« Pavilhão Chinês » le nouvel EP de Fuzeta

Fuzeta

Vous vous soudez peut-être du groupe Fuzeta, non ? Je les ai rencontrés l’été dernier à la Rochelle et ils ont aussi fait plusieurs festivals d’été en France avant de s’enfermer en studio pour nous concocter un nouvel EP . Eh bien, cet EP, le voici, et vous pourrez compter sur ce groupe breton pour enflammer la scène indie rock française.

Le disque comporte 5 morceaux. 5 titres durant lesquelles nous nous laissons emporter au son de cette musique. L’histoire commence à Lisbonne, dans un bar à cocktail de la capitale portugaise et continue sur la route, vers une destination inconnue.

C’est  » Across » qui ouvre le bal, on retrouve cette communion qu’ils ont de chanter ensemble, le morceau nous accroche tout de suite avec un rythme très rapide et lent, quand la voix prend le dessus, pour nous laisser le temps de nous imprégner, accrochez-vous, on risque de faire un beau voyage en les écoutant chanter. « Pavilhão Chinês » nous entraîne dans ce fameux club, avec de l’alcool, des filles, de la danse, tout est mystérieux, tout est très sombre alors, un verre d’alcool à la main, on se laisse tenter, on ne résiste pas à la tentation.  J’ai l’impression d’être une actrice, une actrice invisible mais d’assister à la scène.

On part sur la route avec  » On The Road We Came back » une fois être sortie de cette soirée arrosée, la musique est comme un air qui nous permet de respirer, de prendre l’air, de partir pour être libre, le rythme est lent, mais nous donne une harmonie de choeur, comme si la liberté était là, à nous attendre au bout du chemin.  » Fall’s playground » me donne des frissons à ces premières notes, cette fois on a attend un endroit pour être libre, un endroit à nous où on peut se libérer et être nous-même, nous sommes en quête d’une liberté absolu et totale, ce morceau me donne le sentiment de l’avoir trouvé.

 » Canopy » démarre doucement, avec la voix du chanteur en fond, comme un écho à travers un miroir. C’est comme s’il chantait un titre  qui nous berce avant d’être en choeur avec ses musiciens, en  communion. Après avoir trouvé la liberté, on se laisse aller, on s’allonge sur un lit et on se laisse vivre, avec un fond sonore de guitare, comme si la vie ne tenait qu’à un fil.

ça fait du bien de les retrouver en musique, et c’est vrai qu’ils sentent bons la fraîcheur et le vent glacé, mais c’est tout aussi agréable. Mon coup de coeur ? Pavilhão Chinês, c’est sans doute celle qui me correspond le mieux, autant du point de vue musicale que des paroles. C’est un titre qui te donne envie de te lâcher, de te libérer, d’être toi-même tout simplement.

Et si vous voulez faire la fête avec le groupe, ce sera le jeudi 11 février pour la Release Party au Point Ephémère.

Publicités

The Shoes casse les Clichés

The Shoes

En ce moment, c’est le festival international du film à Cannes, et si le cinéma prend beaucoup de place, la musique aussi. Alors, on quitte Paris et on va sur la côte d’Azur le temps d’un article.

J’ai découvert le duo français The Shoes il y a quelques années avec  » Time to Dance » , et parce que ma soeur m’avait offert la place pour le concert. Mais ils avancent doucement dans le monde de la musique, surtout vers la pop, et ça donne du bon. Sinon dans un autre style, écoutez  » Baby » parce que la musique est un peu plus  » Peace and love » , mais vous savez laquelle est celle que je préfère maintenant.

à Cannes, on passe les musiques dansantes en soirée, parce que Cannes, ce n’est pas juste les films, c’est aussi beaucoup de soirées.  Des soirées parfois arrosés. J’ai eu un coup de coeur pour le morceau  » Cliché » qui est très électro-pop mais c’est bien le style de musique que le DJ passe en soirée pour l’ambiance. Mais j’aime bien, ça passe en soirée, la nuit, dans une ville insolite et réveillée. En tout cas, la mélodie, elle , réveille et nous transporte. Un très bon groupe français, pour ma part.  Lee but du morceau ? Peut-être juste s’éclater en soirée, sans se prendre la tête.

The Shoes était de passage à Cannes sur la croisette pour la soirée organisé par Villa Schweppes. Deux beaux garçons et un très bon duo. Ce style de musique , moi, ça me plonge dans une ambiance de fou, dans un monde insolite, où rien ne peut m’atteindre. La frontière entre le réel et l’irréel, la juste frontière. D’ailleurs, les garçons n’ont pas hésites à jouer les DJ à Cannes. Bon, sur le coup, ils sont originaux alors pourquoi ne pas les laisser s’exprimer ?

Si vous me demandez pourquoi cette chanson et pas une autre, tout simplement parce qu’à Cannes, il y a des clichés sous les paillettes, et je trouvais le titre de la chanson approprié, pour justement les clichés, c’est un jeux de mots.  Les mots sont une arme, surtout pour ceux qui savent bien les utiliser. Et qui savent comment se battre avec.  Et j’ai très envie d’écouter la suite, et d’en savoir plus.