ITW with Guts , DJ -producer

Guts

Lors de la soirée de lancement de l’album, j’ai réussi à choper Guts et à décrocher une interview pour le lendemain. Le samedi après-midi, nous nous retrouvions pour une vraie rencontre humaine sur les bords de seine du Canal st Martin à Paris.

Bonjour Guts, présente-toi sous ta véritable identité. Car je pense que ce n’est pas ton vrai nom.

Ah ! Mais je ne me présente pas sous ma véritable identité. Je me présente en tant que musicien et producteur. Ce n’est pas ce que je suis qui est intéressant mais ce que je fais. Je suis beatmaker ( compositeur) et collectionneur de disques en plus d’être DJ.

Que veux dire le mot Guts ? Pourquoi l’avoir choisi en tant que nom de scène ?

Guts, à la base, je l’ai trouvé à l’époque des années 80, au début du mouvement hop-hop. J’ai ouvert un dictionnaire et j’ai trouvé ce mot qui veut dire  » les tripes » donc je me suis attribué cette signature. Genre DJ Guts, et maintenant c’est seulement Guts car je suis avant tout Beatmaker. Ce sont ceux qui vont composer la musique sur laquelle les rappeurs vont poser leur voix mais depuis une dizaine d’années, il y a de plus en plus de beatmaker qui font seulement de la musique instrumentale.

Tu vis à Ibiza, pourquoi ? à cause du style de vie ou de l’ambiance ?

D’abord, c’est grâce à mon père qui vivait à Ibiza et j’allais lui rendre visite chaque année. Je vivais donc à Paris avec ma maman. Et à force de lui rendre visite et d’y aller, je suis tombé amoureux de cette île et j’ai décidé de m’exiler en 2007. J’ai choisis d’aller vivre à Ibiza et le fait d’y vivre, je suis littéralement tombé amoureux de l’île. Je pense avoir trouvé mon havre de paix, mon paradis et je pense que je ne reviendrais pas dans une grande ville ou dans une grande métropole.

C’est un peu comme ma vision des choses. Ibiza, c’est un peu comme mon jardin d’Eden. Il y a la tentation et le paradis. D’un côté, les boîtes  de nuit et la drogue et de l’autre le paradis, avec les plages et les criques.

J’ai une vision d’Ibiza en corrélation avec le paradis. Je ne suis pas proche du milieu clubbing, je ne suis pas trop fan de leur musique, un peu pour la house et l’électro mais pas plus que ça. J’aime Ibiza pour sa douceur et sa qualité de vie. Ainsi que sa tranquillité.

On m’a parlé d’un concept hier soir  » Pura Vida », c’est un mot espagnol. Explique-toi

En fait, ça vient du Costa Rica. J’y suis allé trois mois et au lieu de se dire bonjour et au revoir, ils se souhaitent une pure vie. Et j’ai trouvé ça génial. Il y a une vraie douceur de vie, les gens sont en corrélation avec la nature et la faune. En rentrant, j’étais imprégné de cette philosophie et j’y pensais souvent, j’avais ce mot qui revenait souvent en tête donc c’est comme ça que c’est devenue ma signature. J’ai contacté Mambo pour qu’on travaille ensemble, je lui ai dit qu’on formerait un duo. Il s’occupe de tout ce qui est graphisme, visuel et dessin. Moi, de la musique.

Tu sors ton nouvel album, que j’ai commencé à écouter et j’aime bien. Pensais-tu à la réaction du public ? Et pourquoi le hop hop ?

Je ne me souci pas du public mais il a été bien accueilli, je n’ai que des bons retours, le label est super content parce qu’il y a une effervescence autour de cette sortie. Beaucoup de journalistes me sollicitent. Certains titres de l’album sont diffusés à la radio.  Comme Fip, France Inter, RadioNova, Le Mouv’ et j’en passe.

Le Hip-hop est la base de ma musique, c’est toute cette musique de New York qui m’a construit, c’est ma culture musicale. C’est un courant musical que j’ai découvert à la fin des années 80.

Le hip-hop, c’est un peu comme la street-dance, n’est-ce pas ?

En fait, le hip-hop au départ, c’est un mouvement urbain. Le rap, qui est le fait de s’exprimer verbalement et vocalement, les graffitis , qui sont les moyens de s’exprimer visuellement. Les DJ, la danse, comme tu dis, et les Beatmaker qui sont une façon de s’exprimer musicalement. Tu vois, il y a pleins de disciplines.

Qu’est-ce que tu penses du concept  » Carpe Diem » qui consiste à vivre nos instants présents

J’adore. cela fait parti du concept  » Pura Vida », ça devrait être la base de notre philosophie. C’est un épanouissement et une harmonie. C’est plus jouissif dans nos rencontres, dans la communication que nous avons avec les autres, c’est aussi ce qu’on recommande à ceux qui sont dépressifs et anxieux, on leur dit : « Arrêtez de penser au passé et de prévoir l’avenir, profitez du présent ». Globalement, c’est une vraie philosophie qui est certainement, la meilleure qui soit.

Merci beaucoup pour cette Interview. cela a été un réel honneur et ce fut un vrai plaisir

Mais de rien, merci à toi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s