Asagaya à l’international

Asagaya Vous le savez, je me balade souvent entre deux styles. Je suis allé faire un tour au concert de Asagaya, DJ que j’avais déjà eu l’occasion d’interviewer , mais pas encore de voir en concert. Le lieu du bar international se situ dans un quartier de Paris en face d’un disquaire ( la preuve que les vinyles sont en train de revenir à la mode)  et le concert se déroule dans une sorte de cave, un bar en face . Je prends mes marques, surtout au pied de la scène.  Dés que j’arrive, Dalila me saute dessus :  » Hey ! Daphné, ça va ? ça fait longtemps !  » Surprise, mais quel plaisir de la revoir. Ce soir, Asagaya mixe avec deux autres artistes : Mary-May ( que je connais déjà très bien parce qu’elle chante souvent les titres de Guts) et et Racecar, un chanteur américain ( que je connais déjà aussi, donc, puisqu’il a eu l’opportunité d chanter quand Asagaya a fait la première partie de Guts à la Cigale) Et c’est parti pour une soirée  » Carpe Diem » avec un public réceptif et des artistes  qui ont du talent. Et c’est parti pour le  » Mother Fucking Bitch » de Racecar avec un public réceptif. J’aime bien les compositions de Asagaya , on oscille entre le rap et le rock. Certains morceaux sont plus hard rock que les autres mais j’aime ces influences-là, j’ai l’impression d’être dans mon univers. On note la bonne ambiance, les chants du public, Asagaya est un homme mystérieux, mais qui laisse son talent s’exprimer.

C’est pour ça que j’apprécie cet artiste. Bon, par contre, public légèrement alcoolisé mais c’est marrant, je ressens de l’énergie, si puissante que j’en perds mes mots et que je ne sais comment décrire La seconde voix de la soirée, c’est Mary-May qui bouge  comme une déesse sur scène. Timide malgré elle, elle cache bien son jeu. Racecar descend dans le public, s’approche de moi, me prend à part avant de me relâcher. Il joue son album plus 2 et 3 autres nouveaux titres.  Ce disque  est un voyage, celui d’un personnage qui rencontre des gens, et ces rencontres le font évoluer. Un peu comme dans la vie. L’album  » Light of the dawn » est une vraie merveille, produit par Guts, sur le label Open Side Music, il mérite clairement d’avoir du succès.  D’ailleurs, cet album est inspiré directement des U.S.A et de l’atmosphère que l’on y trouve musicalement.

Mary-May chante à merveille  » The nature of créature » en featuring avec Racecar.  Derrière ses platines, Asagaya sait choisir les bons chanteurs qui le mettront en valeur, lui et sa création.  On danse, on chante, il y a une bonne ambiance , c’est cool !  J’aime bien ce titre parce qu’il me donne envie de  danser et il me fait me sentir bien.  Sa voix est si enchanteresse. On stresse tous un peu avant de monter sur scène, mais elle, elle ne le fait pas ressentir, elle transmet du positif.  Elle vient de Paris mais elle a la voix d’une femme de Brooklyn à New York, c’est impressionnant . Le show était cool, bref , bonne soirée !

Duo Mary-May et Racecar pour le chant, Asagaya aux platines, au top . En deuxième partie de soirée, Soul Square, des DJ aux beats originaux, et la chaleur humaine s’installe. Croyez-moi, on l’a sent bien !  Il fait chaud, on transpire, mais c’est ça sentir les choses humainement, avec la sueur et la transpiration.

Soirée de fou !  Les artistes en France, il y en a beaucoup ! Merci à Asagaya pour le verre qu’il m’a offert après le show, c’était bon !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s