3 days in Amsterdam

photo Amsterdam

Hello tout le monde
Si vous me suivez sur les différents réseaux sociaux , vous devez savoir que je me suis rendue quelques jours à Amsterdam. Enfin, pour être plus exact, je logeais dans une banlieue d’Amsterdam, à Loenen.

Pendant mon séjour, j’ai pu me balader dans les chouettes petites rues d’Amsterdam. La ville est assez sympa la nuit, on peut marcher pendant des heures à côté des canaux. Il y a quelques petites rues qui m’ont bien plus, même les cafés qui s’y trouvaient.
D’ailleurs, la ville inspire souvent les groupes de rock, qui connait la chanson  » Amsterdam » du groupe Imagine Dragons ? C’est aussi le pays dont est originaire DJ Hardwell, un DJ qui marche assez bien en ce moment. Et puis, avant de partir, j’ai découvert le groupe  » We are FM », un groupe d’électron-rock hollandais.
Oui, la ville est aussi connue pour sa vie nocturne
J’aime surtout l’ambiance de la ville, très différente de celle qu’il y a à Paris . Les gens sont cool, sont dans la pensée  » Peace and love » et ne sont pas stressés pour le moins du monde. ( Tout le contraire des parisiens)

( Oui, bon peut-être aussi que le fait que la drogue y soit légalisée y est pour quelque chose mais je ne pense pas°
Amsterdam et ses banlieues sont assez sympa à découvrir, et puis Loenen c’est la hollande éternelle loin des touristes, j’ai aussi découvert qu’il existait des quartiers comme ça à Amsterdam et c’est vraiment cool. Ce sont des quartiers qui sont authentiques, très loin des touristes.

Sur Instagram, je mettais régulièrement mes photos, sur Facebook aussi et j’en parlais souvent sur Twitter. Voilà comment mes lecteurs pouvaient suivre mes petites aventures.

Dans la ville-même, on peut aussi déguster des croquettes ( végétariennes ou au poulet) spécialité hollandaise.
Les hollandais ne déjeunent pas, ils prennent en général un gros petit déjeuner et avalent juste un hot-dog en milieu de journée en attendant le dîner ( qui est à 18H 30) . Baladez-vous au sein du Rusk Museum, le seul bâtiment de la ville qui a été construit pour abriter des oeuvres d’art.
Parmi mes quartiers préférés, je pense que je suis sous le charme du quartier Jordaan, l’équivalent du Marais à Paris (en quelque sorte)

Oui, Amsterdam, ce n’est pas seulement la ville de la Weed ( » Weed »- Mauvaise herbe en anglais), ( d’ailleurs, c’est l’odeur que l’on respire dans les coffres-shop), mais il y a aussi beaucoup de galeries d’art avec des artistes tous plus géniaux les uns que les autres.

La langue hollandaise est difficile à apprendre, c’est un mélange d’anglais et d’allemand comme l’emplacement géographique , mais bon, on s’en sort très bien lorsque l’on pratique l’anglais ( d’ailleurs, c’est comme ça que je m’adrssais à mes petits cousins)

C’est aussi un pays où les vélos sont prioritaires, et où le symbole est le cygne ( dixit le Rusk Museum, je vous conseille vraiment d’aller le visiter)

Ce qui m’a le plus marqué, c’est sans doute l’architecture. Très différente de celle qu’on voit dans les autres villes que j’ai pu visiter ( ex: Athènes ou Barcelone)

Petit rappel historique : Savez-vous qu’Amsterdam a été construite sur l’eau, d’où les canaux dans la ville, comme Venise ? ( OU comme la ville de Rome, qui a été construite sur des marécages)

Le bowling en famille, c’est aussi quelque chose que je conserve dans mes souvenirs. D’ailleurs, la banlieue de Hilversun est assez sympa, les habitations ont l’air plutôt cool et, sur le plan de l’architecture, très belle . Bon, encore une fois, ce n’est pas Amsterdam mais c’est aussi une ville agréable à vivre .

