Bill Kaulitz revient avec un projet solo

B. K Love don't break me

ça fait quelques années qu’on les attend maintenant et que Tokio Hotel se fait très discret sur la scène médiatique, mais ne vous fiez pas aux apparences, ce n’est pas parce qu’on ne parle pas d’eux dans les médias qu’ils se sont disputés ou qu’ils ont arrêté de travailler ensemble.  Mais dans l’ombre, Bill Kaulitz, le chanteur de Tokio Hotel travaille dur sur son projet solo.

Bill Kaulitz sortira officiellement son projet soit son EP  » I’m not OK » sous le pseudo Billy. Ce qu’il nous propose est vraiment différent, très loin de l’univers de son groupe, il nous propose quelque chose d’épurée et de totalement nouveau.

La nudité est mise en avant. Une pratique assez courante, du moins à ma connaissance. Il s’agit d’utiliser son corps pour faire de l’art. La vidéo de la chanson  » Love don’t break me »  est filmée en noir et blanc, avec classe et élégance. Le thème est connue parce que c’est un thème déjà abordé : le thème de l’amour déçu, le fait de ne pas tomber amoureux ( oui, j’ai passé une partie de mon enfance à traduire toutes les chansons de Tokio Hotel pour en comprendre le sens, et alors ? ) Bill sait choquer, provoquer des frissons, et utilise ce côté trash avec élégance.

Pour l’instant, les informations concernant cet EP sont les suivantes :

« I’m not Ok » sortira le 20 mai et comportera 5 chansons. Un court-métrage accompagnera la sortie du single. Si c’est aussi bien que le clip de  » Love dont-‘t break me », ça promet.  Le single sortira en physique dans certains pays, et sera disponible partout sur les plates-formes digitales.

Et j’ai gardé le meilleur pour la fin : Bill Kaulitz sera de passage à Paris le 6 mai pour présenter ce projet aux fans. Malheureusement, je n’y serais pas en raison de mes partiels. Mais bon, peu importe. Je bosse pour moi, avant tout.

En tout cas, je valide ce projet à fond.

Coup de coeur : It didn’t Get Better by Outernational

Outernational

En ce moment, j’ai envie de rock et de voyage, j’ai envie d’évasions, mais j’ai aussi envie de travail et de plaisirs.  J’aimerais revenir à New York pour un prochain voyage, peut-être.  Aller à New York, et couvrir un festival, par la même occasion.  Vous devez connaître mon amour pour ce jeune groupe de rock new yorkais. Les suivant depuis 2014, je ne suis certainement pas prête de les lâcher.  Entre deux révisions pour les partiels, je me laisse porter par le rock introspectif du groupe.  Pas de soucis, la scène new yorkaise rock peut compter sur eux.

Ils viennent de sortir un nouveau single   » It Didn’t Get Better » .  Musiciens avant tout engagé, les vidéos sont parfois un peu crash, voir choquante, mais les paroles sont toujours entraînantes , et nous invite à nous révolter.  D’ailleurs, ce que j’aime chez eux, c’est aussi et surtout ce côté révolutionnaire, avec la ferme intention que le rock peut changer les choses. Je suis impatiente concernant un possible retour en France, ou en Europe. Parce que oui, la révolution doit être mondiale.

Outernational, c’est avant tout un groupe ouvert sur le monde ( Out au lieu de In : Ouvert vers l’extérieur), un rock révolutionnaire, d’ailleurs un des morceaux que j’ai le plus aimé d’eux était  » Révolution Rock » .  Pour écouter ce titre plus en détail, je vous laisse le découvrir ici

 

Live-report: Release Party Mat Hood

Matt Hood

C’est toujours une joie de retourner en concert, et parfois de soutenir les copains qui se lancent dans la musique. Là, pour le coup, il s’agit du label indépendant Active Records gérer par mon ami Théo. Je m’y suis rendu dans le bu de profiter et de découvrir de nouveaux talents, la rockstar de demain se trouve peut-être parmi les parisiens.

