Muse nous parle de  » Révolt » dans un nouveau clip

Muse

On me dit souvent que je suis une révoltée et que je fais de la résistance alors je vais vous parler du clip de  » Revolt », la dernière vidéo de Muse ( Référence  aussi avec l’album du groupe  » Résistance »   A première vue, on peut dire que c’est un clip futuriste. En effet, au début de la vidéo, on nous annonce que tout ceci se passe en 2025.

Donc, c’est vous dire à quel point c’est à des années lumières d’aujourd’hui .   Mais en plus, des hélicoptères, des voitures, et des robots policiers débarquent pour s’emparer de la population humaine. Tandis que les plans alternent avec le groupe en plein live.

Il y a ensuite une révolte entre les humains et les robots. Le message est très clair : ne pas laisser la machine prendre le pas sur l’homme. Même si nous avançons dans un monde où le progrès technique  avancent aussi très vite, rien ne remplacera jamais une main-d’oeuvre humaine. J’adhère aussi vraiment à la pensée de Muse  : Ne laisser personne vous dicter ce que vous devez faire, et soyez toujours vous-même !

Le clip n’est pas encore visible sur youtube, mais seulement sur L’Apple Music et sur le site officiel du fan club français de Muse, juste ici

Publicités

Live-report : Muse en concert au Lollapalooza

Muse

Je profite d’un moment où mes souvenirs sont encore frais pour vous faire un petit compte-rendue du concert de Muse . Le groupe anglais était LA tête d’affiche du festival alors impossible pour moi de manquer ça !

Ils ont démarrés le show avec  » Psycho », le public étant connecté, comme au Main Square.  Matt saute dans tous les sens, heureux d’être là. Sur l’écran, on diffuse tous les bruits du clip, c’est surprenant. Mais je suis heureuse d’être là.  Après cette première chanson, c’est une marée humaine qui applaudit les musiciens. Et puis, on enchaîne avec  » SuperMassive Black Hole », la connexion est intense. C’est le premier titre qui m’a fait aimer Muse. Je sens la sensualité dans ce titre, presque trop forte. Je sens la guitare de Matt rythmé mon coeur, c’est puissant mais j’adore cette sensation.

Et puis, c’est au tour de  » The Handler » où Matt gesticule sur l’intro, on sent une révolte, la marée humaine se transforme en une marée de révolte, à ressentir, c’est impressionnant.  Ne laissez jamais personne vous dicter ce que vous devez faire, ni comment mener une relation . Il faut toujours faire les choses comme on les sent. Les accords de Matt à la guitare sont précis, justes mais uniques. C’est la première fois que j’assiste à un live de Muse, mais c’est une putain de sensation.  Des remerciements en allemand après ce morceau explosif.

On change d’ambiance avec  » Plug in Baby » , un des classiques de Muse, public toujours aussi connecté et les voir en vrai, c’est impressionnant. Je considère Muse comme une de mes sources d’inspirations premières.  C’est le titre que le public reprend en choeur, Matt les laisse chanter. La prestance scénique de Matt est parfaite, rien à dire. Il laisse sonner un accord, fait durer le plaisir.  Et Matt hurle  » Dead Inside » avant que la batterie de Dom n’enchaîne.  Et puis la chanson démarre à fond. On sent la guitare le long du dos, comme un frisson. Cette chanson m’invite à danser, et à profiter de la vie. Au moment du solo, Matt se mets à sauter. C’est un de mes titres préférés , et on chante. Ensemble. Muse rassemble les coeurs et les passionnés de musique.

On enchaîne avec  » Interlude » qui m’offre des putains de frissons.  La scène est bleue, comme si le groupe voulait nous plonger dans un autre monde, un univers où la vie est juste entre eux et nous. Une putain de sensation m’envahit sur le moment avec  » Hystéria », c’est presque trop beau pour être vrai. C’est au tour de « Munich Jam ».   Un moment introductif et musicale avant la prochaine chanson. Dom nous fait son solo de batterie. Et puis, on enchaîne avec « Madness » un grand M apparaît au fond . La scène devient rouge et la voix de Matt nous envoûte, une vague de coeur  suit.  Et Matt nous offre un solo à la guitare, juste magnifique.