Le système scolaire hollandais est comme celui en Allemagne : le matin 7 h – 13 – et les écoliers ont l’après-midi de libre pour faire des activités ( encore une fois, assez différent de ce qu’on a en France mais ils ont beaucoup moins de vacances que nous )

Voilà voilà, j’espère que ce petit article vous aura plu et vous aura embarqué avec moi aux Pays-bas pendant quelques secondes.

Publicités

« Rise Up » by Maude

Maude

Les propositions d’articles pleuvent en ce moment et j’en suis tout à fait heureuse ! Les vacances commencent pour moi mais il est hors de question que je chaume entres la relecture de mes cours , mon séjour à Amsterdam et le blog .

Je tiens à vous présenter une jeune artiste : Maude . Peut-être la connaissez-vous déjà ? Elle a participé à une émission de télé-réalité, ce qui lui a permis d’enregistrer son album, et de continuer ses études en parallèle ( ben oui, parce que de nos jours, les études, ça sert toujours).

( obtention de sa licence d’anglais quelques années plus tard. Je peux donc comprendre et ça me motive pour ma part à obtenir ma licence de Lettres Modernes et à continuer à faire ce que j’aime)

Cette jeune femme est originaire de Cannes et à une voix assez particulière. C’est une voix qui respire le soleil et le sud, c’est tout à fait ce dont on a besoin à sous la grisaille parisienne en cette saison !

Révélé en 2013, son premier titre sort par la suite  » Love the what you make of it », mais j’ai un énorme coup de coeur pour  » Love Not Money », c’est une chanson avec un vrai message. Eh oui, nous n’avons pas tous les mêmes moyens financiers, mais ce n’est pas parce que nous n’avons pas ces moyens qu’on ne peut pas réussir. La volonté et le travail, ça paye souvent ! Elle a également effectué un duo avec le célèbre Jason Derulo  » Trumpets »

Elle a bénéficier d’une première nomination aux NRJ Music Awards en tant que  » révélation francophone de l’année  » ( et on comprend pourquoi. Elle a vraiment du talent)
« Rise Up » est le top 10 des titres les plus diffusés à la radio, et ça se comprend. Les mélodies sont dansantes et entraînantes. La plupart des rythmes sonnent assez pop et dance mais c’est ça qui plaît, je suppose !

J’ai un coup de coeur pour « Rise Up » et pour  » Love what is make of it ». Elle invite à la danse et à aimer la vie , et ça, c’est chouette ! ( Mais bon, comme je le dis souvent mieux vaut que tout le monde chante plutôt que l’inverse)
L’album  » Hold Up » est disponible depuis le 1 er septembre 2014 !

Il y a également le titre  » seule » qui est relativement différent mais tout aussi bon. Une jolie mélodie au piano accompagne la voix de Maude, mais cela fait tout le charme de la chanson. C’est un texte qui nous parle de l’envers du décor et peut-être aussi du fait que, dans la vie, nous marchons souvent seul ( avec les bonnes personnes, d’accord, mais encore faut-il les trouver)

Son nouveau clip  » Seul » est vraiment très bien réalisé et très bien tourné. J’aime beaucoup, moi, en tout cas.

Si vous voulez découvrir  » Hold Up » je vous invite à le faire . N’hésitez plus et aller l’écouter car c’est vraiment très bon !

Maude est nominée aux NRJ Music Awards 2014 en tant que « Artiste Féminine de l’année » ! Vous pouvez la retrouver sur Twitter, Facebook, Instagram, et Youtube où les fans sont déjà nombreux à la suivre.
Elle remercie d’ailleurs ses fans à travers une vidéo youtube :https://www.youtube.com/watch?v=CZRO5a8J9z0&feature=youtu.be

Musicalement, je pense qu’elle ira loin . De toute façon, l’industrie musicale a toujours besoin de gens comme elle qui apportent le soleil, le sourire, et la joie de vivre, n’est-ce pas ? .

