« Take it Back » by Soul Square

Soul Square

J’ai rencontré un groupe au concert mercredi  soir. Ils animaient la deuxième partie de la soirée. Il s’agit de Soul Square. La France réserve de belles surprises, surtout au niveau de ses talents.  Ils sont 4 rappeurs/musiciens/DJ Arshitect, Atom, Guan Jay, Permone ( Plusieurs talents en chaque personne)  dont la star, celui qui interprète ses morceaux n’est autre que Racecar, que j’ai eu l’occasion de voir en live avec Asagaya.

Au chant, on comptera peut-être  aussi Mary-May qui sortira prochainement son EP, elle ne devrait pas tarder à entrer en studio avec Guts pour l’enregistrement.

C’est un groupe de hip-hop qui fait monter la température en concert. Pour la partie live. Sinon, c’est un groupe de hip-hop, originaire de Nantes. Loin de se limiter à un style, ils font aussi du jazz et de la soul. Chacun peut se  retrouver dans un style.

J’ai pu les rencontrer après le show puisque Dalila m’a présenté et je commence à vraiment apprécié cet univers. Je m’y sens bien.  » The world is mine », le hip-hop est aussi une belle façon de s’exprimer à travers les lettres, l’écriture.

Ils ont un album assez sympa que je recommande  » Live and Ucult » avec différentes influences musicales.  L’aspect poétique et rap fait de l’album un bon mélange, c’est cool !  Jolie découverte, après quelques écoutes qui ne sont pas nombreuses, j’accroche et la musique me touche.

Il y a également un côté  jazz que j’aime beaucoup et qui rajoute du charme .

Publicités

Asagaya à l’international

Asagaya Vous le savez, je me balade souvent entre deux styles. Je suis allé faire un tour au concert de Asagaya, DJ que j’avais déjà eu l’occasion d’interviewer , mais pas encore de voir en concert. Le lieu du bar international se situ dans un quartier de Paris en face d’un disquaire ( la preuve que les vinyles sont en train de revenir à la mode)  et le concert se déroule dans une sorte de cave, un bar en face . Je prends mes marques, surtout au pied de la scène.  Dés que j’arrive, Dalila me saute dessus :  » Hey ! Daphné, ça va ? ça fait longtemps !  » Surprise, mais quel plaisir de la revoir. Ce soir, Asagaya mixe avec deux autres artistes : Mary-May ( que je connais déjà très bien parce qu’elle chante souvent les titres de Guts) et et Racecar, un chanteur américain ( que je connais déjà aussi, donc, puisqu’il a eu l’opportunité d chanter quand Asagaya a fait la première partie de Guts à la Cigale) Et c’est parti pour une soirée  » Carpe Diem » avec un public réceptif et des artistes  qui ont du talent. Et c’est parti pour le  » Mother Fucking Bitch » de Racecar avec un public réceptif. J’aime bien les compositions de Asagaya , on oscille entre le rap et le rock. Certains morceaux sont plus hard rock que les autres mais j’aime ces influences-là, j’ai l’impression d’être dans mon univers. On note la bonne ambiance, les chants du public, Asagaya est un homme mystérieux, mais qui laisse son talent s’exprimer.

C’est pour ça que j’apprécie cet artiste. Bon, par contre, public légèrement alcoolisé mais c’est marrant, je ressens de l’énergie, si puissante que j’en perds mes mots et que je ne sais comment décrire La seconde voix de la soirée, c’est Mary-May qui bouge  comme une déesse sur scène. Timide malgré elle, elle cache bien son jeu. Racecar descend dans le public, s’approche de moi, me prend à part avant de me relâcher. Il joue son album plus 2 et 3 autres nouveaux titres.  Ce disque  est un voyage, celui d’un personnage qui rencontre des gens, et ces rencontres le font évoluer. Un peu comme dans la vie. L’album  » Light of the dawn » est une vraie merveille, produit par Guts, sur le label Open Side Music, il mérite clairement d’avoir du succès.  D’ailleurs, cet album est inspiré directement des U.S.A et de l’atmosphère que l’on y trouve musicalement.

Mary-May chante à merveille  » The nature of créature » en featuring avec Racecar.  Derrière ses platines, Asagaya sait choisir les bons chanteurs qui le mettront en valeur, lui et sa création.  On danse, on chante, il y a une bonne ambiance , c’est cool !  J’aime bien ce titre parce qu’il me donne envie de  danser et il me fait me sentir bien.  Sa voix est si enchanteresse. On stresse tous un peu avant de monter sur scène, mais elle, elle ne le fait pas ressentir, elle transmet du positif.  Elle vient de Paris mais elle a la voix d’une femme de Brooklyn à New York, c’est impressionnant . Le show était cool, bref , bonne soirée !

Duo Mary-May et Racecar pour le chant, Asagaya aux platines, au top . En deuxième partie de soirée, Soul Square, des DJ aux beats originaux, et la chaleur humaine s’installe. Croyez-moi, on l’a sent bien !  Il fait chaud, on transpire, mais c’est ça sentir les choses humainement, avec la sueur et la transpiration.

Soirée de fou !  Les artistes en France, il y en a beaucoup ! Merci à Asagaya pour le verre qu’il m’a offert après le show, c’était bon !