 » Apocalypse Please »  on chauffe le public, histoire qu’il y ait une bonne ambiance . Matt se mets au piano et chante,  lumière verte sur la scène. Changement de décor, changement d’ambiance, Matt joue divinement bien au piano, on ne peut que se laisser bercer sur  » Apocalypse  » . Et puis, on enchaîne avec « Supremacey » . Sa voix enchaîne et les notes filent avec le rythme.  Les fans sont là, il y a des choristes pour accompagner le rythme et on se croit dans un film.  Un film musical dont seul Muse a le secret.   » Mercy » où tout le chante en choeur, frappe dans les mains, c’est un show unique et Matt a le sentiment de remercier les gens présents pour eux, ce soir-là. On donne le rythme en frappant dans les mains.  C’est une chanson qui me procure de la joie, et où des confettis sont lâchés sur le public. Un lâchement de bonheur, un lâchement d’ondes positive.

« Time is Running Out » est aussi un classique et on chante tous en choeur avec Matt, je danse, la musique m’emporte, c’est magique. Cette chanson, je la connais par coeur pour l’avoir chanter, et pour avoir essayé de la jouer à la guitare.  Les fans de Muse à Berlin sont aussi actifs que ceux en France. Le rythme est bon, entraînant, sexy.   » Reapers »  nous fait monter encore d’un cran, encore plus fort, les lumières explosent sur scène, et les fans sont à fond ! J’aime la voix de Matt, si Muse marche autant, c’est parce que le chanteur a une superbe voix.  On se laisse aller par le  » Here comes the dromes » , des ballons sont lâchés dans le public. à la place des drones, on pourrait dire.

C’est au tour de  » Starlight » on sent venir un classique et Matt appelle le public à chanter et jouer avec lui.  Les fans chantent sur ce morceau, il y a une communion avec le public, tous ensemble dans la même bulle.  Le public chante, Matt le laisse faire , et on sent la puissance de leur énergie.  La scène devient futuriste, il y a un vrai jeu dans sur la scène, tout y est.  Matt dit quelques mots en allemand pour remercier le public.

« Stokolm Syndrom »  nous entraîne dans un mouvement plus rock, plus électrique. Et Matt semble crier quand il se mets à chanter. Les ballons qui sont lâcher dans le public complète le tout.  Le rythme est plus rapide, plus entraînant,  c’est la nuit et seuls la lumière de la scène nous éclaire.  Les musiciens quittent la scène sous un tonnerre d’applaudissements. Mais rappel .

Les artistes reviennent et jouent  » Uprising » , Matt donne le rythme au public avant d’enchaîner avec la voix. La chanson emblématique de l’album  » The Résistance » fait lever les mains en l’air,  le public chante avec l’artiste. Les couplets sont entrecoupés par des morceaux de guitare, le titre défile dans mes oreilles et je saute avec les autres.  Les passages électriques sont rythmés par le public qui hurle.

 » Knight of Cydonia » est aussi un classique de Muse. C’est par cette chanson que le show se termine. Muse nous offre une formidable occasion de redécouvrir cette chanson.  Je ne pense qu’à chanter, et à être en communion avec eux.  Deux voix sont en communion sur ce live, et c’est beau à entendre. Matt monopolise notre attention comme personne et le titre explose quand vient la musique.  Pour la fin du live, ils nous offrent un solo dont eux seuls ont le secret

Un show unique, magique, merveilleux ! Bref, je n’ai pas de mots pour décrire Muse. Je comprends juste pourquoi c’est l’un des meilleures groupes au monde et pourquoi ils sont  su géniaux.

Muse sera en concert le 29 févrer et le 1 er mars 2016 à Bercy. Deux dates parisiennes au top ! Enjoy !

Lollapalooza Berlin Jour 2

Muse

La journée commence bien avec une conférence de presse sur la scène Lola Fun Air, sur l’esprit du festival. à nouveau, je me retrouve au milieu de plusieurs journalistes, je prends des notes, le festival Lollapalooza est un festival américain et international, pourquoi avoir voulu faire la première édition européenne ici ? Parce que Berlin est la capitale européenne.

Après la conférence, je repars en vadrouille pour les concerts, direction la Main Stage 1 pour le concert de Stéréophonics, déjà vu à Rock-En-Seine, mais j’aime beaucoup ce qu’ils font. Alors, je me laisse hypnotiser par le titre  » C’est la vie » et en live, ça gère. Le chanteur joue quelques titres en acoustique aussi, accompagnés par les autres musiciens.  D’autres morceaux m’ont bercés aussi, mais c’est sans doute mon concert coup de coeur du dimanche.  Il y a également eu le concert de Bastilles, qui était vraiment top, un jeu de scène remarquable et une présence incroyable. Mais un peu moins mon style de musique.

