SpaceNotes en concert au Bus Palladium

SpaceNotes

Vous deviez vous douter que c’était un événement que j’attendais avec impatience.  J’ai programmé SpaceNotes au Bus Palladium ce samedi 11 juin, et c’était amusant de passer de l’autre côté. Pour présenter le groupe en deux mots, ce sont deux frères, Walter et Kevin, tout deux compositeurs et musiciens. Et puis, le concert a été shooté et filmé, de quoi vous en souvenir très longtemps.

Beaucoup de monde étaient venus pour SpaceNotes, et cela m’a fait sourire, et m’a chaud au coeur.  Ils ont commencés le show avec « Einstein » qui a mis le feu et m’a donné des frissons, Walter est une vrai  pile électrique sur scène. Il chante , il danse, il sait se donner.   Quand vient le moment de  » Science »Walter chauffe le public et lui, danse. Il y a des jeux de son et lumière vraiment impressionnant.  Il y a des cris, de la bonne humeur, et de la joie.    » In the Stars » fait parti du prochain EP qui sortira à la rentrée.  Plus douce, moins énergique, mais toujours avec cet univers particulier qui m’attire chez eux.  Jeux de scène, Walter découvre l’univers comme s’il découvrait la scène.   » As A Child » est aussi un nouveau morceau, avec un style original. Signe d’amour, le public leur en envoie et c’est beau à voir. La mélodie nous transporte, c’est un voyage dans leur espace à eux.

 » Nostalgia » est un autre temps, un autre espace. Le public en profite pour faire briller la lumière des téléphones. La musique est douce et attirante, les frissons sont garantis. Walter ne cesse de bouger sur scène, de nous envoyer de l’énergie et du bonheur. Un bon moment, un merveilleux moment, avec des jeux de lumières magnifique, de la danse, de l’énergie. Bref, u concert de folie!  » Welcome to My Galaxy  » extrait du prochain EP nous laisse en apothéose, on profite de cet instant, on se laisse envoyer dans l’espace pour aller dans leur galaxie.  La mélodie est pop, et en version  électro, ça envoie.  Walter profite de la musique pour descendre dans le public, et transmettre cette énergie. L’énergie positive.

Un super concert, et je suis plus que fière d’avoir réussi à les programmer au Bus Palladium, qui est l’une des salles les plus connues à Paris. Merci aux photographes, à Crownd Event d’avoir filmé l’événement.  Un voyage dans l’espace juste merveilleux !  Reste plus qu’à attendre la sortie officielle de l’EP, et j’ai déjà hâte.

Merci à Crowd Event pour avoir filmer la soirée, merci à Benjamin. La musique permet de belles rencontres !

Publicités

Concert Anthony Bey à la Boule Noire

Anthony Bey

Qui dit veille de jour férié dit forcément  concert alors, on m’a proposé d’aller à la Boule Noire  pour assister au concert de Anthony Bey. Artiste que j’avais déjà vu et interviewé dans le cadre du Web Talent Festival.  J’ai passé un très bon moment, c’était surréel.

Il est arrivée sur scène et à démarrer avec  » I see fire » d’Ed Sheeran , guitare/voix/ Ensuite, c’est « All of Me  » et le public laisse les étoiles briller. Sa voix nous porte dans un autre monde, on chante ensemble, le public, c’est le choeur, le choeur de l’artiste. C’est ensuite le tour de la chanson  » Home To Mama » , où il y a un vrai jeux de lumière. Le public est communicatif et semble suspendus à ses lèvres.

 » Hallelujah  » est une invitation à chanter le morceau tous ensemble.  Ce morceau possède une atmosphère communicative, le public semble conquis car nous chantons tous ensemble. Anthony a une voix qui porte, et qui ne tardera pas toucher les étoiles.  D’ailleurs, ce titre nous permet de les toucher ensemble.

 » Pour un autre » , c’est aussi le premier single de l’artiste. Certains la connaissent, dont moi, et c’est une chanson qui me touche, parce qu’il ne faut jamais perdre ses valeurs, même quand on rencontre quelqu’un de bien.  Le public est conquis, autant ceux qui ne le connaissent pas que ceux qui sont venus pour lui.

Anthony Bey, 20 ans, est bien parti pour gagner sa place auprès des étoiles.  Il doit continuer sur sa lancée.  Bon moment, bonne ambiance avec le public, donc on doit continuer comme ça.

Breaking News : Kursed sélectionné pour les Bars en Trans

Kursed

Parce que l’hiver aussi, il y a des festivals. L’hiver et l’automne. Après le MamaEvent à Paris en octobre, début décembre, il y aura « Les bars en trans » à Rennes.

