Le concert de Archi Deep and The Monkeyshakers

Archi Deep

Le groupe de rock français était à Paris pour défendre le nouvel album, et se produisait sur la scène du Gibus Café . Je connaissais l’album pour l’avoir déjà écouté en avant-première alors j’étais très heureuse de pouvoir être au concert , mais ce fut un concert très cool, avec un côté très rock’n’roll, tout ce que j’aime. Malgré sa voix un peu cassé, Arthur a donné une très bonne prestation et il était au top. Quand le moral est bas, rien ne vaut une purgation au rock’n’roll. Et, comme toujours, je m’avance pour être au plus proche de la scène, pour tout capter.

On démarre le concert avec « I Can See » qui ouvre le bal ,  les premières notes attirent le public, et ça commence en douceur. Puis c’est ensuite de  » Baillade of Love » , un morceau un peu plus rythmé et entraînant.  On sent clairement l’inspiration d’un rock anglais, avec ses guitares puissantes.

 » Non sens » nous invite à danser  et à prendre part à la danse. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien si les musiciens effectuent quelques pas sur scène.  J’aime la mélodie. Elle m’inspire le temps d’un instant, pour danser.   » I’m on the run » démarre  de façon brutale Il y a des temps de poses, de la voix grave, un bon lâcher prise et un rugissement de la guitare.  Le public avance, semble hypnotisé et connecté

C’est au tour de  » Kat Song »  où là, je me laisse totalement emporté, on sent le rock en nous.  ça nous prend et ça nous emporte. L’ambiance est très sex, drugs, rock’n’roll, tout ce que j’aime.  Sur  » I Got Inked » le public est conquis, la basse rugit, la batterie donne le rythme  La musique nous envoie de l’énergie et ça fait du bien.  On nous offre des solo de guitares digne d’une véritable rock star.

Vient le moment de  » Half of Two » , la voix hurle, cri, elle devient grave, mais parfois, elle peut descendre dans les aigus. J’adore le jeux de guitare et à chaque nouvelle note, elle m’emporte. C’est juste le temps d’un show, mais pendant ce laps de temps, tout nous emporte.  » Nowhere Man »  est le premier titre à avoir eu son clip vidéo, mais c’est peut-être mon titre préféré puisque je suis familière avec la mélodie.  Musicalement, on s’en prend plein la gueule et les oreilles, mais c’est bon !

 » You’re Gonna Come »  nous entraîne encore plus dans la danse parce qu’Arthur sait nous faire bouger avec ses pas de danse.  Le public est connecté et captivé.  J’aime la puissance et l’invitation que procure ce titre.  On se laisse doser doucement mais surement.  » If  Only It Was Sunny » nous murmure à l’oreille  » I need you » comme nous y étions un soleil. Un joli rayon de soleil qui a besoin de briller.  Mais la chaleur se fait sentir, de plus en plus.

Pour  » Oh ! God », on se met tous à chanter en choeur  des  » Oh ! Oh ! , on frappe dans nos mains, pour donner le rythme  Les musiciens nous encouragent à faire de ce moment le plus incroyable.  Magnifique solo d’Arthur à la guitare pour finir la soirée.

Ce concert m’a donné des étoiles dans les yeux et m’a fait passé un merveilleux moment. Je n’ai pas pu m’empêcher de me procurer le vinyle de l’album, on ne refait pas une fan de musique . En attendant… Long Leave Rock’n’roll. Et la purgation au rock’n’roll, c’est la meilleure qui soit.

Publicités

« Nowhere Man » de Archi Deep and The Monkeyshakers

Archi Deep and The Monkeyshakers

Je vous propose de découvrir le clip du groupe de rock français « Archi Deep and The Monkeyshakers. J’ai déjà eu l’occasion d’avoir une interview et d’écouter l’album en avant-première.