Et bien sûr, je ne pouvais ne pas parler du live coup de coeur de Muse, qui est la tête d’affiche du festival. Matt avait l’air un peu fatigué sur scène, mais comment ne pas lui en vouloir ? Tout ça doit être épuisant humainement. Le public, les fans aussi ( on peut facilement les reconnaître d’ailleurs), ce concert a sans doute été un gros coup de coeur, l’ambiance était au top, et Muse à clôturer à merveille cette première édition du rock’n’roll Lollapalooza ! à noter que Muse sera de retour à Paris demain pour participer au grand journal et qu’ils seront en tournée mondiale dés 2016.

Rien  que pour vous, je vous donne aussi la setlist du concert rock de hier soir :

-Drill Sergean, -Psycho, Supermassive Black Hole, The Handler,  Plug in Baby, Dead Inside, Interlude, Hystéria, Munich Jam, Madness, Apocalypse Please, Supremacy, Mercy, Time is Running Out, Reapers, Starlight, Stokholm Syndrome, JFK ( d’ailleurs, sur ce titre, on aurait dit  que Matt ne savait plus le jouer, mais on peut le comprendre ), Upsrising, et Knight Of Cydonia ( le morceau mythique, on pourrait dire )

Le Lollapalooza est une formidable expérience humaine et musicale, que je souhaite de vivre à tout le monde. Alors tout simplement merci aux organisateurs de m’avoir permis d’en faire partie. Cette première édition a été réussie,  et je pense que les meilleures restent à venir. Avoir fait le Lollapalooza Festival à tout juste de 22 ans, ce fut une expérience tout simplement énorme !

« Révolt » est le prochain single de Muse

MUSE-Revolt

Pas de vacance pour les musiciens de Muse et tant mieux, parce que pour avoir la reconnaissance qu’ils ont, il ne faut jamais s’arrêter de travailler son art.  Le morceau  » Revolt » extrait de l’album  » Drones » est le nouveau single du groupe.

Muse en fera la promo tout l’été, après les festivals en France, viendra ensuite le tour de la Chine et de l’Allemagne en septembre.  C’est via les réseaux sociaux que le groupe a annoncé cette bonne nouvelle.

Personnellement, j’adore ce titre !  Parce que lorsqu’on entend  » Revolt » on a envie de se révolter et d’aller encore plus loin dans son ambition. Et je pense que c’est ce que Matt Bellamy essaye de transmettre comme idée :  » Ne laissez personne vous dicter ce que vous voulez faire. Juste Faîtes-le  » . Si vous voulez écouter à nouveau la chanson, c’est ici  Le clip est d’ailleurs en train d’être tourné, ce qui signifie qu’un nouveau clip de Muse ne devrait pas tarder à voir le jour.

Je vous rappelle que Muse sera présent à la première édition du festival Lollapalooza en Europe qui se déroulera à Berlin les 12 et 13 septembre !  L’été est rock’n’roll, même pour eux !

La vidéo futuriste de Mercy selon Muse

Muse

Ils sont à Paris pour de la promotion mais Muse continu de nous surprendre ! Et cette fois, c’est avec « Mercy ». C’est une des chansons que je préfère, mais au niveau de la vidéo, c’est peut-être la plus surprenante. Après un live exceptionnel au Grand Journal, Muse nous surprend encore est toujours.

Au début, on voit une fille allongé sur un lit d’hôpital. Je n’ai pas compris au départ, et puis petit à petit on avance, il y a des plans entrecoupés pour voir le groupe en live. Je suis sous le charme de la mélodie, et de la voix de Matt quand elle monte.  » Mercy » c’est en fait l’histoire des clones puisque l’héroïne découvre qu’on fait des clones d’elle alors elle tente de s’enfuir et d’échapper à ses agresseurs, ça tient la route . Dans l’histoire que veut raconter le disque, l’histoire commence ainsi. Les drones seraient des clones de nous-même, des gens qui nous surveillent. J’ai l’impression que l’histoire se passe dans un hôpital psychiatrique, un hôpital avec des médecins fous qui prennent une partie de ton ADN pour l’injecter dans plusieurs corps.