Vous devez aussi connaître mon amour inconditionnel pour le rock du groupe Kursed, n’est-ce pas ? Aucun doute que Ari et Hugo parviendront à mener la bar au large et à hisser le groupe au plus haut. Ils sont sur la bonne voie et je suis certaine qu’ils ont une bonne étoile. Trêve de Blabla. Kursed intègre  le Roster de  Yapuca / 3 p’titTour et qu’ils font partie de la sélection des bars en transe.

Donc, ce qui veut dire qu’ils se produiront à Rennes le 4 décembre au Mondo Bizarro. Cette année, le festival  » Les bars en Trans » aura sa dose de rock’n’roll.  Kursed aura très certainement sa place parmi les grands.

Le concert de Archi Deep and The Monkeyshakers

Archi Deep

Le groupe de rock français était à Paris pour défendre le nouvel album, et se produisait sur la scène du Gibus Café . Je connaissais l’album pour l’avoir déjà écouté en avant-première alors j’étais très heureuse de pouvoir être au concert , mais ce fut un concert très cool, avec un côté très rock’n’roll, tout ce que j’aime. Malgré sa voix un peu cassé, Arthur a donné une très bonne prestation et il était au top. Quand le moral est bas, rien ne vaut une purgation au rock’n’roll. Et, comme toujours, je m’avance pour être au plus proche de la scène, pour tout capter.

On démarre le concert avec « I Can See » qui ouvre le bal ,  les premières notes attirent le public, et ça commence en douceur. Puis c’est ensuite de  » Baillade of Love » , un morceau un peu plus rythmé et entraînant.  On sent clairement l’inspiration d’un rock anglais, avec ses guitares puissantes.

 » Non sens » nous invite à danser  et à prendre part à la danse. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien si les musiciens effectuent quelques pas sur scène.  J’aime la mélodie. Elle m’inspire le temps d’un instant, pour danser.   » I’m on the run » démarre  de façon brutale Il y a des temps de poses, de la voix grave, un bon lâcher prise et un rugissement de la guitare.  Le public avance, semble hypnotisé et connecté

C’est au tour de  » Kat Song »  où là, je me laisse totalement emporté, on sent le rock en nous.  ça nous prend et ça nous emporte. L’ambiance est très sex, drugs, rock’n’roll, tout ce que j’aime.  Sur  » I Got Inked » le public est conquis, la basse rugit, la batterie donne le rythme  La musique nous envoie de l’énergie et ça fait du bien.  On nous offre des solo de guitares digne d’une véritable rock star.

Vient le moment de  » Half of Two » , la voix hurle, cri, elle devient grave, mais parfois, elle peut descendre dans les aigus. J’adore le jeux de guitare et à chaque nouvelle note, elle m’emporte. C’est juste le temps d’un show, mais pendant ce laps de temps, tout nous emporte.  » Nowhere Man »  est le premier titre à avoir eu son clip vidéo, mais c’est peut-être mon titre préféré puisque je suis familière avec la mélodie.  Musicalement, on s’en prend plein la gueule et les oreilles, mais c’est bon !

 » You’re Gonna Come »  nous entraîne encore plus dans la danse parce qu’Arthur sait nous faire bouger avec ses pas de danse.  Le public est connecté et captivé.  J’aime la puissance et l’invitation que procure ce titre.  On se laisse doser doucement mais surement.  » If  Only It Was Sunny » nous murmure à l’oreille  » I need you » comme nous y étions un soleil. Un joli rayon de soleil qui a besoin de briller.  Mais la chaleur se fait sentir, de plus en plus.

Pour  » Oh ! God », on se met tous à chanter en choeur  des  » Oh ! Oh ! , on frappe dans nos mains, pour donner le rythme  Les musiciens nous encouragent à faire de ce moment le plus incroyable.  Magnifique solo d’Arthur à la guitare pour finir la soirée.

Ce concert m’a donné des étoiles dans les yeux et m’a fait passé un merveilleux moment. Je n’ai pas pu m’empêcher de me procurer le vinyle de l’album, on ne refait pas une fan de musique . En attendant… Long Leave Rock’n’roll. Et la purgation au rock’n’roll, c’est la meilleure qui soit.

Live-report : Théo Maxyme au Trac

Théo Maxyme

Parce que rien ne vaut une petite soirée à Paris, je suis allé me réfugier dans le 13 ème arrondissement de Paris  après les cours, au restaurant le Trac . Je suis arrivée à temps pour voir mon ami Théo Maxyme sur scène, le spectacle était déjà commencé , mais j’ai eu le temps de m’installer.

