« Apple » par Kursed

Kursed Apple

La canicule parisienne me donne envie d’aller faire un tour du côté de Montpellier. Et je vous propose de découvrir le groupe de rock Kursed , et leur clip récemment sorti Apple.  Comment définir le style ? En quelques mots, je dirais que ce sont des musiciens français qui me font penser à des rockers anglais .  Les musiciens sont donc :  Hugo à la guitare et au chant,  Fbien  à la batterie, Thomas à la basse,  Ari à la guitare et au choeur

Musicalement, c’est puissant, et la vidéo est tourné en noir et blanc.  Comme à l’ancienne, comme le bon vieux rock à l’ancienne.  ça me fait frissonner tout ça. D’ailleurs, ils sont en préparation de leur EP , avec l’aide de Lionnel Buza.  ça parle de fille , de cul et de rock dans ce cli, du moins c’est ce que j’en perçois. Oui, parler de rock, c’est lâcher, il ne faut pas avoir peur d’être soi-même ! à l’écran, on montre des cigarettes et des images qui peuvent nous faire penser à un film.

La chanson  » Apple » est un coup de coeur, il y a de bonnes mélodie et un son excellent. La vidéo est aussi très agréable à regarder  L’homme manipule une femme, tout le long, mais à la fin, elle se détache et elle refuse d’être manipulé.  et à la fin, on voit le groupe dans un bus rouge, qui fait penser à ceux qu’on trouve à Londres.  Un petit clin d’oeil à l’Angleterre ? Surement !

Ils seront en concert à La Rochelle le 12 juillet pour le festival des Francofolies. Et ça va être rock’n’roll, tout ça !

Publicités

Soirée Longueur d’Ondes au Pan Piper avec 3 minutes sur Mer et Robi

LO_Avatar Tout d’abord, encore merci au magazine Longueur d’Ondes pour l’invitation et merci au rédacteur en chef qui m’a reconnue et  salué . Quel plaisir de revenir dans cette salle. Je commence à vraiment bien connaître le lieu  : la scène, la salle, le bar.  La première partie, c’est 3 minutes sur mer  qui débarque sur scène.  Une soirée placé sous le signe du rock’n’roll et de la bonne humeur. Les morceaux sont bons, les textes sont en français, je sens une atmosphère rock’n’roll qui me fait frissonner . Ils démarrent avec  » Catapulte », un titre qui respire la liberté et qui nous plonge dans un esprit libre   » Lancez-moi à l’aide d’une catapulte s’il le faut » le clavier me touche, et on avance doucement au son de la voix. Puis c’est  » L’eau chaude » qui enchaîne la suite, la voix nous envoûte et on va en rythme. Et ensuite c’est  le temps d’un titre  avec des influences du slam il s’agit de  » Alouette », où le public se laisse aller   c’est  l’oiseau libre qui cherche à s’envoler, en fait nous sommes tous des oiseaux qui cherchons à être libre et à nous envoler. Il y a un jeux sur les lumières et un bon rythme.  On pense de façon positif avec « Optimiste » et vient ensuite le morceau que je préfère  » Nos enfants des autres », on enchaîne ensuite avec  » Il fallait que ça passe » et on termine avec  » Le jardin » .

Les notes sont douces, pour laisser un peu de place à la voix.  Ils ont un charme et du talent. Le style musical est bien travaillé, et ils savent où ils nous emmènent.. Un titre où le chanteur s’exprime sur fond musical. La mélodie est douce, rythmé, on se laisse aller.  C’est aussi un cri de colère. Dernier morceau et c’est fini, mais le groupe quitte la scène sous les applaudissements. Le rythme avec les  » Ha » en choeur est beau à voir en live. Pour la suite, les titres s’enchainent, le public semble les apprécier. Il y a du rythme, de la mélodie bien travaillée, du travail, de la recherche sur le style et c’est touchant. Restons optimiste, ils quittent la salle sous un tonnerre d’applaudissement. Robi, la tête d’affiche de la soirée, fait danser les foules et la parisienne a un air de Christine and the Queen, en plus recherché musicalement ( ce n’est que mon avis personnel) .

