L’album « 2 H du mat » par Bastien Lanza

Bastien Lanza

Et si je vous disais que je suis le genre de personne à ne pas dormir, ou alors vers 2 h du mat ?  En vérité, j’ai beaucoup de mal à dormir, toujours en train de chercher des idées, envie d’écrire, de créer, il y a toujours quelque chose à faire. Alors voici un album qui me ressemble un puisqu’il s’appelle « 2 h du mat », et l’artiste n’est autre que Bastien Lanza, un jeune artiste français.

Pourquoi j’en parle maintenant ? Parce qu’il sera le première partie de Francis Cabrel les 6 et 7 février au Palais des Sports de Paris. Il enchaînera ensuite quelques dates françaises avec lui, pour sa tournée. Je compare son album à de la poésie, les textes sont en français et donnent envie de l’écouter, en le passant en boucle.

 » Pars la première » plonge le décor dans un champ de blé , d’une jeune fille , aussi belle que les blés, et la mélodie nous entraîne dans un cadre paradisiaque.  On le suit, sans trop savoir où on l’on va.  » 2 H du mat » parle d’une nuit nostalgique, un RDV la nuit dans le bar du coin, le RDV d’une copine en couple, un RDV secret. Tout doit rester secret .  » La nuit a quelque chose de magique, j’ai même lu qu’après 2 h du mat, tout est possible », ça je peux le confirmer. Rien n’est jamais impossible.   » Les contes de Disney » est une référence au monde du rêve, rien n’est pareil que les contes veulent nous le faire croire.   » Les sept nains en vacance, Blanche-Neige pleure tout le temps », fin de générique. Cette chanson a une écriture scénique, elle est écrit comme  un film, la musique me fait aussi penser à ce qu’on pourrait entendre dans les films de Disney

 » à la fenêtre » possède un texte mélancolique, mais la mélodie est entraînante, et donne envie de danser. C’est une chanson qui parle d’un film, un film irréaliste, et dans la réalité rien ne se passe comme dans un film. Je ne suis pas vraiment d’accord, disons que quand on veut, on peut.  C’est un film qui parle des filles sans maquillage, de la réalité qui rattrape très vite le rêve.

 »   L’air Libre  » est un duo avec Francis Cabrel, un grand nom de la chanson française,  La mélodie est douce, comme une chanson qui nous invite à fondre. L’artiste, de sa jolie voix, accompagné de celle de Francis Cabrel. N’oubliez jamais de vivre, c’est le message de ce morceau. C’est beau, c’est doux, deux voix à l’unisson.

 » La Violoncelliste »  parle d’une jeune femme qui a inspiré l’artiste. Bastien chante l’éloge de cette jeune fille, quand elle allonge son bras, pour jouer. La mélodie est douce, telle une berceuse, on se laisse caresser par ce rêve, merveilleux.   » ça ne saurait tarder » est un titre plus entraînant, plus rythmé, un peu rapide, Bastien nous raconte son histoire, il parle d’une jeune fille, qui s’est enfui, sorti vire un verre et elle ne revient pas. Alors quand reviendra-t-elle ? ça ne saurait sans doute tarder.

 » J’t’oublierais pas » s’annonce comme une chanson douce, une douceur écrit pour une jeune fille. Un morceau dans lequel je me reconnais, déjà grâce à la mélodie qui est composé avec une partie de violon, il ne faut jamais oublier les gens que l’on aime.  La mélodie me touche, elle est unique, c’est peut-être celle que je préfère dans ce disque.  La chanson parle d’une rupture, mais on y arrive peu à peu.

 » Les gens de passage » a cette mélodie, que l’on capte souvent dans un film, un film d’époque. On observe les gens dans la rue, l’artiste se ballade et nous conte son histoire dans la rue, au supermarché,… Le morceau parle aussi de courtoisie avec les gens, l’amour courtois comme avant.  » Super belle » va nous raconter l’histoire d’un regard, d’une rencontre avec une belle personne.  De l’amour à revendre, gratuitement.  Une chanson rempli d’amour, la mélodie accompagne ces paroles, en dansant cette fois.  Une rencontre qui passe comme un flash, une rencontre, une seul fois.

 » La vie va comme elle veut » est un titre qui invite à trouver l’équilibre, l’équilibre dans sa vie. Où qu’on aille, quoique l’on fasse, le vent souffle et la roue tourne, parfois nous n’avons pas de contrôles sur les événements. Mais c’est comme ça, c’est ainsi. Le violon nous accompagne, en douceur.

 » La fête est finie » clôture l’album. La mélodie nous invite à danser, une fois la fête terminé, on partira vers l’inconnu.  Là où le vent nous portera.  La guitare acoustique ou le violon ? Mon coeur balance, à dire vrai.

Bastien Lanza est un artiste qui m’a conquise par sa musique, sa voix, et la douceur de ces mots qui me font penser à l’écriture si belle de Baudelaire.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s