Guitare-basse-batterie – la base est là et le rendu est juste… magnifique ! Ce clip me touche parce qu’au fond, les clones seraient comme nous, mais si l’on reste dans le monde des humains, chacun est différent. La révolte de l’héroïne à la fin, montre bien qu’on ne devrait jamais se laisser faire, une mélodie électrisante et un texte poignant, c’est ça la force de Muse !

Alors allez voir la vidéo parce que visuellement, c’est une claque, c’est futuriste, mais cela a un petit côté surréaliste ! C’est de la science-fiction sur du rock’n’roll, un très bon mélange à mon goût !

« Drones » le nouvel album de Muse : la chronique

Muse- Drones On devait l’attendre pour demain mais finalement, dés samedi, l’album de Muse était presque disponible partout en France ! Inutile de vous le dire que j’avais hâte de l’avoir entre les mains, maintenant, je vais pouvoir l’analyser avec bonheur . On commence le titre par  » Dead Inside « qui me plonge dans un voyage intérieur. La musique invite à danser, comme dans le clip vidéo moi, j’ai envie de danser et d’improviser une chorégraphie en criant  » Dead Inside ». à mes yeux, une mort intérieure serait un goût perdue de la vie  » But You’re Dead Inside ». Mais quand on meurt intérieurement, quelque part, on continue à vivre parce que l’esprit vit, lui, je valide le texte et la mélodie, surtout la mélodie d’ailleurs.

Puis ensuite on découvre un discours, peut-être politique , un peu trop politique à mon goût alors c’est Psycho qui nous entraîne avec son rock puissant et alternatif . J’aime les paroles et la musique, on est tous un peu des psycho en fait. Et cette chanson est un message à tous ceux qui écoutent, un message puissant.  ça sonne métal, on dirait que c’est un son qui nous invite à trouver notre paix intérieure mais tout en révoltant, peut-être un des titres que je préfère. « Mercy » nous dépeint quelque chose de plus mélodieux, il faut écouter les premières notes et la voix de Matt.  Le refrain est doux, et puis quand l’artiste crie  » Yeah ! » on monte en puissance avec la guitare ,   et ça redescend avec le piano.  J’aime les instruments et tous les arrangements. C’est un titre qui nous invite à être heureux, c’est ce que je ressens.  Muse est incomparable.   » Reapers » est un morceau plus frais et plus aérien, plus rapide aussi mais ça hurle plus du coup ! J’imagine que ça va rugir en concert sur ce titre.

C’est une histoire qu’on nous raconte, l’histoire des hommes qui essayent de s’échapper, c’est bien ce qu’on peut ressentir comme Matt chante  » Here comme the drones » « The Handler » musicalement c’est un morceau que j’adore. Il est puissant et unique.  Comme dans le clip vidéo, Matt chante  » You are my handler and I want your execution » c’est un titre sur la manipulation que les hommes peuvent faire entre eux. Sur la mélodie, on monte on descend mais on reste sur cette fine ligne, comme sur une corde de guitare. Et je ne me lasse pas des accords que joue Matt à la guitare, qu’est-ce que c’est bon ! « JFK  » est un discours politique sur les drones, mais pas vraiment fan parce que je pense que musique et politique ne font pas bons mélanges.

Mais  » Défector  »  a un niveau mélodique un peu plus au-dessus, on monte en puissance , il y a assez de son et de guitare pour me combler, avant que la voix ne rugisse, il hurle pour la liberté  » I’m free » .  » Révolt » est un morceau que j’ai tout de suite aimé parce qu’il traite d’un sujet qui me tient à coeur, la révolte pour la liberté !  Au début, on a l’impression difficilement pour atteindre un but et puis, une fois là-haut, on redescend en chantant, j’adore la présence de la batterie et le sens unique que cela produit  » Don’t tell me you can say », le personnage au début manipulé se révolte d’un seul coup pour dire stop et dire oui à la liberté !

« Aftermath » est un changement d’horizon musical, et ça fait du bien d’entendre ça. C’est peut-être mon titre préféré pour sa douceur. On se pose en douceur pour écouter chanter l’artiste, cela me fait penser à un film, c’est typiquement le genre de musique que l’on peut mettre dans un film et la voix de Matt, douce, nous murmure des mots à l’oreille, avant d’hausser un peu plus la voix, mais on reste toujours dans la douceur mélodique. Oui, certainement un titre unique et celui que je préfère avec  » The Handler » et  » Mercy » . Un titre avec des choeurs qui chantent tous ensemble, ça ressemble à un film mais sur un album de Muse, ça le fait carrément !