( Ai-je déjà dit que je rêvais secrètement d’assister à la cérémonie en tant que journaliste et d’accompagner une artiste ? Non ? Eh bien, si quelqu’un passe par là, il saura ce qui lui reste à faire )

Christine Berrou: une artiste haute en couleur

christineberrou

La dernière semaine de cours avant les vacances est souvent la plus difficile parce que je pense à pleins de choses en même temps et je me dis que j’ai une tonne de devoir aussi à faire. Alors, je vous propose un article ( un peu en retard, certes) sur ma copine Christine Berrou, une charmante chroniqueuse, rencontrée dans les studios d’Europe 1 Dimanche soir, Christine m’a invitée pour son spectacle humoriste au Point Virgule, au coeur du quartier du Marais à Paris , un show de stand-up avec une ambiance convivial .

Etant donné que j’avais deux places, j’en ai profité pour inviter ma maman qui, gràce à moi, à passé une excellente soirée. Mais revenons sur le show : c’est un spectacle bourré de blagues avec beaucoup d’auto dérision . On y apprend par exemple que Christine est bretonne, fan de Ryan Joubert ( oui, oui d’ailleurs l’entrée est gratuite pour lui )

Quand je suis arrivée avec ma mère, j’ai vu une longue file d’attente et j’étais pour le moins étonné que Christine arrive à ramener autant de monde mais tant mieux. Cela veut dire que le bouche à oreille marche en ce qui la concerne. C’est un show intelligent, sympa à regarder , qui nous fait rire, et puis on en ressors le sourire aux lèvres et des étoiles dans les yeux. ( c’est l’effet que cela m’a fait en tout cas) Certains critiques la définissent comme la wonderman de l’humour, en effet , elle est aussi bonne que Gad Elmaleh ( croisé aussi à Europe 1, mais entre nous, la personne qui m’aura fait le plus rire làs-bas, c’est Karl Lagerfeld)

Christine nous parle de sa famille, de son travail de journaliste ( chroniqueuse chez Europe 1 dans l’émission de Nikos Aliagas  » Sortez du cadre) Elle m’a donné le sourire le temps d’une soirée et elle me donne vraiment envie de m’accrocher dans mes études de lettres. Repenser à son spectacle, c’est comme…repenser à une copine qui t’a donné le sourire et l’envie de vivre. Le sketch que j’ai préféré ? hum…Aucun, j’ai aimé le spectacle dans sa totalité, et j’admets qu’elle a énormément de talent ! On a presque l’impression que, le temps d’une soirée, elle est notre copine et qu’elle se confie. D’ailleurs, n’est-ce pas ça le but d’une humoriste ? Tourner en dérision les choses de la vie, même les plus graves, et nous faire rire. Christine Berrou fait également partie du Jamel Comédy Club, à savoir la troupe d’humoriste de Jamel Debouz ( qui est un de mes humoristes préférés aussi ) Christine a 22 ans mais , à en juger par sa prestation, elle fait beaucoup plus mûre. D’ailleurs, j’aime beaucoup sa petite voix trop mignonne, c’est ça qui fait tout son charme. Elle a une voix de petite fille de 8 ans, mais elle en joue, et elle a bien raison. C’est une des choses qui l’a rends aussi attachante. Si vous voulez aller la voir, elle joue au Point Virgule tous les dimanches soirs, les billets achetés sur place coûtent aux alentours de 19 euros ( On paye le quartier en même temps, je pense…

Et puis, parce que c’est Paris, la plus belle ville du monde) De plus, j’aime aussi le fait que ce soit une femme qui fasse du stand up et qui prenne la parole . The woman power ! ( comme on dit, ou, si on suit la chanson de Beyoncé  » Run The world Girls ») Je sais qu’elle m’a offert ces places de bon coeur et je l’a remercierais éternellement pour sa gentillesse. Je tenais à la remercier à ma façon, c’est-à-dire en écrivant un article , et ce blog me permet aussi de raconter mes petites aventures dans Paris et à remercier les gens qui m’ont marqués sur ce blog et Christine en fait partie . ( comme Nikos Aliagas )

Dior: l’histoire d’un art

pub-lady-dior-marion-cotillard

Comme ce genre d’article sur mon blog me manquait, j’ai voulu en écrire un . En effet, j’aime beaucoup m’intéresser à tout ce qui est historique au niveau de la mode. Et, justement, en sortant d’un cours d’histoire littéraire, c’est ce genre d’idée qui m’est venue à l’esprit.