Du coup, là, je vous propose de découvrir le clip de la chanson  » Nowhere Man » extrait de l’album. Il faut savoir que la vidéo est entièrement tourné en noir et blanc. Une envie de revenir aux sources du rock’n’roll ? Surement.

Ce sont trois amis qui courent après le temps et la vie, parce qu’en fait, on court tous un peu après ça, au fond.  D’ailleurs, quand on y pense, la vie file et on ne voit pas le temps passer, alors c’est quand même important de profiter de chaque moment qu’elle nous offre. C’est un clip tout en simplicité, fait avec les moyens du bord, mais c’est ça qui est sympa.  J’aime beaucoup la voix d’Arthur, c’est une voix de rocker, d’un mec qui a le rock dans la peau.

Ils seront peut-être à Paris prochainement, je n’en sais pas plus pour l’instant, mais tout cas, j’ai hâte ! De plus, comme j’ai fait l’interview par téléphone, ce sera l’occasion de les voir.

Je vous invite à aller voir la vidéo ici 

Archi Deep & The MonkeyShakers , l’interview exclusif

Archi-Deep-and-the-Monkeyshakers Dans le cadre de la sortie du nouvel album, prévu pour octobre, j’ai eu la chance de bénéficier d’une interview avec Archi Deep& The Monkeyshakers, un groupe de rock aux influences anglaises et américaines .  Le vrai, le bon rock’n’roll nous vient des U.S.A avec The White Stripes, et ils l’ont bien compris.  Le chanteur leader, de la bande s’appelle Arthur et est ancré dans cette culture rock. Le groupe s’auto-produit mais ce qu’ils font, c’est tout simplement de la bombe.

1/ Salut Arthur, présente-moi ton groupe en quelques mots Archi Deep and the Monkeyshakers, c’est pas seulement du rock’n’roll, c’est une aventure puissante et humaine .  Avant, j’étais à Londres et je faisais des concerts dans la rue, je portais des banderoles où il y avait écrit :  »  I don’t want your money, I  want you like me on Facebook » , cela m’a permis de me faire remarquer et de récolter beaucoup de likes sur les réseaux sociaux. Après, c’est une succession de rencontres.  Il y a eu beaucoup d’auditions pour des musiciens, parce que je m’étais dit que c’était le bon moment pour monter un groupe , en revenant de Londres.  On a programmé des dates de concerts et puis juste avant la première date, mes musiciens et moi, on s’est retrouvés ensemble  et c’est parti comme ça.  On s’est bien trouvés parce qu’au delà d’une simple audition, une véritable histoire d’amitié s’est construite ensuite.

2/ Le futur album qui sort en octobre, c’est du rock mais on sent que c’est un rock qui vient d’ailleurs, non ?  C’est sans doute parce qu’on l’a enregistré aux U.S.A à Memphis , on a  travaillé avec quelqu’un qui avait déjà bossé avec les White Stripes, Led Zeppelin,…  qui sont des références pour nous alors oui, cela nous a beaucoup influencés.

3/ Vous êtes partis aux U.S.A pour l’enregistrement de l’album , l’inspiration vient de làs-bas, non ? 

Oui, c’est très anglophone. On est ancrés dans cette culture.

4/ Le rock est-il un style musicale intemporelle ? Il traverse les époques tout en restant intacte ?

  Je suis assez mitigé sur e sujet. En France, au début, le rock était très underground. Maintenant, quand tu es français et que tu fais ce genre de musique, on va te mettre des bâtons dans les roues.  On préfèrerait que tu fasses de la pop et que tu chantes en français. Mais nous, on fait du rock et on chante en anglais, d’ailleurs notre but est de faire voyager notre public à travers nos chansons. Quand on fait du rock, c’est plus facile de s’exporter à l’étranger.  On défends le fait que nous n’appartenons pas à la scène française, on veut toucher les gens,  peu importe les pays, comme des citoyens du monde.  D’ailleurs, pour la petite anecdote, on a joué à Londres avec des groupes locaux, et comme notre musique leur plaisait , ils sont venus nous voir à la fin du concert et nous ont demandés d’où on venait. Ils pensaient qu’on était canadiens ou australiens, mais quand on leur a dit qu’on venait de France, ils ont été surpris et ont dit :  » Ah bon ? On fait du rock en France ?  » Il faut redonner une image de la scène rock’n’roll française à l’étranger.