Théo m’impressionnera toujours avec son jeu de guitare , sa voix est superbe et ses mélodies sont géantes . Il ouvre la soirée avec Riptide de Vance Joy  , le public bat en rythme et commence à s’installer. Puis c’est au tour de « The Priest, The Policeman & The Dead » . J’aime ces titres, ils ont quelque chose d’authentique. C’est le moment de  » We Only Did It for fun » une composition écrite avec Charly Gee, que j’ai eu la chance d’interviewer et que j’espère revoir très bientôt.

« The Man who sold the world » est le prochain titre à être mis en scène, et on est déjà dans une ambiance de folie.  Et puis, on se laisse aller avec  » Bad on this side » . Le public est varié, presque intemporel.  Ils sont connectés et ça se voit. Les choeurs sont faits par un pianiste, et vous savez comme j’aime ce mélange entre un piano et une guitare. La poésie de Théo m’avait manqué alors il fallait bien que je revienne le voir en concert.

«  »Restless » » enchaîne la suite, on donne le rythme et on se laisse porter par ce titre très calme . A Drama est un titre qui s’adresse aux femmes, dont le refrain est dont le refrain est « A drama, a trigger, a cigaret », et aux homes, quelque part aussi, je pense. Mais j’ai particulièrement aimé ce titre. Un vrai coup de coeur. Il bouge bien.

« You never can tell » est un titre rock, iniatif,  une reprise de Chuck Berry , qui nous invite à aller de l’avant. Pour ma part, c’est ce que m’inspire la musique. Aller de l’avant et ne pas rester dans le passé.  » Whisky On The Rocks »,  un vrai moment rock’n’roll et une invitation à partir en musique. Une soirée placé sous le signe des accords parfait d’une guitare.

« Wild Side » nous donne une raison de plus d’aimer la soirée et de profiter de ce bon moment. Toujours en rythme.  Le public effectue un rappel et nous avons droit à une reprise de « Imagine » de John Lennon. Excellente référence musicale.

Le mois prochain , donc en novembre, le label Tom Leo Record aura un an.  Un beau projet que je soutiens, la date n’est pas encore retenu à ce jour mais ce sera courant l’hiver.

Credit photo : Romain Noa 

Release Party de Kursed pour Apple avec The Psychotic Monks

Kursed

Faire des concerts m’aura appris une chose à force. La vie file devant nos yeux, et il est important d’en profiter sur l’instant, et de la vivre à fond. Qui dit rentrée dit aussi concert de rentrée, et pour l’occasion, je me suis rendue à la Release Party  de Kursed au bar de l’International à Paris, bondé pour l’occasion.

Après avoir salué tout le monde , y compris les musiciens, je descends dans la salle pour assister au Live de The Psychotic Monks, un groupe de rock parisien ! Ils viennent de défendre leur EP  » Face To » dont le premier titre accrocheur est » Leave It Alone ». Ils sont multi-instrumentistes, et font un rock sauvage et rebelle. Je suis au premier alors quand la batterie  frappe fort, je le ressens. Je sens cette musique monter en moi et ça en devient presque sexuelle.  Le batteur a aussi une voix, il chante d’une voix suave.  On est arrosés par cette ambiance, la chaleur humaine est présente.  Le rock nous possède et c’est méga top !

Un titre préféré ? En fait, non, je les aime tous. On ne voit plus ce genre de groupe très souvent, sauf à Paris. Pendant le concert, j’ai vraiment ressenti l’ambiance d’un concert de rock.  Très rock. Et croyez-moi, cela fait longtemps que je ne l’avais pas ressenti.  » Paranoid »est aussi un très bon morceau rock’n’roll.  Voici les chansons du disque, si jamais ça vous dit d’aller écouter parce que moi, je le recommande :  Leave it Alone , City of Light, Paranoid, Transience, Where The Captain Went.

Une entracte et c’est au tour de Kursed de nous enflammer. Je pense qu’il n’y a pas plus rock’n’roll comme soirée !

Tout d’abord, ils ouvrent le show avec Apple. Ils ont un côté rock’n’roll qui me plaît beaucoup alors je vais continuer à les suivre de très près. La musique nous ambiance déjà et en live, ça le fait ! La voix d’Hugo est chaude, rock’n’roll. On partage cette énergie et je l’a ressens de près.  Le plaisir est là, il nous enveloppe de son parfum enivrant.