Cette fois, c’est à la marque Dior que je pense. Une marque qui a toute une histoire autour d’elle, qui plus est intéressante.

Tout d’abord, il faut savoir que Dior a eu plusieurs patrons : en premier Christian Dior ( c’est lui qui a donné son nom à cette maison), à sa mort Yves Saint Laurent la reprend et à tout juste 20 ans . La première boutique Dior a été ouverte à Paris au 30 Avenue Montaigne ( l’avenue la plus chic de Paris autrement dit la carré or de la ville. Les premières créations sont en 1947 au côté de Pierre Cardin. Le look Dior se veut innovant et nouveau, futuriste, et en effet c’est assez innovant pour l’époque.

En 1948, Dior se lance à la conquête des USA . La première boutique est ouverte à New York, mais ça n’empêche d’autre fabricants de faire des reproductions des créations et de greffer le nom du couturier. Mais c’est le début du succès.

Comme vous le savez ( car dit plus haut) à la mort de Christian Dior, la maison a été repris par le jeune Yves Saint Laurent ( son âge a fait beaucoup parlé, du moins si je me souviens correctement du film) Jusqu’en 1989, la maison est reprise par Marc Bohan . La société passe entre les mains du milliardaire Bernard Arnaud . Par la suite, c’est Gianfranco Ferré qui reprend la maison .

John Galiano reprendra les rênes à son tour mais son parcours sera subitement bousculé parce qu’il aura déclaré des propos antisémites qui le fera viré de Dior ( Bien que je sois pour le moins choquée et surprise, Galiano a fait toute mon admiration lors de la sortie de son parfum  » Parlez-moi d’amour » et le fait qu’il ait pris Taylor Momsen comme égerie)

Les parfums les plus fameux sont Miss Dior Chéris ( voir mon article) et  » J’adore » dont la promotion est fait en ce moment.

Dior a vu passés de nombreuses égeries, de Nathalie Portman pour Miss Dior à Robert Pattinson, qui est actuellement le visage du nouveau parfum pour homme . Marion Cotillard a aussi été l’égerie des sac à mains et Kate Moss a été le visage pour la campagne de maquillage  » Be Iconic ».
Actuellement, Dior fait la promo de son nouveau parfum et leur pub est très futuriste, d’ailleurs l’actrice qui l’incarne n’est autre que  » Charlize Teron », la marque imagine le monde à sa façon (« The Futur is Gold. J’adore »)

Actuellement se déroule l’exposition sur Dior au Palais Galiera à Paris ( Musée de la mode) qui vaut vraiment le coup

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la marque cherche toujours à rendre la femme belle car, au fond, nous sommes toutes belles intérieurement.

Le fait que les marques ne prennent quasiment que des actrices ( quand mannequin n’est le métier principal qu’elles exercent comme Kate Moss) montrent bien qu’être mannequin, c’est un peu comme être actrice . Il faut savoir jouer de son physique et entrer dans un rôle.

En un mot, j’aime beaucoup la marque Dior, les couleurs et les textures utilisées sont géniales ( autant que pour les cosmétics que pour les vêtements)

ITW with David Carroll

David Carroll

Hello chers lecteurs . Si vous me suivez sur Twitter, vous savez que j’étais très excitée à l’idée de mettre l’interview de David Carroll en ligne, que j’ai réalisé ce week-end !  Eh bien, c’est chose faite ! Si vous ne le connaissez pas encore, je vous invite à aller le découvrir sur sa chaîne youtube et je vous souhaite une bonne lecture :

Depuis combien de temps fais-tu de la musique

J’ai commencé à 6 ans avec la trompette.  Je jouais dans un conservatoire en région parisienne. J’y suis resté de 9 à 12 ans. vers mes 19-20 ans, j’ai commencé à faire de la guitare et à écrire des chansons.