On commence la soirée avec un Girls Band, le groupe Warm Up tout droit sorti de nouvelles stars, parmi elles Eleonore et Clarisse May, que j’ai déjà croisé au Réservoir, Ursula et Harmony . Un quatuor féminin qui nous transportent en douceur. Quelques reprises dont  » All I want » de Kodaline, où elles transforment le morceau et le rendre plus poétique. Une compo au programme avec des voix, des choeurs et de la douceur.  De la douceur, juste de la douceur, et une envie de découvrir plus en détail ce quatuor féminin.

C’est ensuite le tour de Kanasel, un optimiste convaincu, il nous propose un voyage épicurien, n’hésite pas à faire partager le public sur  » Feel Good » , un rayon de soleil sous les projecteurs, il nous fait danser au son de sa musique ensoleillée.  Il dédi une chanson à sa muse Margot, Margot et son égo, mais il fait bien peser le message , car il mou sur une sonorité pop, ses jeux à la guitare sont impressionnants.   Que ce soit en composition ou pour les reprises, et sur le titre  » Man Down » le public est enjoué, danse, et semble conquis. IL nous donne encore un peu de plaisir sur  » I wanna be like you » extrait du livre de la jungle. De la musique, de la bonne humeur, et du soleil.  Il me donne des frissons de douceur. Voilà ce qui l’apporte.

Matt Hood, l’artiste de la soirée. Ce jeune homme est déjà connu du public pour avoir gagné la Nouvelle Star 2015, mais pour tout vous avouer, je me suis totalement laissée surprendre par cet artiste. Sans connaître son univers, et sans avoir d’appriori, je ne lui ai donc pas collé d’étiquette, je lui ai juste attribué le terme  » Artiste » . Il a commencé le show avec « In my dream »  une de ces compos qui sera sur l’album, il a une capacité vocale impressionnante, la mélodie est douce, on se laisse facilement bercé.  Une reprise avec Charly Gee en duo, elle est belle et elle chante vraiment bien, une présence sur scène, le public la suit et danse avec elle , et le public est conquis. Il danse.  Deux autres titres avant d’enchaîner avec un duo pour Kanasel et lui sur  » I’m a lover »

En acoustique, il nous chante « Lies » son nouveau single. La mélodie est intéressante, elle nous prend de cours, et nous laisse suspendus à ses lèvres. Un duo avec Jule Aston pour How I needed you » de Puggy. Intéressant, le public se laide bercer.  Il enchaîne avec une autre reprise, un titre que j’aime beaucoup  » Je dis aime » de M. Chedid. Un classique rock, mais qu’il reprend avec justesse pour le rendre encore plus beau pour nos oreilles.

La suite, c’est en douceur qu’il nous la présente, et on ne voit pas le temps passé.  Un duo avec Théo Maxyme, très rock, le public danse, profite, Matt sait pousser sa voix dans les graves comme dans les aigus.  Le public se lâche, sentiment de liberté.  Il nous présente ensuite « Sten Sing » une de ces compositions qui sera sur son album, à venir en septembre. Sa voix nous transporte de plus en plus. Un duo avec l’artiste Jeff Malfert entraînant, et puis un autre duo avec un chanteur, suivi d’un duo avec Laurent, où le public est à fond, se lâche. IL y a une belle énergie envoyé sur scène, et le public est réceptif.

Matt et Kanasel ont littéralement retournés la salle, le public était fou, l’énergie était là. Son album sort en septembre, et je suis plus que impatiente de l’écouter dans sa totalité.

Vraiment heureuse d’avoir croisé  Emji, la chanteuse de la nouvelle star, d’avoir discuté avec Eleonore. Et bien sûr merci à Charly, Théo, Eric Delage , Julia Stone, et tous les autres.  Une belle soirée, placé sous le signe de l’énergie et de l’amour.

