Coup de coeur cinéma : Free Dance

Free Dance

C’est un petit article « Bonus » comme on dit. Dans l’avion pour New York, j’ai eu le temps de regarder plusieurs films, mais un seul à particulièrement attiré mon attention.  » Free Dance » sortira demain en France, mais je l’ai vu en avant-première, un peu par hasard.

Le film est réalisé par Michael Damian, c’est une comédie romantique et  musicale, où il n’y a pas de chansons comme on en a l’habitude. Non, seulement de la musique.  L’histoire st la suivante : une jeune fille intègre  une école de danse classique de Manhattan, Ruby incarné par la danseuse classique Keenan Kampa. Dans le métro, elle croise le regard d’un jeune homme ténébreux qui joue du violon, Johnnie, incarné par l’acteur anglais  Nicholas Galitzine.  Un gros coup de coeur, aussi bien pour les personnages, les chorégraphies, que l’histoire en elle-même. Le message est le suivant peut-être : La passion peut faire soulever des montagnes.

Une histoire d’amour naît entre eux, ce que j’ai trouvé intéressant, c’est le fait de dépasser le statut social. Elle, c’est une jeune fille des beaux quartiers, lui est un musicien de rue, rien ne les destinait à s’aimer, mais pourtant, il a suffi d’un seul regard pour qu’ils tombent amoureux.  En dehors de l’histoire, le scénario est rythmé par des chorégraphies de danse, alternant le hip-hop et la danse classique.   De plus, on ne se lasse pas de la belle vue des plans de New York, qui alterne les dialogues avec les personnages.

C’est un des meilleures films réalisés à New York, dans ma tête, il a la même place que Fame. Pas de doute, ce film-là, je vous le recommande !

Publicités

La saison 1 de Vinyle disponible en téléchargement dés juillet

vinyl

Les fans de rock vont être ravis ! Je vous avais déjà parlé de la série, produite par Mick Jagger, et dont le rôle principal est tenu par son fils, Jamie Jagger. Bon, si vous avez lu mon article, vous devez sans doute connaître l’histoire, mais je vous propose un petit récapitulatif : Richie Finestra, président fondateur du label American Century, tente à tout prix de sauver sa société sans tout détruire sur son passage. Sa passion pour la musique et sa carrière de dénicheur de talents sont au plus bas. Alors qu’American Century est au bord de la faillite, Richie va faire face à un événement qui va changer le cours de sa vie et raviver son amour pour la musique, quitte à y laisser sa vie personnelle. Et au passage, on retrouvera la très jolie Juno Temple dans le rôle de la petite amie, passionnée de rock’n’roll.

“Vinyl” est une plongée dans les eaux troubles de l’industrie de la musique des années 1970 à New York, sur fond de sexe et de drogue, à l’aube de l’ère du punk, du disco et du hip-hop. Deux bonus seront disponibles avec le téléchargement de la saison intégrale : “Making Vinyl & Recreating the 70’s”, un documentaire de 21 minutes sur les coulisses de la reconstitution de l’atmosphère et du cadre si singulier du New York des années 70, avec des interviews exclusives de Martin Scorsese, Mick Jagger et Terence Winter, ainsi que “Cast Roundtable”

Olivia Wilde, Ray Romano, Juno Temple et James Jagger raconteront leur petite anecdote de tournage ainsi que Bobby Cannavale.

la série “Vinyl” est créée par de grands noms de la musique, du cinéma et de la télévision : Mick Jagger, récompensé aux Golden Globe® et nommé aux Emmy Award® (et producteur du documentaire “Mr. Dynamite : The Rise of James Brown”, diffusé sur HBO en 2014) ; Martin Scorsese, multi- récompensé aux Oscars® et aux Emmy Awards®, réalisateur, entre autres, du film “Les Affranchis” et du premier épisode de la série de HBO “Boardwalk Empire”)

Le téléchargement de “Vinyl: l’Intégrale de la Saison 1” sera disponible au prix moyen de €23.99 (format SD) et €28.99 (format HD) sur Google Play, iTunes, Orange, Sony et Xbox.
L’occasion pour les inconditionnels de la série de pouvoir voir, revoir et profiter instantanément et indéfiniment des épisodes de la série sur plusieurs appareils électroniques.

Alice de l’autre côté du miroir :Critique

Alice de l'autre côté du miroir

C’est suite à une conversation au téléphone avec une amie que je me pose pour écrire cet article, ou plutôt cette critique de cinema.