Robi, c’est le nom de scène de la chanteuse Chloé Robineau.  Elle commence la soirée par  » Nuit de fête » , une réflexion sur le genre humain ou plutôt une accusation envers quelqu’un qui croit tout connaître, bref l’humanité quoi .

Parce qu’on apprend tout au long de la vie et que rien n’est jamais acquis. Le style est  pop/rock mais le public est invité à partager et à danser.  Les nuits de fête, ce sont souvent des moments entre paradis et enfer. La musique est douce, elle nous plonge dans une ambiance musicale et cinématographique.  C’est le moment pour  » à cet endroit » , un doux morceau.

Et puis « être là » arrive, être là au bon moment pour saisir les bonnes choses comme provoquer sa chance, il faut juste avoir le temps d’être là.  Musicalement, c’est doux et c’est agréable aussi sur  scène. Elle est sensuelle est elle fait ressortir cette sensualité, c’est comme si la musique la possédait.  » Ma route » a un rythme enfantin, les paroles sont chantés comme une mélodie rythmée. Le bassiste, Valentin, chante avec elle  et on se laisse aller, sur la route. L’harmonie est belle, pas le temps de s’arrêter, il faut continuer sur la route.  La technique du bassiste, Valentin, est juste énorme : il joue sur sa basse comme sur une guitare.  » Les fleurs » est un titre plus doux, plus acoustique.

 » Devenir fou »  est un titre rock, qui invite à la folie. Chloé fait ressortir justement cette folie sur ce titre , elle joue sur sa sensualité  » Par ta bouche » nous laisse en suspens, parce que c’est par la bouche que le son passe et que cette fille, si belle, donne son énergie.  » On ne meurt plus d’amour » m’évoque quelque chose musicalement, comme une danse, un combat mais aussi un appel, un appel pour que les autres écoutent. C’est une belle composition, et la voix est parfaite. Elle respire l’esprit libre. Et la danse, la liberté dans la danse.   » L’éternité » a des influences enfantine, parce qu’on aimerait tous vivre éternellement et aussi peut-être parce qu’enfant, on veut devenir adulte mais une fois adulte, on veut rester enfant, le texte commence par  » J’aurais pu » mais  » J’aurais préférer » . Jeu de lumière.

Rien n’est aussi  bon que ce que je ressens à ce moment-là : la liberté. On termine en beauté la soirée avec  » Il se noie » , le public en rythme et la chanteuse se déchaîne sur scène, elle est faite pour ça: pour permettre aux gens de se sentir bien dans sa musique. Un rappel pour  » La cavale » le titre de son album. Elle a déjà tout une grande, j’ai vu en elle une femme qui incarnait le lâcher-prise et le chic parisien.

Une belle soirée et de belles découvertes. Pour 3 minutes sur mer, le titre que j’ai préféré est peut-être  » Cage » pour sa thématique et la voix , pour Robi, le morceau coup de coeur c’est surement  » On ne meurt plus d’amour » pour ses paroles et sa musique, sans oublier la voix qui me touche, bien sûr . La chanteuse  a tout d’une grande, elle cavale au galop, sans jamais se retourner derrière. Merci aussi au manager de Robi, qui m’a reconnue parce qu’il s’occupe aussi  de Demi Mondaine (d’ailleurs, ils vont sortir un nouvel album bientôt), avoir la reconnaissance des professionnels de la musique est juste fou, énorme.  Parce que, oui, on est tous sur les mêmes longueur d’ondes. Photos de la soirée disponible en cliquant sur le Facebook du magazine ici 

Radio Elvis nous emmène  » Au loin » avec l’EP  » Juste avant la ruée »

radio-elvis-oui-fm

Second coup de coeur du festival OuiFM, le groupe français Radio Elvis qui a signé sur le label Pias et qui nous enchante avec leur EP  » Juste avant la ruée », une invitation au voyage. Il y a de belles compositions, de bons morceaux. Le groupe est originaire de Paris, et ça sa sent.  C’est un groupe français qui chante dans la langue de Molière. De façon juste, précise et musicale.