 » les Recettes Pompettes » l’émission qui donne envie de boire

M. Poulpe

On l’a déjà vu  au Grand Journal de Canal Plus, mais on vient de lui attribuer un nouveau défi : M. Poulpe présentera l’émission  » les recettes pompettes » produit par Studio Bagel, à destination du web, qu’on pourra retrouver sur la chaîne youtube de l’émission. Non seulement M. Poulpe était chroniqueur au grand journal mais c’est aussi un des talents de Studios Bagel, il est donc normal que ce soit lui qui présente l’émission, ayant déjà fait ses preuves en matière de télévision.  Au départ, l’émission est québécoise et nous vient directement de l’autre côté de l’Atlantique.  Dans cette émission, l’animateur reçoit des invités, leur fait boire des shots et le but est de cuisiner en même temps.

En France, il est interdit de faire la promotion d’alcool à la télévision, du coup on se dirigera vers le web pour le coup. Dans le premier épisode, on a pu découvrir Stephane Bern. Mais le meilleur épisode est le second.  D’une part parce qu’il reçoit Antoine de Caunes et vous savez à quel point j’admire cet homme. Déjà pour son talent de présentateur mais aussi parce qu’il dit à la fin de l’émission que ce qui le motive dans son métier, c’est raconter des histoires. Raconter des histoires et écrire.  C’est exactement ma vision des choses, ce pourquoi je veux réussir dans la vie, ma motivation.  De plus, dans cet épisode, le groupe The Shoes vient interpréter un titre  » Take a look on the wild side » de Loo Reed ce qui nous permet à nous spectateur de redécouvrir le groupe français.

Mais revenons à l’émission.  le tournage vient de commencer pour 8 épisodes destinés au web. Du coup, être deux révisions, j’aime bien regarder ce type d’émission, c’est drôle et ça nous mets de bonne humeur.  En plus de « l’émission d’Antoine » on découvre Antoine de Caunes dans un nouveau registre et M. Poulpe s’essaye à un nouveau type d’exercice.

« Nous sommes ravis de pouvoir adapter ce concept déjà culte sur l’Internet français, d’autant plus que c’est la première fois qu’une chaîne YouTube dans le monde adapte un concept conçu à l’origine pour la télévision », a confié Lorenzo Benedetti, fondateur de Studio Bagel.

Une emission que je vous recommande, parce que moi, ce concept me plaît beaucoup. Très fun, drôle et qui fait du bien.

La découverte du jour : Urban Andy

10642698_10156549566095034_850653220_o

Pour continuer dans la musique montpelliéraine, je vous propose de découvrir Urban Andy, un duo composé d’Anette au chant et Romain Viguier. Une musique urbaine, qui sent  la mer et imprégné de l’esprit de Montpellier. Ils sont jeunes tous les deux ( la vingtaine) et ils ont un univers touchant, et épuré.

Les chansons qu’ils font évoquent autant les panneaux lumineux de Broadway que les tableaux flashy de Marilyn Monroe et la banane mythique des Velvet Underground crée par Warhol. Avec ce premier  EP intitulé  » Light Fire »  fraîchement associé à l’art, on a envie de se poser au soleil pour l’écouter :

Je vous propose de découvrir sans plus tarder mon avis sur cet EP :

On commence avec  » Laugh At Me » avec ses sonorités pop et dance, nous transportant sur un dancefloor ensoleillée, un texte en anglais, un cocktail à la main, et on est partis pour suivre la cadence.   » Light Fire » nous emmène au début sous les cocotiers, et puis on vire pour atterrir en ville. Une ville fantôme qui devient peu à peu illuminée, et on s’y glisse discrètement pour tout observer. Musicalement, c’est rapide, doux, coloré, sucré, bref ça évoque le soleil et la détente. Un titre pour danser et s’éclater.   » The Sea » débarque dans une ambiance policière, et plus douce. La musique est douce, pop, on alterne avec une voix maligne, qui chante dans un micro et nous invite à la danse.  » I’m Coming for you »

 » Thunder » est sans doute le titre que je préfère. ça commence exactement comme je m’y attendais, mais la voix surprend et nous fait changer de cap.  Une chanson qui nous invite à promulguer l’amour. La voix d’Anette se veut douce mais entraînante, comme une invitation à la danse.