Je suis une fan inconditionnelle du conte  » Alice au pays des merveilles » et vous savez pourquoi ? Parce que je me suis amusé à décortiquer chaque scène, chaque personnage pour trouver une belle leçon de vie à la fin. Le film  » Alice de l’autre côté » du miroir est adapté du roman du même nom soit la suite de  » Alice au Pays des Merveilles ». Même si le public reste majoritairement enfantin, l’histoire, qui se passe dans les années 1800 à Londres, soulève des questions pertinentes comme la place de la famille ou la place des femmes dans un monde masculin.

On note aussi la scène dans un hôpital psychiatrique, Hamish pensant qu’Alice est folle, il l’a place dans une institution spécialisée.  Mais Alice se révèle bien plus maligne que les  » médecins » ( D’ailleurs, cette scène me rappelle aussi étrangement un film féministe que j’ai adoré  » Sucker Punch où l’héroïne est aussi enfermé dans ce genre d’institution, mais qui va mettre en place tout un stratège pour s’enfuir et qui réussira).  Je pense que trop de gens qui se trouvent normales sous-estiment beaucoup trop les  » autres » ceux qui se battent et qui, avec de l’acharnement, réussissent.

Parce que, oui, la première action du film se passe sur un bateau, celui d’Alice dont elle est le capitaine, et ses moussaillons sont des hommes.  La place d’une femme dans un monde d’homme. Hamish, l’ex-fiancé d’Alice, la méprise au plus profond et s’étonne qu’une femme soit capitaine, un parfait exemple du macho qu’on peut encore trouvé aujourd’hui.

Plus on avance dans le film, on apprend que l’histoire se déroule trois ans après le refus d’Alice d’être mariée à un Lord soit le 1 er film, qui est sorti en 2010 donc 6 ans d’écart entre les deux films. Même si ce n’est pas Tim Burton aux commandes, on apprécie les décors, l’histoire, et les personnages.

On découvre aussi pourquoi la reine rouge et la reine blanche, bien qu’elles soient soeurs, se détestent.  Et on en apprends plus sur le Chapelier Fou, ce personnage si particulier incarné par Johnny Depp.  Tout ça grâce à un voyage dans le temps qu’effectue l’héroïne pour tenter de comprendre le fil des evenements  Son nom nous est aussi révéler, il s’appelle Terrant, ce qu’on ne savait pas forcément dans le premier film.  La véritable histoire, elle se passe au pays des merveilles, avec une course contre le Temps ( incarné par Sacha Baron Cohen) qui, en fait, n’est pas le vrai méchant dans l’histoire, le danger, c’est le temps au sens large; mais Alice finit par la gagner, et par rétablir l’ordre avec la chromosphère.  » On ne peut pas changer le passé, on peut simplement en tirer des leçons » phrase dite par le personnage de Sacha Baron Cohen, très philosophique pour le coup.

Notons aussi quelque chose d’intéressant : Les méchants à l’initial ne sont plus vraiment des méchants dans ce film, mais des innocents qui subissent les mouvements du temps.

Ce que j’aime aussi particulièrement dans cette histoire, c’est qu’on ne termine pas en disant :  » Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », non Alice quitte le pays des merveilles en traversant un miroir et décide de tenir tête à Hamish puis de repartir à l’aventure avec sa mère.

Un film assez philosophique au final, qui nous fait réfléchir sur nos vrais valeurs morales. De l’art, ce film, c’est de l’art, de la magie, mais il y a aussi des leçons de vie.

Focus sur Emma Watson

Emma Watson

Il parait que le 1 er mai, c’est la fête du travail, mais ce n’est pas le cas pour moi. Je commence mes partiels demain, alors en attendant, je travaille et ce sera très certainement le cas tout le mois de mai, entre les partiels que je compte bien réussir et les projets musicaux qui se profilent.   Emma Watson, c’est l’actrice anglaise qui monte dans le monde du cinéma. Anglaise mais née en France à Paris.

On l’a toutes connue dans son rôle d’Hermione Granger dans Harry Potter, on a pris du plaisir à suivre ses aventures pendant la saga des différents films. Mais en parallèle, Emma Watson a aussi joué dans d’autres films   » Noé » un film sur l’Arche de Noé en 2014 ou encore  » Le Monde de Charlie » en 2012.  Mais elle m’a particulièrement marqué dans  » The Bling Ring » sorti en 2013 et réalisé par Sofia Coppola. Ce film montre l’envers du décor, l’envers des paillettes, et les héros sont relativement jeune, ce qui rajoute une touche d’innocence au film.  Elle sera aussi prochainement à l’affiche de  » La belle et la bête » l’adaptation d’un conte. Et une des histoires qui m’a le plus marqué, quand j’étais plus jeune. Comme Belle, je suis concentrée quand je lis un livre et le monde autour de moi n’existe plus.