On enchaîne ensuite avec un ancien titre  » Sucess », que je connais et que je n’ai pas de peine à chanter pour l’avoir écouter.  On danse, on se lâche, une fille à côté de moi se mets à danser avec moi et je me laisse aller. Une petite blonde complètement déjantée, mais j’aime ça. C’est une artiste et elle a le groupe  » Les Filles du Calvaire » .

Ensuite, c’est « Next Moon » un des titres du disque. Je m’abandonne, et je danse. Ils apportent vraiment un bon moment. Les filles du premier rang dont je fais partie dansent, la voix d’Hugo est suave , rauque, elle a son charme.

Pour le prochain titre, l’artiste lève son verre de vin à l’attention des parisiennes avant d’entamer  » Red Wine » , le vin rouge, notre sang, la musique me prend et je m’abandonne.  C’est ensuite au tour de   » Deep Sleep » et on se laisse aventurer sur ce chemin qui s’avère être dangereux.  On se laisse encore aller, et pour ma part, je suis totalement hypnotisé.  La salle est bondé, suspendu aux lèvres de l’artiste. Les rockers ne dorment jamais et nous, ce soir, on va se droguer au rock’n’roll.

Et puis, ensuite c’est  » Tox » la température monte d’un cran, les corps se rapprochent, avec Emilie, je m’amuse, je m’éclate. C’est vraiment LA soirée rock’n’roll dont j’avais besoin. On prend un temps pour s’éclater sur  »  Like A Prayer » est un titre extrait de l’album  » Miaou », un morceau qui nous ramène des années en arrière, on se laisse bercer par la mélodie et la voix d’Hugo, cette fois, elle me transporte sur une route, dans le désert.

Le prochain titre, c’est  » A Feven » , il fait chaud, je retire littéralement ma veste, avec une envie de se lâcher encore plus.  Le public frappe dans les mains, donne le rythme.   » Movie Star »  est un titre d’un ancien album du groupe, mais c’est toujours aussi bon. On part dans un fard west inconnu mais cinématographique.  » Balloon » nous ramène à la réalité, dans l’univers de Kursed, avec ses guitares en colère. Hugo n’hésite pas à donner un coup de pied pour montrer sa liberté rock’n’roll.

« Excuse Me » est un morceau entraînant, et déchaînant. Les musiciens nous montrent qu’ils sont des rockers nés et qu’ils iront loin, je n’ai pas de doute là-dessus. J’aime aussi le jeu du batteur, qui est remarquable.

« Perfect Mean » est un titre dédié à une fille, ai-je appris sur le moment. Une jolie fille. Mais peu importe, c’est la musique qui prime. C’est elle qui gouverne et nous tient elle allène, le public participe en donnant le rythme. Les deux petites blondes au premier rang, Emilie et moi, on se laisse aller, on part dans un délire totalement rock’n’roll. L’un des meilleures moments de la soirée.

« Alrighty » est le titre où on s’évade avec eux dans un rêve, un putain de rêve unique. On se laisse gagner par ce rythme en dansant et en marquant la musique, public conquis. Parfois l’ambiance est presque sexuelle, et ça se ressent.  Un solo de guitare nous donne un aperçu des talents de chacun et, croyez-moi, ils en ont du talent ! Ils iront loin.

Le meilleur pour la fin , c’est le moment de  » Rock’n’Roll » , mon titre préféré. L’ambiance est encore plus puissante qu’au début. La musique me fait sauter, danser, l’énergie est puissante. Une dernière fois, on se laisse entraîner, Hugo donne un coup et on saute ! C’est bon, c’est juste… sexuellement et musicalement bon.

Cette soirée est une réussite, l’EP de Kursed est vraiment bon, et je parie que ce groupe va marcher en Angleterre, et dans toute la France. Une putain de soirée rock’n’roll, mais c’est ce dont j’avais besoin pour repartir dans de bonnes conditions, et sur de bonnes bases.

Diva Faune de retour à Paris cet automne

Diva Faune

J’ai interviewé Diva Faune en avril dernier et depuis, je les suis de très près. Ces deux garçons ont signés chez Sony et ne sont pas près de s’arrêter, on risque de beaucoup entendre parler d’eux dans l’avenir. Ils font une musique élégante et à forte contenance émotionnelle.

Dés le mois d’octobre, on devrait découvrir leur EP , et pour l’occasion, ils refont un concert au Bus Palladium le 10 octobre ( soit un samedi)  et le 9 novembre aux Trois Baudets, une salle dans laquelle j’ai déjà eu l’occasion d’aller.