Un EP de couleur et d’amour. Du baume au coeur,de la danse, de la vie. Le message à retenir est sans doute le suivant :  » Laisse-toi porter et danse pour la vie ».

 

l’interview projet avec Mélodie Pastor, chanteuse de Vox

vox-pompidou

Je vous propose de découvrir une chanteuse de rock, Mélodie Pastor, que l’on a déjà pu voir dans The Voice cette saison. Mais Mélodie est avant tout une rockeuse plus qu’une chanteuse de télé-crochet originaire de  Montpellier, qui chante du rock et veut être libre. Découvrez son interview ci-dessous :

1/ Tu as sorti ton 1er album  avec ton groupe Vox Pompidou , parle-moi de cet album .

C’est le premier album où je présente mes propres compositions au chant. J’ai la chance d’avoir un groupe qui me laisse carte blanche, qui me laisse m’exprimer pleinement! J’y parle de thematiques essentielles, comme les chaussures, le sexe, la bouffe, les fringues .. Je n’essaie pas de rentrer dans des cases, je libère la folie qui est en moi!
2/ Tu es une rockeuse à première vue… Qui sont tes modèles ?

Nina Hagen, pour la liberté vocale

Juliette Lewis, pour sa liberté scénique
Miley Cyrus, pour sa liberté provoc’

Pamela Anderson, pour sa liberté d’être sexy!

3/ Tu as participé à The Voice , qu’en retiens-tu ? Est-ce un tremplin pour toi en tant que chanteuse ? 
Je n’en retiens que de très beaux souvenirs! De très belles rencontres!
C’est difficile de s’en servir de tremplin quand on évolue dans le milieu un peu underground, mais ça m’apporte une certaine visibilité quand même.
4/ Vous avez fait la première partie de Hyphen Hyphen à Montpellier et à Perpignan, le groupe qui a gagné une victoire de la musique en tant que groupe de scène, est-ce un bon mélange de mélanger rock et pop ? Est-ce facile de chauffer une salle pour Hyphen Hyphen ?
Je me suis mis énormément la pression pour ces deux concerts! D’une part parce qu’effectivement, ils sont connus pour leur show détonnant, donc il faut pas se démonter, d’autre part parce que le public n’est pas forcément le même que nous.. En fait non! Il a très bien réagi, j’avais peur d’être un peu trop grunge, mais les gens ont beaucoup apprécié!
5/  Quels sont tes projets à venir ?
M’enfermer tout l’été avec Vox pour présenter de nouveaux tracks, on va s’essayer au français! Challenge ambitieux !
Merci beaucoup pour tes précieuses réponses et à bientôt.

Hedi Slimane pour Chanel

Hedi Slimane - Chanel

C’est l’info Fashion du jour. Après avoir quitté Yves Saint Laurent, l’info avait fait le buzz fin février , Hedi Slimane reviendra dans le monde de la mode, mais cette fois, avec la couverture de la maison Chanel.  Donc, pas de panique, le monde de la mode ne perd pas un maître, il s’agit juste d’un changement de cap.

Le redresseur d’Yves St Laurent pourrait devenir  le nouveau « Sex Boy » de la maison Chanel. Depuis quelques années, ils seraient déjà au travail pour lancer une ligne de vêtements masculins signer de la marque.

Faire la transition du Maître Karl n’est pas chose facile, Hedi Slimane y parviendra-t-il ? Les deux stars des media de la mode ont-ils vraiment du respect l’un pour l’autre ? Peu probable, quand on sait que dans l’industrie de la mode, personne n’a d’ami, plus on monte, plus on rencontre des bouches d’égo.