Beaucoup de groupes français chantent en anglais, afin de toucher un public plus large. Mais pas eux.  Ils ont réussis la bonne musicalité avec un texte en français qui colle avec une mélodie très rock.  Le batteur joue de la batterie d’une main et de l’autre fait du piano, il a une technique qui pousse l’admiration. Pour ma part, je dois avouer que j’ai un faible pour la mélodie que produit la guitare.

J’ai un gros coup de coeur pour la chanson  » Au loin les pyramides » qui a un clip digne de la chanson, sur le thème du voyage et de l’indépendance. Le voyage, c’est essayer de se trouver, en tant qu’être humain. Et c’est ce que la musique essaye de transmettre, c’est ce que je ressens.   » Des colonnes de fumée… Au loin les pyramides.. »  Le texte de  » La traversée  » est assis sur ce thème-là, comme une traversée du désert.

Musicalement, c’est poux doux, plus pop. Et on ne voit que le chanteur, avec une bouteille d’alcool. Alors que dans celui de  » Au loin les pyramides » représente le groupe au complet, en train de jouer dans le désert, avec une caméra qui filme en noir et blanc.  Comme le veux la bonne tradition du rock’n’roll.  Le clip donne d’ailleurs envie de partir ailleurs.

Citizens joue sur la féminité avec  » My Kind of girl »

Citizens

En prévision de mon départ à Londres, on reste dans la musique anglaise. Il est enfin disponible et je l’attendais avec impatience ! Le nouveau clip de Citizens, celui de  » My Kind of girl ».

Il est vraiment très bien réalisé, j’avais vu quelques images avant sa mise en ligne officielle et cela me laissait perplexe . Mais ça vaut carrément le coup d’être vu.  On démarre la vidéo de façon militaire avec une femme qui donne des ordres à des hommes. Jusque là, cela me plaît. Elle s’approche d’un homme et lui demande pourquoi il sourit, il ne répond pas. Tout cela démarre un peu comme dans dans un film avant qu’on enchaîne avec la chanson.

Mais ensuite s’enchaîne une série d’obstacles, où les hommes cherchent à l’impressionner, tournent autour d’elle en moto, et elle, elle sourit. Heureuse . Quelle femme n’aime pas que les hommes lui tourne autour ? Je me le demande . L’ambiance y est militaire, sauf que c’est une femme qui dirige les hommes et ce sont eux qui doivent faire des exercices physiques sous ses ordres.

La scène la plus impressionnante est peut-être l’obstacle en feu, la moto saute dans le cercle et finit sa trajectoire en roulant. La jeune femme lance un regard, adossé à un camion. Elle lance son regard à un des motards qui passe devant elle.  Les motards n’hésitent pas à faire une pyramide humaine et masculine sur une seule moto, et à tenir en équilibre. Chose que je ne ferais jamais mais qui m’impressionne.

Le clip se termine sur la jeune femme qui finit par partir avec le motard qu’elle regardait. Un clip où il y a beaucoup du jeu d’acteur, parce que tout se fait sur le visage, et sur le regard. Parce que dans le regard, souvent, tout est dit.

Je vous invite à aller y jeter un oeil, juste ici 

Temples défend un premier album  » Sun Structures « 

Temples, British psychedelic pop band

Je vais vous parler d’un de mes gros coups de coeur du festival  OuiFM qui s’est déroulé à Paris cette semaine. Vous avez remarqué le live du groupe Temples ? Ils venaient jouer sur scène leur premier  album  » Sun Structures » et vous connaissez mon amour pour les anglais.  De plus, ils ont un côté très Beatles qu’on ne trouve plus aujourd’hui et qui m’a tout de suite plus. Focus sur les musiciens : James Bagshaw, Adam Smith ,Samuel Toms ,Thomas Warmsley, et ils viennent de Kettering en Angleterre.

On commence l’album avec  »  Shelter Song »  qui annonce déjà la couleur de l’univers du groupe. C’est du rock qui me fait penser à celui des années 60, musicalement on pourrait dire que c’est une ballade. Mais on change vite d’avis quand on entend  » Sun Structures » qui est le morceau phare du disque, avec un rythme plus puissant au début, et la voix du chanteur à la Paul Mc Cartney. Il y a une large place pour la musique, un solo musical pendant lequel c’est à nous de donner le rythme. J’imagine bien le titre passer dans un film.