Mais Emma Watson est aussi studieuse que l’était son héroïne dans Harry Potter, et c’est une des raisons qui me poussent à la prendre pour exemple. Ses études lui tenant à coeur  la jeune femme intègre la prestigieuse université Brown aux Etats-Unis en 2009, pendant le tournage d’Harry Potter.  Elle y étudie les Lettres ,  comme ce que je fais actuellement en France. Tout en gérant sa carrière d’actrice et sa réussite dans le 7 eme art. Comme quoi, nous faisons tous plusieurs choses en même temps, il suffit de s’organiser.  Elle va poursuivre ses études de lettres en Angleterre dans une autre université très prestigieuse, celle d’Oxford, où elle étudie la littérature anglaise.

Elle est aussi féminine et féministe. Féministe pour son engagement auprès des femmes, féminine car elle a prêter son image à la marque de luxe français Lancôme. Elle a plus d’une corde à son arc, en cumulant les casquettes d’actrice, intello lettré et  féministe, elle a aussi été égérie pour Burberry et pour le parfum Trésor Midnight Rose de Lancôme avec le rouge à lèvre Rouge in Love de la même marque. Elle a aussi crée une ligne de vêtement en 2010 pour Purple Trees.

Emma Watson est un véritable modèle, et on devrait toutes prendre exemple sur elle . Sans se plaindre, tout en profitant, Emma  cumule ses études de lettres et ses talents, et c’est exactement ce que j’essaye de faire moi aussi : cumuler les casquettes, en se cultivant. Un modèle à suivre.

L’amitié avec un A dans  » Five »

Five

Le film  » Five » sort demain, le 30 mars,  et il annonce un vent de fraîcheur pour la jeunesse.  Je ne peux pas passer un moment de plus sans vous en parler. Il y a des affiches partout à Paris et chaque matin, quand je vais à la fac, je tombe sur une affiche du film. Alors certes, entre les apparitions de Pierre Niney et le clip Nekfeu avec des séquences du film, il y a une grosse promotion qui est faite autour, qui plus est la BO du film a été réalisé par Gush, un groupe français que j’ai interviewé il y a quelques temps, mais que vaut-il vraiment ? . Five, c’est 5 amis et d’ailleurs, il y a cinq protagonistes au sein de l’histoire.  Même si, avouons-le, le plus gros du film repose essentiellement sur Pierre Niney alias Samuel.

Le film parle d’une problématique essentielle : jusqu’où pourrait aller l’amitié ? Sans vous cacher, c’est une question que je me pose moi-même. Les gens changent et évoluent au fil du temps, mais sont-ils prêts à faire des sacrifices pour vous malgré ce changement ? On démarre sur un paysage de carte postale, le rêve, pendant toute la durée du film, on va suivre les personnages dans un cadre idyllique, une plage de sable blanc avec des palmiers. Mais…. Une voix off nous ramène brusquement à la réalité. En apparence, le spectateur peut penser que le film est formidable, mais ce n’est qu’une apparence justement. La réalité est autre.

Le projet de cette bande de potes, c’est habiter en collocation, avoir un appartement sur Paris.  Samuel, joué par Pierre Niney, concrétise ce rêve : trouver ce fameux appartement et proposer aux autres de payer le loyer.

Samuel joue un double jeu : son père le pense en études de médecines mais ces prestigieuses études auxquels son père tient, sont très vite remplacé par des cours de théâtre. Samuel rêve de fouler les planches et devenir acteur, un rôle fait pour Pierre Niney   ? En tout cas, il y a beaucoup de similitudes entre le personnage et l’acteur.   Tout semble parfait idyllique, pour un rêve qui semble être sur le point de se réaliser.

