Guts, présente-toi sous ta véritable identité. Car je pense que ce n’est pas ton vrai nom.

Ah ! Mais je ne me présente pas sous ma véritable identité. Je me présente en tant que musicien et producteur. Ce n’est pas ce que je suis qui est intéressant mais ce que je fais. Je suis beatmaker ( compositeur) et collectionneur de disques en plus d’être DJ.

Que veux dire le mot Guts ? Pourquoi l’avoir choisi en tant que nom de scène ?

Guts, à la base, je l’ai trouvé à l’époque des années 80, au début du mouvement hop-hop. J’ai ouvert un dictionnaire et j’ai trouvé ce mot qui veut dire  » les tripes » donc je me suis attribué cette signature. Genre DJ Guts, et maintenant c’est seulement Guts car je suis avant tout Beatmaker. Ce sont ceux qui vont composer la musique sur laquelle les rappeurs vont poser leur voix mais depuis une dizaine d’années, il y a de plus en plus de beatmaker qui font seulement de la musique instrumentale.

Tu vis à Ibiza, pourquoi ? à cause du style de vie ou de l’ambiance ?

D’abord, c’est grâce à mon père qui vivait à Ibiza et j’allais lui rendre visite chaque année. Je vivais donc à Paris avec ma maman. Et à force de lui rendre visite et d’y aller, je suis tombé amoureux de cette île et j’ai décidé de m’exiler en 2007. J’ai choisis d’aller vivre à Ibiza et le fait d’y vivre, je suis littéralement tombé amoureux de l’île. Je pense avoir trouvé mon havre de paix, mon paradis et je pense que je ne reviendrais pas dans une grande ville ou dans une grande métropole.

C’est un peu comme ma vision des choses. Ibiza, c’est un peu comme mon jardin d’Eden. Il y a la tentation et le paradis. D’un côté, les boîtes  de nuit et la drogue et de l’autre le paradis, avec les plages et les criques.

J’ai une vision d’Ibiza en corrélation avec le paradis. Je ne suis pas proche du milieu clubbing, je ne suis pas trop fan de leur musique, un peu pour la house et l’électro mais pas plus que ça. J’aime Ibiza pour sa douceur et sa qualité de vie. Ainsi que sa tranquillité.

On m’a parlé d’un concept hier soir  » Pura Vida », c’est un mot espagnol. Explique-toi

En fait, ça vient du Costa Rica. J’y suis allé trois mois et au lieu de se dire bonjour et au revoir, ils se souhaitent une pure vie. Et j’ai trouvé ça génial. Il y a une vraie douceur de vie, les gens sont en corrélation avec la nature et la faune. En rentrant, j’étais imprégné de cette philosophie et j’y pensais souvent, j’avais ce mot qui revenait souvent en tête donc c’est comme ça que c’est devenue ma signature. J’ai contacté Mambo pour qu’on travaille ensemble, je lui ai dit qu’on formerait un duo. Il s’occupe de tout ce qui est graphisme, visuel et dessin. Moi, de la musique.

Tu sors ton nouvel album, que j’ai commencé à écouter et j’aime bien. Pensais-tu à la réaction du public ? Et pourquoi le hop hop ?

Je ne me souci pas du public mais il a été bien accueilli, je n’ai que des bons retours, le label est super content parce qu’il y a une effervescence autour de cette sortie. Beaucoup de journalistes me sollicitent. Certains titres de l’album sont diffusés à la radio.  Comme Fip, France Inter, RadioNova, Le Mouv’ et j’en passe.

Le Hip-hop est la base de ma musique, c’est toute cette musique de New York qui m’a construit, c’est ma culture musicale. C’est un courant musical que j’ai découvert à la fin des années 80.

Le hip-hop, c’est un peu comme la street-dance, n’est-ce pas ?

En fait, le hip-hop au départ, c’est un mouvement urbain. Le rap, qui est le fait de s’exprimer verbalement et vocalement, les graffitis , qui sont les moyens de s’exprimer visuellement. Les DJ, la danse, comme tu dis, et les Beatmaker qui sont une façon de s’exprimer musicalement. Tu vois, il y a pleins de disciplines.

Qu’est-ce que tu penses du concept  » Carpe Diem » qui consiste à vivre nos instants présents

J’adore. cela fait parti du concept  » Pura Vida », ça devrait être la base de notre philosophie. C’est un épanouissement et une harmonie. C’est plus jouissif dans nos rencontres, dans la communication que nous avons avec les autres, c’est aussi ce qu’on recommande à ceux qui sont dépressifs et anxieux, on leur dit : « Arrêtez de penser au passé et de prévoir l’avenir, profitez du présent ». Globalement, c’est une vraie philosophie qui est certainement, la meilleure qui soit.

Merci beaucoup pour cette Interview. cela a été un réel honneur et ce fut un vrai plaisir

Mais de rien, merci à toi.

DJ Guts : Celui qui nous fait voyager

DJ

Vendredi soir, j’ai été invité à la soirée de lancement du nouvel album de DJ Guts. UN DJ -producteur qui mélange sons hip-hop, et musique d’ambiance avec, entre autres, quelques rappeurs. à première vue, ça ne me ressemble pas trop. Pourtant, j’ai fait deux ans de hip-hop au lycée et je suis restée assez familière avec le style.

DJ Guts, c’est quoi ? C’est un producteur français installé en Espagne, sur la chouette petite île d’Ibiza, qui collectionne aussi les disques, qui produit et qui collabore avec des rappeurs. Il reste assez discret sur qui il est et sur sa vie privée. Il privilégie l’art et la composition .
Pourquoi j’aime ? Parce c’est différent et original.Il me l’a dit lui-même : Il cultive sa différence et ça, j’aime. Quoi de mieux pour me faire craquer musicalement ?

Je me suis arrangé pour être au premier rang du concert, au pied de la scène ( Haha ! Je dois avoir un ange gardien pour faire ce genre de trucs parce que même moi , je me demande comment je fais ).

Au sein de l’album, toutes les collaborations sont plutôt cool. Chaque rappeur a quelque chose de différent, quelque chose à apporter à l’album. Bon, celle qui m’a le plus éclaté, c’est « Want it Back » et même lorsque l’on écoute l’album, on se rappelle de l’énergie qu’elle avait et qu’elle transmettait. Guts a une vision bien précise de voir la vie, c’est-à-dire « Pura Vida »qui signifie en français « une vie pure ».

J’aime bien ce concept, c’est aussi une bonne façon de se dire que la vie est belle et que ça ne sert à rien de se plaindre, il faut avancer.

« I’m a king, I’m a Queen and I want Everything », C’est certainement la phrase qui m’a le plus marqué durant cette soirée et que le public prenait plaisir à reprendre en choeur.

Il est très connu. Il passe sa vie entre Ibiza et Paris mais il s’est installé à Ibiza où il a, m’a-t-il expliqué, trouver son havre de paix et son paradis. Comme je le comprends ! Pendant une fraction de seconde, il m’a quasiment transporté.

J’ai aussi un coup de coeur pour  » We are All Africains » qui me transporte et me fait voyager. L’album ne comporte pas seulement des rappeurs, sur  » Man Funk » on pourrait presque une composition de jazz. J’adore cette diversité musicale que l’on peut trouver.

Je vous conseille vivement d’aller le découvrir, surtout qu’il est très gentil. Il sera en concert le 19 novembre à Paris à la maroquinerie.