« The Globalist » est encore plus surprenant puisqu’il démarre avec un sifflement, avant qu’une guitare ne vienne compléter le tout, c’est une invitation au voyage dans l’inconnu. On laisse place à la musique, avant que la voix de Matt Bellamy ne vienne agrémenter le tout. Mais ça reste très doux, comme une caresse. Matt, avec sa voix de rocker, s’est aussi chanter de façon plus douce et monter dans les aigus, comme une berceuse, mais la guitare rugit et nous rappelle que nous sommes sur un disque de rock et pas autre chose.

Le voyage doux se transforme en marche d’hommes révoltés, les choristes nous donnent cette impression et la musique, qui continu de rugir, nous invite à écouter un bon solo de guitares, à deux je pense. Avant de finir le morceau sur une note douce qui est celle d’un piano. Le calme après la tempête, et la voix de Matt continue de chanter, tel une berceuse. On finit le disque par le titre-phare  » Drones » , vous voulez  mon avis pour le coup ? Cela me fait penser à une choriste d’église , mais peut-être « Drones  » veut-il nous dire que nous sommes plusieurs à être commander par des Drones. Alors, les chants d’églises sont importants, comme une expression un peu ecclésiastique.

Un album unique et frais, cela dit il y a des choses où j’ai beaucoup de mal à me laisser séduire comme le discours de JFK qui est glissé malicieusement parmi les titres. ça reste quelque chose de très bon à écouter, musicalement tous les éléments sont là pour me combler !  Les musiciens de Muse  sont de vrais musiciens parce que leur but, à travers la musique, est entraîner les gens dans quelque chose de positif et les inviter à trouver qui ils sont ! Et parce qu’un bon musicien passe son temps en tournée à découvrir le vaste monde et à apporter de la joie avec sa musique. Sans doute le plus gros événement de l’année 2015, surtout avec deux jours de promotion à Paris.

JFK plus Defector , le nouveau Muse

Muse JFK et Défector

Et parce que l’actualité continu d’arriver, toujours et encore ! D’ailleurs, Muse a dévoilé hier soir son nouveau titre, extrait de Drones. Au début, un peu déçu. Je trouve le message un peu trop politique pour le coup.

Mais le groupe se rattrape vite après justement, en disant  »  I’m Free » . Toujours dans le thème du personnage qui cherche à s’échapper, ce titre-là a quelque chose de…. nouveau. Avec les choeurs et le rythme puissant. Et les riffs de guitare aussi.  Je pense la mélodie comme une renaissance avant de rugir à nouveau. Matt et ses deux compères savent se rattraper et bien arranger le tout, et c’est cool !

En observant bien la vidéo diffusé sur le net pour représenter la chanson, on peut voir beaucoup d’écrans de télévisions, peut-être que leur message, c’est justement qu’en regardant trop la télévision ou les informations, on est victime de la propagande, de la politique. Sur fondement de guitare. Je n’ai qu’un message, moi à faire passer, c’est justement de ne pas écouter la politique et les bêtises qu’il y a avec.

Coup de coeur pour la mélodie. ça reste un bon morceau, du bon Muse quoi ! Mais je trouve le message  un peu trop visé, il y a moins de place pour l’interprétation. Mais en tout cas, je pense que cet album a un message, politique ou pas, chacun est libre de penser ce qu’il veut.

Muse au festival Lollapalooza

Muse

C’est l’annonce super cool du jour ! Muse sera au festival Lollapalooza en septembre à Berlin. C’est la première édition européenne de ce festival américain alors c’est juste énorme qu’il puisse y avoir un groupe aussi renommée que Muse

La ville de Berlin se prépare donc à accueillir le plus gros événement musical de l’année 2015  de l’année. Après les festivals en France cet été, Muse viendra en force faire bouger les gens à Berlin. c’est la dernière tête d’affiche pour le festival alors ne manquez surtout pas de vous procurez votre billet 129 euros pour le week-end ou  69 euros pour un jour seulement. Pour ceux qui sont plus jeunes, de 11 à 14 ans, cela reviendra à 19 euros.  Entre autres, il y a aussi  The 2 Bear, Hayden James &Joyewave

En attendant, je vous laisse avec le titre  » Mercy », juste histoire de vous mettre l’eau à la bouche, en cliquant juste ici

Le clip de « The Handler » par Muse

The Handler - Muse Le groupe anglais prépare sa promo en force, et sa venue à Paris la semaine prochaine .  Tout d’abord, je tiens à dire que ce qui me marque le plus dans cette chanson, c’est quand même le solo de guitare par Matt, la précision et la justesse des accords sont vraiment impressionnantes .