J’ai hâte de les voir à nouveau en live, pas vous ?  Ils sont beaux, ils sont gentils et ils font de la bonne musique. Une pop fraîche et électrique, qui nous donne envie d’aimer la vie . Alors il n’y a pas de raison de ne pas aller les voir

The Libertines en concert en France à l’Olympia

The Libertines

Le live que j’ai préféré au Lollapalooza, en dehors de celui de Muse, c’est celui des Libertines . Pour le coup, Pete Doherty n’était pas bourrée contrairement au live de Rock-en-seine, mais je ne l’ai pas vu donc je ne préfère pas trop m’étendre sur le sujet.

En tout cas, ils sont de retour en France , dés mars 2016, pour un Olympia qui s’annonce énorme !

Je suis très excitée  à l’idée de les voir défendre l’album sur scène, ça va être quelque chose d’énorme ! L’Olympia est une salle mythique à Paris, qui a vu défiler bon nombres de grand noms de la musique.

Le live sera-t-il différent ? Réponse sur scène le 7 mars 2015 !

Citizens accompagne Mika pour la tournée en Europe

Citizens

C’est vraiment la hot new du jour ! Le groupe Citizens, que j’ai découvert en juin dernier, partira sur les routes avec Mika pour assurer la première partie de sa tournée européenne. J’ai bien envie qu’on les accueille aussi en France, parce qu’ils le méritent.

ça tombe bien parce que leur premier album est intitulé « European Soul », que le nom du groupe  » Citizens » qui veut dire Citoyens signifie aussi qu’ils sont citoyens d’Europe.  Mais bientôt citoyens du monde puisqu’ils débarqueront à New York en septembre, mais avant ils feront un passage par Paris pour le show de Mika.

En attendant, on aura le plaisir de les voir en live le 19 septembre, lors du concert parisien de Mika.  Et puis, pour ma part, je trouve que leur univers colle très bien à celui de Mika.

Brigitte en concert

Brigitte Grosse tête d’affiche de ce festival des Francofolies  : Les Brigitte ! Elles viennent y défendre l’album  » A bouche, que veux tu » . Elles démarrent le show avec  » Coeur de chewing gum » qui nous donnent déjà une petite idée de l’atmosphère du spectacle. Le public est conquis et on les écoute avec bonheur. Elles sont sublimes, tel des  déesses. Les textes s’adressent aux femmes, mais il y a quand même des hommes qui sont totalement sous le charme de ce qu’elles font. Le public participe et l’ambiance est plus à une grosse soirée parisienne qu’à autre chose. Le show est semblable à celui que j’avais vu au Palais de Tokyo, avec les palmiers et l’atmosphère sensuelle.  On a droit à un solo de gitane.  Prochain titre électrique  » Ce soir » , les voix s’entremêlent et nous mettent dans une ambiance sensuelle.  Les origines sont rock’n’roll et viennent de Paris . C’est ensuite le tour de  » Ma benz  » un titre acoustique où Aurélie nous offre une compo à la guitare.  Elle enchaîne ensuite avec une chanson dédié aux femmes qui ont du mal à avoir des enfants, mais qui ont même réussis à en avoir.  Le titre est intimiste, guitare-voix.  » Si tu me cherches, tu me trouves » c’est le style de femme sensuelle mais unique, provocant mais avec classe.  Elles sont aussi multi-intrumentistes, chacune joue des percussions, de la guitare , et du tambour, pour le rythme. On enchaîne avec  » Je danse » et pour le coup, elles dansent vraiment comme des allumeuses, c’est une chanson sur la femme et sa liberté, qui elle soit. Après percussion, on a droit à  » Jésus » et  » Donnez-moi du rouge, donnez-moi l’enfer « , deux bombes sur scène, et j’aime bien la provocation de ce titre. Elles dansent pendant ce titre comme on pourrait invoquer le diable.  » Hier encore » est une chanson sexuelle, avec ses gémissements, pourtant ça met l’ambiance dans le public. Les filles brillent sous le ciel des Francofolies, le public est suspendue à ses lèvres. On chante en choeur, tandis que le public marque le rythme et contribue aux gémissements de la chanson.  Dernier titre  » Battez-vous » », une chanson qui s’adresse surtout aux femmes, elles s’avancent sur l’avant-scène pour pouvoir s’approcher un peu plus du public et elles y arrivent.  » On a tous besoin d’amour alors maintenant battez-vous » un message qui pourrait dire  » En amour, si vous voulez avoir ce que vous voulez, battez-vous » .  C’est un titre aux allures rock, qui nous invite à aller plus loin, toujours un peu plus loin.