« The Golden Thrones » est sans doute  mon coup de coeur de l’album. On se laisse bercer quand on entend l’artiste chanter. On a envie d’aller conquérir ce trône en or. D’ailleurs, la chanson m’a légèrement fait penser à la série  » GOT » pour son atmosphère mystérieuse.   » keep in the dark » est plus doux, c’est quasiment un titre en acoustique, la chanson est simple, avec des choeurs qui nous plonge dans une atmosphère sombre, mais on en ressort plus forte. C’est sur ce titre-là que l’on pourrait danser une valse, au début romantique et puis on monte en crescendo.

« Mesmerise » a un côté irlandais que j’aime beaucoup, on siffle, on marche, la voix est bien harmoniser et nous parle d’un paradis. Personnellement, si eux m’emmène au paradis, je dis oui. Je dis ça parce qu’ils ont du talent, bien sûr. Ce titre nous fait passer un moment joyeux aux premières écoutes, et par la suite aussi. Le paradis est là, juste devant toi, tu n’as qu’à le prendre, semble-t-on nous glisser à l’oreille.

 » Move With the Season » nous invite à bouger entre les saisons, à changer les saisons du temps en un claquement. Le rythme est doux et lent, il laisse une place pour la voix, c’est un morceau sentimental. L’ambiance est aux années 60, autant musicalement que pour le look, c’est une plongée dans ce temps-là.  » A Question isn’t Answear » a une mélodie progressive  et avec une allure poétique. L’introduction musicale est longue, mais c’est ça qui est bon, les musiciens sont là pour nous donner de la musique et l’amour qu’elle apporte. Et le chanteur enchaîne. Ils nous compte l’histoire du futur, je peux nommer chaque note à tel point elles sont précises.

« The Guesser » est une ballade avec un rythme lent, la voix est en harmonie Sur des sonorités électrisantes, le titre se veut comme une ballas romantique avec des fonds de guitare.  » Test of time » nous emmène cette fois en ballade, le groupe nous invite à tester le temps, les voix raisonnent à nos oreilles.

« Sand Dance » est mon second coup de coeur. Allez savoir pourquoi. Il y a une harmonie aux influences du rock et des paroles qui me laisse perplexe.  » We have to see » . C’est comme une marche déterminative, qui détermine ce que nous voulons. C’est un titre à la fois mystérieux de par son côté profond et ambitieux parce qu’il semble inviter celui qui écoute à trouver son chemin, propre à lui.

« Fragment’ Light » est un titre beaucoup plus doux que les précédents, mais c’est peut-être ainsi parce qu’il termine l’album.  En acoustique, la guitare est caressée d’une façon très sensuelle. Et le chant est juste sublime, c’est la sensualité et l’harmonie qui ressort de cette chanson.  La vie, ce sont des fragments de petites choses qui la rendent belle.

Cet album, il est juste géant ! Temples réussit  à inventer la musique de l’esprit en s’inspirant des influences qu’ils possèdent et en créant quelque chose de nouveau. Je vous le recommande parce que ce n’est pas tous les jours qu’on découvre un groupe comme ça. Merci  à la maison de disque Pias pour cette belle découverte.

The Mispers nous emmène avec eux en  » weekend »

The mispers

Vous devez vous souvenir de ce groupe anglais pour qui j’avais totalement craqué, non ?  Leur dernier single, weekend, m’a fait replongé dans leur univers si unique.  Eh bien, ils sont toujours un de mes coups de coeur, et ce, peut-être bien depuis que je les ai découvert en live.

Hannah, la violoniste, c’est elle qui m’a donné envie de m’intéresser plus au groupe , mais j’avoue avoir quand même un petit faible pour les musiciens et pour la voix du chanteur . J’aime la musicalité et , bien sûr, le chanteur a du charme dans sa voix. Le chanteur a la voix légèrement timide, un peu cassé mais ça fait tout le charme et la puissance vocale du groupe.