Les investisseurs Qataris sont sur le coup, et proposeraient une somme très importante pour que le talentueux Slim… crée sa propre marque. Reste à voir si cela pourra se faire au sein de la maison Chanel.  Le nouveau petit roi de la mode fait monter la mayonnaise et le montant de son rachat va atteindre bientôt les sommets de footballeurs incultes et ignorants. Espérons juste qu’il ne finisse pas comme eux, et qu’il sache garder les pieds sur terre, tout en gardant son statut de styliste favori des stars.

L’homme est à multiples facettes. Ces centres d’intérêt sont à l’image de Karl Lagerfeld. Toutefois, a-t-il la capacité et l’envie d’imprimer sa propre image dans la mode à long terme ?  L’avenir nous le dira. Je suis aussi impatiente de voir ce qu’Hedi Slimane proposera pour Chanel. Affaire à suivre, donc.

ITW Découverte : Giovani

Giovani

Paris est rempli d’artistes, mais il y a aussi dans mon université, et il faut chercher pour en trouver des bons. Justement, hier soir, je me suis retrouvé à l’Etage pour retrouver et interviewer un de mes copains de fac, Giovani, alors je vous propose de découvrir cette rencontre, l’interview a eu lieu après sa performance donc ça a été l’occasion pour moi  de profiter de son talent :

Salut Giovani, c’est ton premier concert parisien ? 

Giovani : Oui

Est-ce que tu peux te présenter ? 

Giovani : Je m’appelle Giovani, je suis étudiant à la fac, j’étudie l’histoire-gép et je fais de la musique depuis 5 ans.

Qu’est-ce qui te motive dans la vie ? 

Giovani : La musique, et euh…. Non, rien d’autre en fait (rire)

Qu’est-ce qui t’a donné envie de te produire en dehors de ta fac ? 

Faire découvrir ce que j’aime faire et ce que je sais faire à d’autres gens, me lancer un défi à moi-même et puis, j’ai toujours bien aimé être sur  une scène.  Là, j’étais bien, j’étais content, peut-être un peu stressé, mais content.

Quel est le projet ensuite ? J’imagine que tu as du coup un projet musical?

Maintenant que j’ai fait un concert, je vais demander les retours sur le show, voir s’ils sont positifs, et en fonction de ce que les gens disent, j’irais démarcher d’autres bars pour faire des concerts las-bas.

Pourquoi cette salle en particulier ? Pourquoi l’Etage ? 

Parce que je connaissais des gens  qui y sont, parce que c’est seulement 30 minutes et que je n’ai pas à préparer une véritable set-list. C’est un bon échauffement.

Quel est le titre qui t’a le plus fait vibrer sur scène ? 

Celui que j’ai le plus aimé jouer ? Je pense que c’est celle de John Mayer  » Queen of California »

Merci pou le temps que tu m’as accordé. 

Je vous le recommande vivement. J’aime son talent, sa voix, il a un e présence sur scène. J’aime aussi beaucoup  son registre musicale, et sa voix. Un rocker en devenir.  Il nous a régalé avec de très belles reprises comme  » Wind cries Mary » de Jimi Hendrix,  » One Day’  d’Asaf Avid ou  » Boys don’t cry »

Et puis, aller voir un copain en concert pour écouter de la bonne musique, on ne va pas se mentir, c’est la vie. C’est là qu’on se rend compte que la vie est belle.

 

 

This is Not A Love Song 2016 : Prog coup de coeur

logo-tinals-2016-800x500-400x250

La saison des festivals approche, mais c’est aussi l’occasion de voyager.  Qui dit festivals en France dit Voyage. J’ai très envie d’aller  au festival  » This is Not A Love Song »cet été, qui se déroulera du 3 au 5 juin à Nîmes, jeune festival qui fera sa quatrième édition et qui soutient la musique Indie. C’est un festival, possédant un cadre paradisiaque très DIY .

Etant donné que la programmation a déjà été dévoilé, certains noms ont retenus mon attention alors je vous propose de découvrir mes coups de coeur.