Sauf que la réalité, aussi sombre soit-elle, rattrape très vite Samuel : Tandis que ses copains emménagent dans leur nouveau chez-eux, Samuel reste bloqué à une réception chez ses parents, et il se trouvera incapable de s’occuper  d’un des invités qui fera un malaise. Le masque est levé et la vérité éclate au grand jour.  Tout part d’un rêve qui est au départ par un secret, mais quand ce rêve est sur le point de dégringoler, c’est la catastrophe. La phrase culte de Samuel ?  » Les flics, c’est comme les chevaux, ils sentent quand tu as peur »   La bande-annonce :

Abandonné par son père, son principal sponsor , Samuel va se tourner vers ses amis, qui le prendront sous leurs ailes.  à partir de là, il deviendra dealer de drogue, pour récupérer l’argent nécessaire afin de payer son loyer sans rien dire à ses amis.

Le film donne une place importante à l’amitié, traite d’une bandes de potes, et on a rarement vu ça au cinéma, la plupart des films traitant surtout de relations amoureuses, d’un amour interdit dans un milieu professionnel.

’Igor Gotesman réalisateur mais aussi acteur du film  – qui joue d’ailleurs le rôle de Vadim, peut-être le plus terre à terre de la bande  c’est un délire de potes. On s’amuse, on pleure, on fait la fête ; on se laisse porter !

Ce film-là est peut-être dans la même lignée que LOL, en beaucoup plus mature et avec des enjeux plus importants.  Un film français, avec de bons acteurs, qui nous fait rire, où il y a du suspens, juste un film qui nous fait du bien.

Les amis de Samuel se sacrifieront-ils pour lui ? Réponse à la fin du film.  Un bon film français comme on les aime.

 

 

Paul Mc Cartney au cinéma dans  » Pirates des Caraïbes »

Pirates des Caraibes

Qui n’a jamais dit que le rock se mariait bien avec le cinéma ? Certainement pas moi !  Après Keith Richards, guitariste des Rolling Stones qui est apparu dans l’épisode 4 de la saga dans le rôle du père de Jack Sparrow ( avouez que vous ne l’aviez pas reconnu avec son costume de pirates) .

C’est donc au tour de Paul Mc Cartney de donner la réplique à Johnny Depp, mais on pourra aussi compter sur le retour d’Orlando Bloom alias le personnage de Will . Ces nouvelles aventures s’appelleront Pirates des Caraïbes: Dead Men Tell No Tales . Et bien qu’on ne connaisse pas encore la performance scénique du chanteur, je suis certaine qu’elle sera époustouflante, voir déroutante, car nous n’avons pas vraiment l’habitude de voir Paul Mc Cartney au cinéma. Et certainement pas dans une saga à succès !

Pour rappel d’un petit aperçu de ce prochain épisode : Jack Sparrow et ses compagnons se lancent dans la quête du Trident, sur lequel le Capitaine Teague détient des informations précieuses. Il va croiser sur sa route le Capitaine Brand, un fantôme désireux de venger son frère, et tombera sous le charme de Carina Smyth, la fille de Barbossa.

La séquence aurait même été écrite uniquement pour lui alors je suis plus qu’impatiente de voir ce que ça va donner. Il faudra attendre 2017 pour avoir la réponse, alors il n’y a plus qu’à prendre son mal en patience.

Rock’n’Roll au cinéma

Le symbole du rock

Le nouveau film de Guillaume Canet va s’intituler  » Rock’N’Roll ». Depuis que je suis tombé en amour avec le film américain  » Rock Forever » que j’avais adoré et qui, en plus, nous plongeait dans un Los Angeles des années 80, il semblerait bien que l’esprit rock’n’roll vienne enfin en France et ça fait du bien.

Pourquoi je compare déjà « Rock’N’Roll » à  » Rock Forever » ? Tout simplement parce que l’histoire me semble presque similaire, à quelques détails près bien entendu. Et  » Rock Forever » est l’adaptation d’une comédie musicale, contrairement au film de G. Canet. Mais passons. Au casting, on aura droit à des français et rien que des français, pour vous donner un exemple : Johnny Hallyday  avec Marion Cotillard ( bien sûr) dirigé par le réalisateur, mais aussi dans les figurants, le jeune François Crimon ,qui sera l’un des rockers figurants, que je compte bien  suivre cette année.

Pour vous donner un petit aperçu de l’histoire : un mec se fait larguer par une gonzesse qui lui dit : « T’es pas rock and roll ! » Pour lareconquérir, il veut absolument devenir rock and roll mais perd les pédales et fait un paquet de conneries. Et puis un jour, il décide d’aller voir le patron du rock and roll,  donc le personnage incarner par Johnny. Il me demande des conseils et là, tout part en vrille.