Le thème abordé : le weekend, les vacances,  la détente.  » Take me to the weekend » est un moment de partage et de joie. Ils nous invitent pour un weekend à Mexico, pourtant de l’Angleterre au Mexique, il y a du chemin à parcourir. Comment définir le style ? Rock alternatif, mais l’ajout du violon est quelque chose de nouveau donc oui, rock alternatif

J’aime l’esprit qui s’en dégage, l’esprit de ballade, le chemin de la vie et de la joie, quoi. Ces anglais ont tout pour me plaire : du charme et du talent.  La musique me touche, ce titre-là en particulier me donne envie de partir en vacance et, surtout, en week-end ! On voit au lin quand on part en week-end, on a envie de parcourir le monde entier.

En France, ils ont signés sur le label  » Tôt ou Tard » et je peux déjà vous dire que leur premier album sort en fin d’année, alors en attendant, ils nous font patienter avec quelques titres diffusés par ci par-là

The AfterParty nous embarque in « This Town »

The afterParty

Vous savez que je pars à Londres la semaine prochaine et je suis tout excité à cette idée !  De plus, un programme m’attend là-bas, mais je vais surtout en profiter !  J’aime aussi la culture anglaise, que ce soit la littérature ou la musique !  Connaissez-vous le groupe The AfterParty ?

Les 5 musiciens sont originaires de Londres et font du rock ! Laissez-moi vous dire qui ils sont :   Nic Matthews  au chant, Matt Semmens à la guitare, Joe Roshier pour la seconde  Guitare, Dave Sheard à la basse , Matt Russell à la basse. Ils sont bons, talentueux, et charismatique. Pourquoi  The Afterparty ? Peut-être parce que quand on est un groupe de rock, on travaille en s’éclatant !

J’ai un gros coup de coeur pour « Open Road » qui est une chanson, essayant de obliger quelqu’un à dire pardon, c’est vrai que  les gens ne s’excusent pas assez de nos jours, mais bon, c’est leur problème. C’est vrai, certains devraient plus s’ouvrir et être ouvert d’esprit. Pour ça, rien de mieux que  de partir sur la route. Seul(e) ou avec  les gens qu’on aime. C’est du rock aux influences punk, je dirais. Un groupe dans lequel je me reconnais donc. Mais les sujets abordés sont sincères et touchants comme  » Liar Liar » avec l’amitié hypocrite ( quelque chose que j’ai eu le temps d’essayer, malheureusement… Eh oui, plus on avance dans la vie, plus on se rends compte qu’on a très eu de vrais amis) Le titre  » This town » nous emmène dans une ville, imaginaire ou inconnue. Ou tout simplement Londres. Musicalement, on sent le son de la guitare nous parcourir , et on a envie de sauter, ça doit bouger en concert, c’est moi qui vous le dit

En quelques mots, ils ont un EP de quelques titres, mais ça devrait vous plaire et ça mérite de traversé la manche pour atterrir en France.  J’aime la voix du chanteur et sa diction, sans compter la mélodie qui, au fil des chansons, est toujours un peu plus envoùtante.

Sur le plan musical, ça hurle, c’est bon et ça danse , et moi, je m’y retrouve parce que c’est ce genre de musique qui me fait vibrer et qui me donne envie d’aller toujours plus loin.  L’Angleterre, c’est l’une des terres les plus connues  pour le rock.

Sublime clip pour Selena Gomez avec  » Good for you »

Selena

Il ne nous aura pas fallu très longtemps pour attendre que le clip vidéo du nouveau single de Selena Gomez soit mise en ligne. Fidèle au morceau, le clip respire la sensualité et l’honnêteté.

On y découvre Selena sous plusieurs angles, mais surtout elle commence à être plus femme, plus mature et à être plus sexy. Le passage qui m’a convaincue ? Celui où on la voit sous la douche : elle est nue mais on ne voit que son visage et ses épaules , elle tient à rester élégante, à devenir  femme sans pour autant être vulgaire. C’est une véritable bouffée de fraîcheur.  C’est une vidéo simple, sans artifice, avec un décor tout en intimité.

J’aime ce côté sensuelle  et dévêtue, femme. Cette fois, Selena est seule, il n’y a pas de featuring, pas de rappeur. Il y a juste Selena. L’artiste est devenue une femme et j’approuve.