Quels sont tes inspirations ?

Mes inspirations ne sont pas forcément musicales.  Mon travail est centré sur le texte. Je m’inspire des événements qui me touchent et qui me donnent envie de m’exprimer. Prendre la plume, c’est graver un moment d’émotion, ne pas le laisser s’envoler dans le flux de la vie.  Musicalement, mon univers est très vaste.  Je ne suis pas inspiré par un style en particulier. J’écoute de tout, de Bob Dylan aux Beastie Boys et de John Coltrane à la Techno de Détroit.

Qu’est-ce qui t’éclates le plus ? La scène ou la composition ?

La scène ! J’adore ça. C’est là que je deviens vraiment moi-même. Après , dans la composition, il y a deux phases : La première, c’est la phase d’écriture qui peut être assez magique, lorsqu’une émotion “s’incarne” en chanson. La deuxième, c’est la production, qui peut être plus fastidieuse mais à laquelle j’ai fini par prendre goût. On me demande même de produire pour d’autres aujourd’hui…

As-tu déjà joué à Paris ?

Oui. Ayant vécu pendant 30 ans à Paris, j’y ai commencé mon parcours  de musicien, j’ai joué un peu partout. Au début, je bossais dans un petit bar de bikers dans le quartier de la Bastille, le “Wha wha café”. C’est là que j’ai fait mes premiers pas de musicien.  J’ai joué dans à peu près tous les petits clubs parisiens : la Flèche d’or, l’International, le Divan du Monde, Glazart, la Bellevilloise… et aussi quelques grande et belles salles comme le Bataclan et l’Elysée Montmartre.

5/J’ai un gros coup de coeur pour la chanson  » Holding out to love » que signifie-t-elle ? 

“ Holding on to love” a une histoire très particulière.  Tu connais James Joyces, l’écrivain irlandais ? Eh bien, il a adapté l’histoire de l’Odyssée en roman, sous le titre suivant : “ Ulysses”  et mon grand-père Joseph Carroll a adapté ce roman au théâtre, c’est un  clin d’oeil à mon grand-père et à mon père tous les deux écrivains irlandais, j’ai eu envie d’essayer d’adapter cette histoire en chanson. Chaque couplet fait référence à un des chapîtres de l’Odysée.

6/C’est une façon de se dire que quoiqu’il arrive, il faut rester accroché à l’amour ?

Tout à fait. C’est, pour moi, la grande leçon de l’Odysée d’Ulysse. Sa fidélité à Pénélope lui donne la force de traverser toutes les épreuves.

Quel est le message de l’album ? 

Je ne sais pas s’il y a vraiment un message….. Il y a 2 ou 3 ans, j’ai lu “L’éloge de l’amour”, un roman écrit par le philosophe Alain Badiou. Il y décrit l’amour et la révolte comme étant issus d’une même force, d’un même élan : l’empathie, notre capacité à sortir de nous même, de notre ego, pour nous projeter en l’Autre. J’aitrouvé cette vision très belle et romantique. Il se trouve qu’à cette époque j’avais une poignée de chansons “révoltées” et une poignée de chansons d’amour. La vision de Badiou m’a permis d’y voir une cohérence. C’est ainsi que j’ai intitulé l’album “Songs of love & protest”.

Qu’espères-tu transmettre aux gens à travers ta musique ? 

Ecoute… Pour ce qui est de l’album, le rapport qu’on a avec un disque est toujours très personnel donc je ne sais pas ce que les auditeurs y trouvent. En concert, je cherche à créer un moment de communion. Quand je sors de scène, si les gens on chanté et dansé, j’ai l’impression d’avoir fait mon job ! Si je réussis en plus à faire passer un ou deux messages sur des sujets qui me touchent comme le droit de vote des citoyens immigrés ou l’appel à la résistance à l’agression publicitaire, c’est encore mieux !