Voilà, j’avais besoin de le dire. Maintenant le clip. Par où commencer ? Au début de la vidéo, on voit quelqu’un, le personnage je suppose, il est prisonnier en hauteur, on ne sait  pas par qui mais tourne autour de lui des objets enfantin. Parmi lesquels on peut voir une poupée  » Alice au Pays des Merveilles » : l’innocence de l’enfance.  Les objets tournent autour de l’homme prisonnier, un signe que l’enfance file vite, peut-être. Eh bien, oui, quand on y réfléchit, l’enfance file à une vitesse, c’est pour ça qu’ensuite, il est important de rader son esprit de jeunesse.

Cela peut aussi se ressentir dans la rapidité de la musique. Et en dessous, le groupe chante dans l’ombre, la vidéo est en noir et blanc, un peu comme à l’ancienne. En fait, si je me penche sur le titre  » The Handler » a la même racine que le mot  » The hands » autrement dit main en anglais. Donc manipulation, voilà la clef est dans le titre, il suffit de réfléchir. Pour les objets qui font référence à l’enfance, je pense que c’est une façon de montrer que lorsqu’on devient adulte, nous ne sommes plus vraiment dans le monde  innocent de l’enfance, et qu’on se fait tous manipuler, d’une façon ou d’une autre, le secret c’est d’être plus malin que ça.  Beaucoup de guitares puissantes qui rugissent, le son est rock, ça sent bon !

Et si on y réfléchit bien, les drones nous manipulent donc le titre de cette chanson est tout à fait approprié. Et à la fin du clip, on découvre que c’est une sorte de vilaine sorcière qui manipule tout ça, encore une fois clin d’oeil à une peur enfantine.

Musicalement, comme c’est du rock, j’ai le sentiment que c’est le style de musique approprié pour une révolte et pour une envie d’aller un peu plus loin. J’adore les riffs de guitare de Matt et la basse de Chris, Dom a aussi sa place et il y joue un rôle primordial parce que, bien évidemment, le groupe ne serait pas ce qu’il est sinon ( et sans la batterie, surtout parce que c’est elle qui donne le rythme) .

Muse, c’est un trio de musiciens qui me fait rêver depuis des années alors musicalement, ils sont époustouflants à chaque album.

Revolt avec Muse

Muse-Drones Le moment tant attendu approche et…. un nouveau titre de l’album Drones est diffusé, il s’agit de révolt.  Un morceau assez rock, un peu différent du précédent. Mais plutôt… Comment dire… rock et historique. Parce que ce titre-là raconte vraiment une histoire. Si on suit le cours de l’histoire que veut raconter l’album, c’est la révolte du personnage. Après agir été poursuivi par une femme, été la cible d’attaque, notre personnage se révolte contre ces machines qui veulent le déshumaniser. Bien sûr, le titre est bourré d’énergie et de choeurs, avec des influences plutôt… Comment dire… pop/rock.  La voix de Matthew est plus présente, elle est rythmée par la guitare. Il y a aussi des solos de guitares, et cela donne du charme au morceau.

Personnellement, cette chanson me plaît et je sens  que ça va être bon, l’album va envoyer et de façon très puissante.  à l’aide de la voix de Matt, on suit l’avancée de ce personnage, toujours plus profondément.  On peut danser à deux ou seul, alors qui entre dans la danse avec moi ? On va chanter tous en choeur, je pense ( en concert, bien sûr) .

Parce que oui, ce titre  » Révolt » invite à se révolter donc à  chanter de tout son coeur, parce qu’on veut faire une putain de révolte. Muse ne m’a jamais déçu, toujours fidèle à eux-même,  Et à ce coté rock qui les caractérise si bien !  Certes, ils avancent avec le temps, ils s’adaptent mais pour autant, c’est un son rock, unique et puissant qui sort des entrailles des musiciens !