Découvrez-le juste là 

« Take it Back » by Soul Square

Soul Square

J’ai rencontré un groupe au concert mercredi  soir. Ils animaient la deuxième partie de la soirée. Il s’agit de Soul Square. La France réserve de belles surprises, surtout au niveau de ses talents.  Ils sont 4 rappeurs/musiciens/DJ Arshitect, Atom, Guan Jay, Permone ( Plusieurs talents en chaque personne)  dont la star, celui qui interprète ses morceaux n’est autre que Racecar, que j’ai eu l’occasion de voir en live avec Asagaya.

Au chant, on comptera peut-être  aussi Mary-May qui sortira prochainement son EP, elle ne devrait pas tarder à entrer en studio avec Guts pour l’enregistrement.

C’est un groupe de hip-hop qui fait monter la température en concert. Pour la partie live. Sinon, c’est un groupe de hip-hop, originaire de Nantes. Loin de se limiter à un style, ils font aussi du jazz et de la soul. Chacun peut se  retrouver dans un style.

J’ai pu les rencontrer après le show puisque Dalila m’a présenté et je commence à vraiment apprécié cet univers. Je m’y sens bien.  » The world is mine », le hip-hop est aussi une belle façon de s’exprimer à travers les lettres, l’écriture.

Ils ont un album assez sympa que je recommande  » Live and Ucult » avec différentes influences musicales.  L’aspect poétique et rap fait de l’album un bon mélange, c’est cool !  Jolie découverte, après quelques écoutes qui ne sont pas nombreuses, j’accroche et la musique me touche.

Il y a également un côté  jazz que j’aime beaucoup et qui rajoute du charme .

Breaky Boxes donnent leur EP  » After All »

Breaky Boxes

On voyage en France jusqu’à Rouen, en Haute-Normandie.  J’ai reçu au courrier le disque de ce groupe français très très bon . Il y a des influences similaires au blues sur certaines chansons, mais  c’est du bon rock. Laissez-moi vous présenter ces garçons : Jean-François au chant et à la guitare, Brice à la basse, Valentin à la guitare et Simon à la batterie.

On démarre le disque avec  » The limit » où, musicalement, une guitare fait son introduction et nous invite à nous poser sur la plage, pour écouter la musique. Il y a des moments où les frissons sont là , et la musique transmets une énergie. Pour l’instant, le voyage se fait sur les routes de France. Mais avec  » Hollywood » on part de l’autre côté de l’atlantique, d’ailleurs musicalement, il y a clairement des influences qui sont, je dirais, du blues américain. Mais c’est bon à l’écoute, ça passe sur la plage, pour danser, pour ma part, cela me prend au sentiment, un sentiment de liberté.

« Twenty » est leur premier clip, celui que je n’avais pas hésiter à décortiquer et quel plaisir de retrouver cette douceur sur un disque. Sur ce titre-là, j’ai plus l’impression de retrouver des influences de chez moi, à Paris.  On chante, invitation à marcher, je me vois déambuler dans les rues de la ville, la chanson dans les oreilles.  » Night Out » est un titre beaucoup plus profond, qui s’inscrit sur la tonalité rock. Il y a une batterie qui donne le rythme , c’est un morceau à écouter la nuit parce que c’est la nuit que tout s’anime, et que les femmes dansent de façon sensuelle et sexy. Voilà ce que m’évoque la chanson. Un homme sexy au micro qui installe une ambiance festif et des femmes qui dansent.

« In the shade » on est plongé dans une atmosphère rêveuse et enchanteresse, avec nos ombres qui nous suivent.  « On the floor », donc on se laisse aller et on danse . Une soirée estivale pendant cette chanson, à travers ces paroles-là en particulier.  C’est doux, c’est mélodieux, et puis, quand le chanteur pousse sur les aigus, c’est bon à l’oreille. C’est une caresse sensuelle.

Dernier titre  » U.F.O  » nous emmène directement sur l’océan . Vers la liberté. La liberté de voir au-delà des apparences. La musique est quelque chose  de collectif et ça se ressent au niveau des voix. L’univers est poétique, pour aller vers le large.

Et le disque se termine sur une note poétique. C’était bon, c’était beau. Un album à emporter avec soi en vacance !  La musique, c’est le partage, le rassemblement et l’amour.