Masta Kim balance un son hip-hop/Dancehall

Masta Kim On change du rock et on va dans le style du hip-hop, d’accc ?  Je vous présente Masta Kim, c’est un MC français qui vient du 74, mais qui a voyagé un peu partout dans le monde , de Paris à la Jamaïque en passant par Brooklyn.  J’ai reçu le disque au courrier et j’ai vraiment été surprise, même à l’écoute.  Masta Kim nous vient de JamaÏque, c’est là qui s’est installé, à St Laurent, pour travailler sa musique, d’ailleurs le disque est inspiré de là-bas et comporte beaucoup d’influences, qu’il soit question des textes ou des mélodies. Masta Kim est passionné de Reggae, de dancehall et de hip-hop alors mélangez tous ces styles et ça donne un cocktail vraiment sympa. Je vais vous parler de son nouveau disque.  8 titres qui nous embarquent avec lui en voyage.

Les vives hip-hop sont, quant à elles, prises à New York, dans le quartier de Brooklyn. Le premier morceau qui ouvre le disque, c’est MKI, j’aime bien les beats qui le composent et la musique qui t’envoûte, le texte est cool aussi, il parle de destin et de but à atteindre donc c’est un thème qui me plaît, on sait tous qu’il faut s’accrocher à ses rêves et persévérer si on veut réussir.  La vie est une suite d’efforts, et plus les épreuves s’endurcissent, plus il y a du mérite.

 » Tiens ta langue » pourrait s’adresser à ceux qui ne tiennent pas leur langue et qui parlent souvent, sans calculer les mots qu’ils disent, même s’ils sont violents. Le texte est cool, sympa, j’aime bien les rimes. C’est l’histoire d’un gars qui parle sans agir, mais il vaut toujours mieux agir que se contenter de dire les choses.  » Marijuana » est sans doute le morceau que je préfère, « laissez-moi rouler mon fil de Marijuana » . C’est le titre qui m’interpelles, je trouve ça provoquant mais c’est bon. J’aime la provocation, l’esprit rock’n’roll, même en abordant des sujets tabous, c’est ça qui plaît à mon avis, de Jamaique à Londres en passant par Paname ( Paris) . En gros, le message ce serais,  c’est la substance de la marijuana donne des ailes et des envies pour avoir de bonnes vibrations, d’ailleurs les rimes sont bien travaillés et j’aime bien ça, l’ aspect sur le texte  donne envie de l’écouter.  » Good Vybz » possède un texte directement dédié à la musique  » Musique is my mission, c’est mon moyen d’expression » il y a quelque chose de vraiment cool dans ce morceau. Une partie de respect, bien sûr pour la musique. Et je me laisser aller à la musique quand j’écoute. D’ailleurs, c’est vrai que la musique nous donne des putains d’ailes de malade. « Champion Style » en featuring Nybacush est  un titre teinté de Raggae avec une voix puissante et unique. J’aime bien le feat, il est vraiment sympa, c’est le genre de style qui donne le sourire, un truc du genre  » Souris à la vie !  » Une musique qui nous emmène à Londres, puis à New York et enfin, on effectue un retour vers Paris. C’est bon et c’est original.

On enchaîne les beat sur beat, donc originalité sur originalité.   » MC Réel »  pour le coup, c’est le texte  » J’irais avant pour ne pas être en retard » et puis, ce qui me plaît dans ce morceau, c’est que l’artiste dit  » La zik, c’est ma vie » , un peu comme moi.  Et puis, c’est un titre qui t’encourage à foncer.  » Tu veux avoir quelque chose ? Eh bien, fonce !  » On amène de l’énergie, de la bonne énergie.

C’est un mec qui parle sur un sujet et qui le connait bien.  La mélodie est plutôt pas mal, assez cool sur ce morceau.  La musique est douce au début mais vers le premier couplet, elle devient rythmée et puis reste douce, mais c’est le texte qui me parle le plus.  » Mes lignes »  nous balancent encore autre chose . C’est une chanson qui nous parle de la vie réel, mais pour autant, on apprend tout au long de la vie , on change les techniques. Une chanson qui nous invite à croque la vie à pleine dent mais sans pour autant se faire trop d’espoir pour autant. Parfois, en transgressant le système, enfin politique bien sûr. C’est bon, c’est cool ! Et, vous le savez, je recherche l’originalité dans la musique.

Il faut vivre sa vie, une vie de malade.  Parfois la barre est haute et la vie est longue, mais vivons les choses à fond.  La musique, toujours le nez sur les lignes, cela guérit, une sorte d’élixir qui assure la jeunesse éternelle et qui prolonge la vie.   » les rimes sont bénites » comme la musique. On termine ce disque avec  » Le temps passe » qui nous invite à réfléchir sur le passé et sur l’impact que cela fait sur notre vie  » Le temps passe mais il n’y a aucun passe-passe pour revenir dans le passé.

 » Les erreurs ont toujours du mal à s’effacer.  » La musique en elle-même nous invite à réfléchir sur nos erreurs, c’est un bon morceau, la rythmique est unique, on pose une base musicale et la voix s’y ajoute. C’est fun et c’est bon Moi aussi, je pourrais dire que j’ai envie de croquer la vie à pleine dent et je n’ai pas envie qu’on m’en empêche mais nos erreurs font ce que nous sommes, et peut-être bien que sans elles, on n’arriverait pas à se construire pour autant. Alors, je dirais peut-être qu’il faut toujours repousser ses limites parce que c’est comme ça qu’on réussit !