5/ Sur le disque, lorsque je l’ai reçu, il n’y a pas la photo de couverture, toujours en cours de réalisation ? 

Oui, on bosse  avec Storm Studio , qui est situé à Londres . Ils ont déjà fait les pochettes des albums de Led Zeppelin, Muse…. Pour l’instant, le shooting  est prévu pour bientôt , mais je préfère garder ça secret pour le moment.  Ce que je veux te dire, c’est que ce sera très représentatif des chansons . C’est un voyage schizophrénique à travers le monde. Voilà comment je dirais :  c’est le voyage d’un gars schyzofrène, mal dans sa peau.

6/ Un mot pour définir l’album ?  Puissant et rock’n’roll .

Merci pour tes réponses 

Le nouvel album de Archi Deep & The Monkeyshakers

Archi Deep and the Monkeyshakers

J’aime recevoir des nouveaux albums au courrier , et celui que j’ai dernièrement reçu m’a tout de suite conquise. J’ai bien l’impression que mon nom et mon adresse circule parmi les attachés de presse à Paris , mais cela me ravit, au contraire. Connaissez-vous le groupe Archi Deep & The Monkeyshakers ? J’en avais entendu parlé mais je ne connaissais pas trop, alors quand j’ai reçu le nouvel album au courrier, cela m’a donné envie de découvrir. Le groupe est français, c’est un bon groupe de rock français.

Et c’est putain de bon !  L’album  » 3″ – Made in U.S.A  a été enregistré en Amérique et masterisé en Europe, à Londres. Il a été enregistré à Andent Studios, dans la belle ville de Memphis. La pochette est en cours de réalisation actuellement, mais à mon avis, elle sera à l’image des chansons ! L’album étant prévu pour octobre 2015, je suis l’une des premières à en parler, et c’est cool !

On démarre le disque avec Nowhere Man, une plongée directe dans un rock américain et ancien, mais avec sa touche de nouveauté. Le voyage me fait penser à une traversée direct des U.S.A avec un son rebelle. Les riffs de guitares sont impressionnants, et j’adore la mélodie.  » I’m on the run » pourrait aussi s’appeler  » On the road » parce qu’à l’écoute du morceau, on a vraiment l’envie  d’être sur la route .

Les guitares nous plongent dans une ambiance de fou, et l’univers est unique.  Puis c’est au tour de « High Minds » de nous emmener dans un autre univers, plus doux aux premières abords , mais avec une mélodie plus acoustique et avec la voix aussi.  Puis  » I can see » nous emmène à nouveau dans quelque chose de puissant et de rock, la guitare pousse un rugissement tout en douceur.  La voix est puisante et rocailleuse à souhait, bien comme j’aime.  Je me vois danser sur ce genre de musique, ça me fait penser aux Whites Stripes mais en beaucoup plus puissants.

« Real » nous plonge presque dans le réel, je dis bien presque , parce que c’est toujours dans leur univers, et que l’ambiance est à la proximité du réel, mais que ça ne l’est pas pour autant !  Les rugissements de la guitare associés à la batterie sont des bons , c’est carrément bon ! « Really Good Friends »  » Anyway » .

C’est un rock puissant et une envie brûlante que d’ambiancer la scène ! « If Only it was sunny » termine le disque sur une note de rock à l’ancienne mélangé à un instant plus rock et plus rugissant mais c’est pour rugir à nouveau. ça pulse et ça envoie, j’aime ce disque !

Rendez-vous donc en octobre 2015 pour avoir plus d’informations ou pour avoir une plongée musicale encore plus en profondeur !