Par opposition, bien sûr, à  » Rock Forever » qui retrace une histoire d’amour rythmée par les musiques de Bon Jovi, Twisted Sister,…

Rock’N’Roll, c’est la cinquième réalisation de Guillaume Canet et produit par Les Films Trésors, qui sort dans les salles  le 9 novembre prochain.   Entre la série Vinyl dont les français parlent  et la sortie prochaine de ce film français , on ne peut pas dire que l’esprit rock’n’roll ne revienne pas en France.  Avec un peu de chance, on présentera peut-être le film au prestigieux festival de Cannes cette année.

« La Vie en rose » by L’oréal

L'oréal

Ce matin, je vous propose un article qui mêle mode et cinéma, ou plutôt beauté et cinéma. Parce que le cinéma vise à rendre une actrice belle, tout comme la beauté.

J’ai décidé de voir la vie en rose cette année alors pour bien commencer, j’ai décider de porter le vernis rose de chez L’oréal de la teinte  » Black » avec le rouge à lèvre de la même teinte. En fait, les produits sont au noms des égéries , et il y a différents roses. Parmi toutes ces femmes, il y a un homme John Legend, le célèbre pianiste américain qui, sur la photo promotielle, joue au piano pour toutes ces dames. Parce que oui, une belle femme mérite un homme aussi bien qu’elle.

De plus, les égéries sont des actrices, pour ne citer que les plus connues : les américaines Black Lively et Eva Langoria et la française Leila Bekti.  Chaque femme doit voir la vise en rose alors, à travers cette collection, chacune doit trouver sa teinte. Moi, j’ai craqué pour la teinte  » Black ».

Bon, je dois avouer que je trouve Black Lively magnifique et elle s’embellit d’année en année. J’aime également beaucoup son jeu d’actrice, mais le fait qu’elle soit égérie d’une grande marque française montre qu’elle a un lien avec la France

Tout comme la sublime Céleste Buckingham, à tout juste 20 ans, qui est une des révélations internationales sur qui on pourrait compter à l’avenir.

Alors, prêtes à voir la vie en rose ?

Evenement à venir : l’avant-première du film  » Les Nouvelles aventures d’Aladin  » avec Kev Adams

AladinLeFilm

On en a très souvent entendu parlé via les réseaux sociaux. Kev Adams est mis à l’honneur dans la prochaine comédie française, Les nouvelles aventure d’Aladin, qui aura droit à son avant-première parisienne le 6 octobre soit une semaine avant la sortie officielle du film.

Pour rappel : dans ce film, on revisite l’histoire d’Aladin, en version satirique. Un héros, un méchant, une princesse et surtout beaucoup de blagues. Notre cher Kev Adams campe donc ici le rôle d’Aladin et c’est assez amusant de le voir.

Au niveau de l’humour, le film me fait vraiment penser à  » Astérix et Obélix mission Cléopâtre » mais en beaucoup plus jeune.  Justement à l’affiche, outre Kev Adams et Audrey Lamy, deux très bons acteurs français, on compte aussi Vanessa Guide, qui a fait ses preuves en étant chroniqueuse pour le grand journal .

En tout cas, j’ai très envie de voir le film, pas vous ?

« Search Party » La B.O de Paper Towns

Sam Bruno

Première sortie parisienne depuis mon retour, je me devais d’aller voir « Paper Towns » et j’ai été bluffé par la performance de Cara Delevingne . Du coup, je vous propose de découvrir le titre  » Search Party » de Sam Bruno .

Aux influences plutôt pop, la chanson colle parfaitement  à l’ambiance du film. Quand on entend le morceau, on a juste envie de se laisser aller, ou de partir sur les routes. D’ailleurs, c’est ce qui se passe dans le film.

« Search Party » ça évoque une soirée,  mais ça peut aussi bien évoquer une soirée au sommet d’un  spot. Si l’histoire se déroulait à Paris , je penserais directement à Monsieur Bleu, qui est l’un des plus beaux spots de la ville.  La musique est géniale, très pop pour coller à l’ambiance  sincère de  » Paper Towns ».

Je crois avoir compris pourquoi en américain on l’appelait  » Paper Towns » et en français  » La Face cachée De Margo » . Car l’héroïne fait souvent référence aux villes de papier dans le film  et papier en anglais se dit  » Paper »  » Towns » : villes.  Mais en France, on l’a traduit par  » La Face de cachée de Margo » parce que c’est Margo l’héroïne du film et qu’il s’agit de découvrir  la face de sa personnalité qu’elle cache.