Merci David pour cette chouette petite interview. Il vit actuellement à Bordeaux mais sera de passage à Paris en novembre pour des projets musicaux . Ne le manquez surtout pas !

ITW with Kompass

10723664_837135173010080_1415496417_n

Hello . Je vous avais parlé du groupe Kompass dans un de mes articles, non ? Je vous présente aujourd’hui le groupe dans sa totalité à travers une interview , réalisé avec l’aide de ma copine Cindy. Kompass est un jeune groupe allemand que j’ai découvert grâce à elle. Ils travaillent actuellement sur leur premier album et ont sortis un single :Fernweh . Que l’on peut se procurer sur Itunes et Amazon
Le groupe se compose de 4 membres : Julian, Daniel, Marc et Christian . J’aime beaucoup leur premier clip car ils respirent la liberté et l’envie de vivre sur un son très pop-rock. Sur le chemin que nous empruntons pour vivre, nous croisons sans cesse des gens qui sont beaucoup plus dans le besoin que nous mais à qui nous tentons quand même de tendre la main. Voilà, ce n’est que mon interprétation personnelle mais bon, chacun est libre de penser ce qui veut

Présentez-vous en quelques mots

Nous sommes « KOMPASS » et nous jouons du rock/pop avec des paroles en allemand. Nous avons formé le groupe en été 2014. Notre ancien groupe s’appelait « Stereoview ». Le groupe est formé de 4 personnes : Julian, Daniel, Marc et Christian. Nous sommes aussi des amis et pas seulement des membres du groupe.

Comment trouvez-vous votre inspiration ?

Nous pensons que nous trouvons notre inspiration dans d’autres chansons mais aussi dans les choses qui nous arrivent dans nos vies. Un livre par exemple peut aussi vous donner de l’inspiration pour écrire une chanson. Mais principalement, nous sommes inspiré par d’autres chansons.

3/ De quoi parlent vos chansons ?

Nos chansons sont au sujet de ce qui se passe dans nos vies ou de choses auxquelles nous pensons. Généralement c’est très proche de la vie réelle, c’est parfois même autobiographique.

4/ Qu’est ce que signifie la musique pour vous ? Quelle en est l’importance ? Dites nous comment la musique est arrivée dans vos vies …

La musique est quelque chose de très important pour chacun d’entre nous. Cela signifie beaucoup. Nous écoutons de la musique et nous jouons de la musique tout le temps. C’est difficile d’imaginer une vie sans musique, ça ne pourrait pas fonctionner. Nous avons tous commencé à faire de la musique ou à jouer d’un instrument lorsque nous étions tout juste adolescents, vers l’âge de 13 ans environ. Depuis ce moment, nous n’avons jamais arrêté la musique.

5/ y a t-il un message que vous voulez faire passer à travers votre musique ?

C’est vraiment génial lorsque les gens disent qu’ils peuvent sentir la musique et s’identifier dans les paroles. C’est le but de tous les musiciens. Il n’y a aucun message politique derrière nos chansons. Nous voulons que les gens écoutent nos chansons et comprennent les paroles mais l’interprétation des paroles est totalement libre.

6/ D’où venez vous ? Pourquoi avez vous changé de nom de groupe ?

Nous venons de Betzdorf et Siegen. Ce ne sont pas les plus grandes villes d’Allemagne mais c’est pas trop mal de vivre ici. C’est situé dans l’ouest de l’Allemagne. Nous avons changé le nom du groupe car nous avons changé de membres dans le groupe mais aussi parce que nous pensons que c’était bizarre d’avoir un nom en anglais alors que nos chansons sont en allemand désormais. (NB : Stereoview avait déjà composé des chansons en anglais, désormais il s’agit principalement de chansons en allemand, d’où le nom allemand : Kompass). Nous voulions un nouveau concept et un nouveau départ avec un nouveau nom.

7/ Allez-vous sortir un album bientôt ? Pouvez-vous nous donner des indications sur vos projets futurs ?

