Festival Lollapalooza à Treptower Park, Berlin

lollapalooza-berlin-2016

Pour cette deuxième édition européenne, le festival Lollapalooza a voulu voir les choses en grand et c’est mission réussi : 140 000 entrées sur les deux jours soit 70 000 entrées par jour, ce qui est énorme pour une seconde édition. Et bien sûr, en tant que journaliste, j’y étais.Cette édition a été exceptionnelle : plus grande, plus majestueuse et surtout petits et grands pouvaient y trouver leur bonheur, en dehors des concerts.

Mais le plus impressionnant reste les concerts, bien entendu

Jour 1

Le premier concert que je suis allée voir fut celui de Jess Glynn sur la Main Stage II, une belle découverte. . Elle propose une musique joyeuse, une présence sur scène telle une diva, sans pour autant se prendre pour ceci. «  Do Be so Hard on Yourself » nous a fait danser, sous une chaleur de plomb. L’ambiance est digne d’un festival d’été, avec un esprit très «  Peace and Love ». Jess Glynn envoie de l’énergie positive, come sa musique, aussi mélodique que joyeuse. Sans oublier aussi «  Rather Be », un classique qui nous fait danser.

Elle chante des titres qui sont des tubes comme «  Hold My Hand » ou «  Gave me something » les gens l’acclament et dansent avec elle, pour elle. Elle est émue par le public, et c’est beau. L’artiste laisse place à l’humain.

Ensuite, on enchaîne avec l’un des concerts qui m’a le plus marqué lors de cette première journée : Direction l’Alternative Stage pour voir Kaiser Chiefs. Je me glisse discrètement au premier rang. On aurait dit que la moitié du festival s’était déplacé pour eux, et c’était d’ailleurs l’un des groupes que je voulais vraiment voir. Ils ont défendus leur nouvel album, qui sort le 7 octobre. Et quel véritable concert de rock ! Le public était connecté, chacun hurlait, chantait, on était tous vraiment unis par le rock (enfin, non… sauf avec les groupies).

Le groupe chante «  Hole in my soul » nouveau single, qui donne vraiment bien en live. Mais le public réclame un classique «  Ruby », c’est un morceau très rock, un classique que le public semble connaître. «  I Predict a Rio » met une bonne ambiance aussi. Pour satisfaire le public, le groupe joue anciens et nouveaux morceaux. Connexion avec le public, présence incroyable sur scène. Mais la chanson qui donne en live, que je préfère, c’est «  Oh My God », j’aime le live, la mélodie, absolument tout. Ils transmettent des frissons et des émotions. Je n’ai pas ressenti ces frissons que j’aime tant depuis un moment, et maintenant, je sais pourquoi j’aime le rock. D’ailleurs, le nouvel album sort le 7 octobre et on les verra à Paris le 2 novembre, sur la scène du Trianon. Mon coup de coeur en live, c’est celui-là, le meilleur concert du week-end. .

Après, je flâne un peu dans le festival, pour tester les jus de fruits, les boissons bios car les allemands adorent ça, je me fonds dans le décor. Et pendant ce temps, j’assiste au concert du chanteur allemand Phillip Poisel, un chanteur allemand, que j’apprécie tout de suite. Il a du talent, une bonne présence sur scène, et il sait faire danser les foules. C’est une belle découverte, il a l’air d’être assez connu en Allemagne car la foule se presse pour danser avec lui.  J’aime le fait qu’il chante en allemand, ça donne de l’authenticité à sa musique.

Le soir commence par pointer le bout de son nez et, sur un coup de tête, je décide de me mettre au premier rang soit à la barrière, pour le concert de Kings Of Leon. Dés que le groupe arrive,le public les acclame, ils se donnent à fond, on sent bien l’énergie du rock. Je ressens les émotions de chacun, et putain, quelle claque j’ai pris ! L’un des meilleurs groupes en live, un public réceptif et connecté.

On danse sur des titres comme «  The Bucket », «  Use Somebody » ou encore «  Waste a Moment ». C’est un plaisir de les découvrir en live, et d’être là, emporter par le public. C’est l’un des meilleurs concerts de rock que j’ai eu la chance de voir. C’est un plaisir de les découvrir en live, et d’être là, emporter par le public. Ce concert me donne des frissons puissants, et c’est agréable.

Jour 2

On démarre la matinée par une petite ballade à Berlin, une ville connue pour sa culture, et son histoire (La chute du Mur de Berlin 9 novembre 1989), les écrivains et philosophes allemands,….

Et puis, je file au festival en dégustant d’abord un smoothi dans un des espaces vert du parc. Et puis, direction le concert de Years&Years, en pleine chaleur. Le soleil est déjà haut, mais ça ne nous empêche de profiter à fond. Le chanteur du groupe, Olly Alexander, sait se déhancher et exciter son public féminin. Le groupe nous propose des titres comme « Shine » « Desire » ou encore «  King ». Il y a une bonne énergie, des chansons aussi douces rythmiquement que pop. Mais toujours avec le même ton, le public se plaît à danser, il y a cette esprit, que j’aime, positive et flower power.

Une bonne prestance vocale, de l’énergie et du talent. Je suis convaincue par ce live qui me plaît beaucoup, mais ça reste relativement très pop. Il manque les riffs de guitare qui font frissonner.

On change de direction pour la scène, afin d’atteindre la scène II et d’assister au concert de Milky Chance, jeune artiste allemand. « Stolen dance » c’est la chanson qu’on entend le plus à la radio en France. Pourtant, c’est un artiste talentueux qui a plusieurs cordes à son arc, il sait jouer de la guitare, électrique, de l’harmonica. Il a une voix rocailleuse pour son jeune âge.

Il nous ambiance sur des titres comme «  Running » ou «  Stoner ». J’aime sa mélodie, j’aime l’ambiance des gens, j’aime sa voix. Les gens dansent et se laissent surprendre, par magie ou par enchantement, sa musique fait son effet. Les allemands ont toujours de très bons artistes et Milky Chance en ait la preuve. Il nous fait danser en douceur sur «  Fairystale », avec un très bon rythme et une mélodie entraînante. C’est un concert de pop-rock, un peu timide, parce que le chanteur est jeune, mais il a déja une certaine assurance sur scène, qui lui assure un bel avenir musical.

Et pour conclure cette belle édition, rien de mieux que RadioHead, concert unique en Allemagne. Une claque visuelle, auditive et un spectacle grandiose.

RadioHead, ce sont des mélodies douces, parfois rock et brutales, mais le plus surprenant reste quand même le show. 2 h de concert et c’est un spectacle de maître. Le public danse, applaudit, hurle. Pour moi qui étais aux premières loges pour Kings Of Leon, je me retrouve derrière pour RadioHead, mais le spectacle en reste tout aussi majestueux. Le public hurle très souvent, les chansons s’enchaînent, parfois comme des berceuses, ou comme des bombes digne du rock’n’roll.

Pas de doute, cette édition 2016 de Lollapalooza est réussi !

 

Publicités

3 réflexions sur “Festival Lollapalooza à Treptower Park, Berlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s