Live-report : Muse en concert au Lollapalooza

Muse

Je profite d’un moment où mes souvenirs sont encore frais pour vous faire un petit compte-rendue du concert de Muse . Le groupe anglais était LA tête d’affiche du festival alors impossible pour moi de manquer ça !

Ils ont démarrés le show avec  » Psycho », le public étant connecté, comme au Main Square.  Matt saute dans tous les sens, heureux d’être là. Sur l’écran, on diffuse tous les bruits du clip, c’est surprenant. Mais je suis heureuse d’être là.  Après cette première chanson, c’est une marée humaine qui applaudit les musiciens. Et puis, on enchaîne avec  » SuperMassive Black Hole », la connexion est intense. C’est le premier titre qui m’a fait aimer Muse. Je sens la sensualité dans ce titre, presque trop forte. Je sens la guitare de Matt rythmé mon coeur, c’est puissant mais j’adore cette sensation.

Et puis, c’est au tour de  » The Handler » où Matt gesticule sur l’intro, on sent une révolte, la marée humaine se transforme en une marée de révolte, à ressentir, c’est impressionnant.  Ne laissez jamais personne vous dicter ce que vous devez faire, ni comment mener une relation . Il faut toujours faire les choses comme on les sent. Les accords de Matt à la guitare sont précis, justes mais uniques. C’est la première fois que j’assiste à un live de Muse, mais c’est une putain de sensation.  Des remerciements en allemand après ce morceau explosif.

On change d’ambiance avec  » Plug in Baby » , un des classiques de Muse, public toujours aussi connecté et les voir en vrai, c’est impressionnant. Je considère Muse comme une de mes sources d’inspirations premières.  C’est le titre que le public reprend en choeur, Matt les laisse chanter. La prestance scénique de Matt est parfaite, rien à dire. Il laisse sonner un accord, fait durer le plaisir.  Et Matt hurle  » Dead Inside » avant que la batterie de Dom n’enchaîne.  Et puis la chanson démarre à fond. On sent la guitare le long du dos, comme un frisson. Cette chanson m’invite à danser, et à profiter de la vie. Au moment du solo, Matt se mets à sauter. C’est un de mes titres préférés , et on chante. Ensemble. Muse rassemble les coeurs et les passionnés de musique.

On enchaîne avec  » Interlude » qui m’offre des putains de frissons.  La scène est bleue, comme si le groupe voulait nous plonger dans un autre monde, un univers où la vie est juste entre eux et nous. Une putain de sensation m’envahit sur le moment avec  » Hystéria », c’est presque trop beau pour être vrai. C’est au tour de « Munich Jam ».   Un moment introductif et musicale avant la prochaine chanson. Dom nous fait son solo de batterie. Et puis, on enchaîne avec « Madness » un grand M apparaît au fond . La scène devient rouge et la voix de Matt nous envoûte, une vague de coeur  suit.  Et Matt nous offre un solo à la guitare, juste magnifique.

 » Apocalypse Please »  on chauffe le public, histoire qu’il y ait une bonne ambiance . Matt se mets au piano et chante,  lumière verte sur la scène. Changement de décor, changement d’ambiance, Matt joue divinement bien au piano, on ne peut que se laisser bercer sur  » Apocalypse  » . Et puis, on enchaîne avec « Supremacey » . Sa voix enchaîne et les notes filent avec le rythme.  Les fans sont là, il y a des choristes pour accompagner le rythme et on se croit dans un film.  Un film musical dont seul Muse a le secret.   » Mercy » où tout le chante en choeur, frappe dans les mains, c’est un show unique et Matt a le sentiment de remercier les gens présents pour eux, ce soir-là. On donne le rythme en frappant dans les mains.  C’est une chanson qui me procure de la joie, et où des confettis sont lâchés sur le public. Un lâchement de bonheur, un lâchement d’ondes positive.

« Time is Running Out » est aussi un classique et on chante tous en choeur avec Matt, je danse, la musique m’emporte, c’est magique. Cette chanson, je la connais par coeur pour l’avoir chanter, et pour avoir essayé de la jouer à la guitare.  Les fans de Muse à Berlin sont aussi actifs que ceux en France. Le rythme est bon, entraînant, sexy.   » Reapers »  nous fait monter encore d’un cran, encore plus fort, les lumières explosent sur scène, et les fans sont à fond ! J’aime la voix de Matt, si Muse marche autant, c’est parce que le chanteur a une superbe voix.  On se laisse aller par le  » Here comes the dromes » , des ballons sont lâchés dans le public. à la place des drones, on pourrait dire.

C’est au tour de  » Starlight » on sent venir un classique et Matt appelle le public à chanter et jouer avec lui.  Les fans chantent sur ce morceau, il y a une communion avec le public, tous ensemble dans la même bulle.  Le public chante, Matt le laisse faire , et on sent la puissance de leur énergie.  La scène devient futuriste, il y a un vrai jeu dans sur la scène, tout y est.  Matt dit quelques mots en allemand pour remercier le public.

« Stokolm Syndrom »  nous entraîne dans un mouvement plus rock, plus électrique. Et Matt semble crier quand il se mets à chanter. Les ballons qui sont lâcher dans le public complète le tout.  Le rythme est plus rapide, plus entraînant,  c’est la nuit et seuls la lumière de la scène nous éclaire.  Les musiciens quittent la scène sous un tonnerre d’applaudissements. Mais rappel .

Les artistes reviennent et jouent  » Uprising » , Matt donne le rythme au public avant d’enchaîner avec la voix. La chanson emblématique de l’album  » The Résistance » fait lever les mains en l’air,  le public chante avec l’artiste. Les couplets sont entrecoupés par des morceaux de guitare, le titre défile dans mes oreilles et je saute avec les autres.  Les passages électriques sont rythmés par le public qui hurle.

 » Knight of Cydonia » est aussi un classique de Muse. C’est par cette chanson que le show se termine. Muse nous offre une formidable occasion de redécouvrir cette chanson.  Je ne pense qu’à chanter, et à être en communion avec eux.  Deux voix sont en communion sur ce live, et c’est beau à entendre. Matt monopolise notre attention comme personne et le titre explose quand vient la musique.  Pour la fin du live, ils nous offrent un solo dont eux seuls ont le secret

Un show unique, magique, merveilleux ! Bref, je n’ai pas de mots pour décrire Muse. Je comprends juste pourquoi c’est l’un des meilleures groupes au monde et pourquoi ils sont  su géniaux.

Muse sera en concert le 29 févrer et le 1 er mars 2016 à Bercy. Deux dates parisiennes au top ! Enjoy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s