Le mythe de la ballerine Repetto

repetto

Qui n’a jamais eu de ballerines Repetto à ses pieds ? J’avoue que j’en possède une paire que j’adore et que je trouve très confortable alors j’ai décidé de vous en parler mais de vous raconter une histoire autour de ces chaussures  . Mais vous savez, aujourd’hui, les ballerines Repetto , peuvent se porter en ville . Mais avant ? Petit rappel historique

Tout à commencer en 1947 , Rose Repetto est née en 1907 à Milan et c’est cette année-là qu’elle a crée des chaussons de danse à destination de son fils, Roland, jeune danseur. Celui-ci revenait avec les pieds meurtri de ses répétitions de danse.  Donc sa mère se charge de lui coudre des chaussons. Une technique innovante, me direz-vous.  C’est quand même plutôt pratique.  C’est à partir de ce moment-là que sa mère ouvre des ateliers pour commencer à coudre de nouvelles paires. La créatrice s’appelant Rose Repetto, elle a ainsi donné son nom à ses créations qui est devenu une référence dans le monde de la danse classique.  L’atelier ouvre ses portes pas loin de l’Opéra Garnier à Paris, là où son fils pratique la danse également, et il deviendra l’un des plus grands danseurs français du XX eme siècle.

Beaucoup de ses collègues vont contribuer à la renommée mondiale de la marque en s’approvisionnant en chausson chez Madame Repetto.  Roland Petit est donc une légende de la danse classique, en plus d’avoir été le fils d’une créatrice maintenant mondialement connu.

Les plus grands danseurs ont portés  les chaussons répété, il y a même eu une publicité qui disait  » La danse, c’est…. Repetto » . D’ailleurs, en 2009, Karl Lagerfeld a travaillé avec Repetto pour créer des chaussures à talons agrémentés d’un tutu au niveau de la cheville , digne d’une danseuse classique. Pour bien rappeler le lien entre le styliste et la danse. Décidément, Karl Lagerfeld travaille avec beaucoup de monde, on le voit évidemment partout, mais c’est sympa !

Mais d’où vient le mythe ? Il est né dans les années 70, au moment où l’actrice Brigitte Bardot s’apprête à tourner dans le film  » Et Dieu créa la femme » , elle demande ainsi à Rose Repetto de lui confectionner des chaussons qu’elle pourra porter, autant pour se balader que pour danser. Le mythe est né, dans le film l’actrice porte des chaussons digne des pantoufles de Cendrillon, la chausson quitte un instant l’univers du ballet classique pour se plonger dans un atmosphère plus urbain. C’est un succès fou pour Repetto, qui continu sur cette lancée.

Aujourd’hui, Repetto est devenue bien plus qu’une simple référence dans la danse classique puisqu’elle confectionne des sacs à mains, bougies, parfums, vêtements, et j’en passe.  C’est devenu une marque de luxe à part entière.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s