Tout d’abord FOALS, l’une des grosses têtes du festival, pour une ambiance très rock, Kursed, bien sûr, avec un rock enragé.  Le DJ BreakBot, nouveau de l’électro et de la scène dancefloor. Les Australiens NO ZU, qui font une musique très sympa, douce mais rythmé. Ils seront aussi de passage à Paris pour le festival  » Les Villettes Soniques » fin mai. Le groupe  Bon Voyage Organisation que j’ai déjà croisé au moment du concert de Citizens à Paris, la première partie, c’était eux. Ils font un Indie-Pop assez énergique.

Le groupe Chocolat qui nous vient de Californie, mais qui nous envoutera avec leur Indie-Rock.  Shellac, rock américain aux influences noise, qui nous enveloppera dans un élixir de velours.

Enfin, voici les quelques noms que j’aimerais voir si jamais je tente ce festival, mais bien sûr, il y aussi tant de choses à découvrir, e tant de talents à soutenir !

Découverte du jour : « J’me souviens de tout » de Bastien Villon

Bastien Villon

Et si on s’intéressait à la musique française ? Je souhaite vous parler de Bastien Villon, et de son EP 5 titres  » J’me souviens de tout ».  dans mes CD reçus au courrier, je le comptais parmi les autres, et je l’ai écouté plusieurs fois pur bien m’imprégner de son univers.

Comment le résumer en quelques mots ? Simple, Amoureux, Lucide. En 5 titres, Bastien aborde les thèmes principales de la vie, alors laissez-moi vous partager mon avis :

On démarre avec  » Nos routes » une chanson qui aborde le rota-trip à travers une relation amoureuse, on sent une opposition total entre les deux personnages. « Elle mets en scène ses rêves et ses désirs, je vis les miens de l’intérieur… Et j’avoue que j’ai du mal à suivre » la vie va vite, dans la vie, on court et on a très peu de temps à perdre.  » Nos routes se suivent mais ne se ressemblent pas ». J’aime bien la guitare sur ce morceau et l’aspect rock qu’il dégage, sans doute ma préférée.  » Jour de chance » a un côté rock plus présent, plus dansant. Les thèmes sont inversés, c’est l’homme qui avance, et c’est son jour de chance. Le texte est poétique, rythmé par une musique qui nous donne envie de danser.  C’est notre jour de chance, alors dansons.

« J’me souviendrais de tout  » est plus douce, plus mélancolique, c’est une chanson qui fait appel aux souvenirs.  Les souvenirs d’une relation amoureuse, l’artiste nous parle d’une jeune fille , un peu rock’n’roll, un peu folle mais sans doute dans le bon sens.   Il nous parle d’une relation d’il y a 10 ans, mais le souvenir de cette relation est très présent. La musique est douce, comme la caresse d’un souvenir. Comme si l’artiste ne voulait garder que le positif de cette expérience.   » L’indiana Jones de Douarnenez » nous raconte l’histoire d’un Indiana Jones, solitaire avec sa guitare.  Un auteur aventurier qui nous raconte des histoires avec sa guitare, la mélodie est douce, rythmée, mais sans être mélancolique, elle nous invite à écouter avec attention.

 » Où sont passés mes idoles » démarre de façon beaucoup plus rock, beaucoup plus rapide. On sent que ce titre dégage de l’énergie et beaucoup de folie. Ce morceau, je le dirais rock, très rock, Bastien nous parle de ses idoles disparus, mais sur le ton du bonheur et de la joie de vivre.  Les Idoles, ces personnes inaccessibles.  Le texte a aussi un côté réaliste, en nous parlant des acheteurs d’Idoles, les vendeurs de Héros.

Les deux morceaux que je préfère sur cet EP sont  » Nos routes » et  » Où sont passés mes idoles » je trouve que ce sont deux titres qui me correspondent bien, et qui me touchent. Un artiste à découvrir, sans hésiter.