Nous voulons réaliser un album aussi vite que possible. Pour le moment, nous sommes en train de composer de nouvelles chansons. Nous pouvons dire que c’est réaliste et que d’ici 2015, un album verra le jour. Nous voulons aussi jouer sur scène un maximum. C’est pour cette raison que nous faisons de la musique : l’amour de la scène.

8/ Pouvez-vous parler français ?

Nous pouvons dire quelques petites choses en français mais nous ne pouvons pas parler à quelqu’un en français *rires*

9/ Quel est votre plus grand rêve ?

Notre plus grand rêve est de vivre de notre musique en gagnant de l’argent grâce à nos chansons et concerts. Malheureusement ce n’est pas si facile mais nous faisons notre maximum pour y arriver. C’est important pour nous de rester nous mêmes. Nous ne ferons jamais quelque chose qui ne nous plaît pas vraiment juste pour le business. Au final, nous sommes surtout 4 amis qui s’amusent ensemble grâce à la musique.

10/ Qui a eu l’idée de la vidéo « Fernweh » ?

Daniel a eu l’idée principale de la vidéo. Il travaille dans le domaine du graphisme et du design et il savait ce qui pourrait fonctionner ou non. Cependant, nous nous sommes tous intéressés à la création du vidéo clip. Nous sommes très fiers du résulat et nous espérons que vous saurez l’apprécier également !

Vous pouvez retrouvez le groupe sur ces différents sites.

https://www.youtube.com/user/kompassband
witter.com/KOMPASS_BAND
http://instagram.com/kompass_band
Merci pour l’interview!!!

-KOMPASS-
http://www.kompass-band.de
http://www.kompass-band.de

Interview de Cindy Albion et Daphné Saillard.
Traduit par Cindy Albion


 » Not On Drugs » by Tove Lo

Tove LO 2

Waouh ! La fac ayant repris, je me replonge quotidiennement dans mes cours , mais je ne lâche pas mon blog pour autant puisqu’il fait parti de ma vie maintenant.

Vous connaissez Tove Lo ? C’est une jeune artiste venue de Suède, qui était de passage à Paris hier pour la promotion de son nouvel album  » Queen Of The Clouds ». C’est une artiste que j’ai découvert grâce à Aficia, le média pour lequel je travaille à côté du blog ( et des cours, par la même occasion)

Je suis littéralement tombée amoureuse de cet album. Je n’ai certes pas pour habitude de m’intéresser à des artistes pop mais on peut toujours faire des exceptions.  Musicalement, c’est une pop assez particulière car c’est de l’électro pop mais ça sonne un peu plus pop qu’électro. C’est tout ce qui fait le charme de l’artiste, si vous voulez mon avis.

Les thèmes abordés à travers les textes sont souvent assez ouvert d’esprits et chacun peut y trouver son bonheur et l’interpréter comme il entend. ( c’est le but d’un texte en même temps )

J’aime beaucoup cet artiste parce que, musicalement, c’est original et ça nous donne envie de nous y intéresser .

Pour ma part, j’aime beaucoup le clip de « Not on Drugs », une chanson qui aborde la drogue sans en faire trop et la vidéo est assez fun.

On peut écouter la musique de Tove Lo sur Deezer, et sur sa chaîne youtube.  N’hésitez plus et allez la découvrir , c’est une des révélations de cette rentrée et le son enjoué peut nous accompagner partout, y compris en cours !

Quoi de mieux pour démarrer l’année qu’un son sympa qui nous fait danser et aimer la vie ? `

à découvrir au plus vite .

« Fashion » by Rose Carpet

Rose Carpet

Hello ! En ce jour assez pluvieux sur Paris, je vous propose un article ensoleillé. J’ai décidé de m’intéresser de près au Concept « Rose Carpet ». C’est une chaîne youtube créer par la chaîne de télévision M6.

Emmy et Marie ( qui ont chacune leur propre chaîne youtube) sont au coeur de cette chaîne et présente chacune quelque chose . Par exemple, Emmy a interviewé Baptiste Giabiconi ( j’ai beaucoup aimé l’interview).

Les filles ( donc les deux chroniqueuses) se font parfois coachés par des personnalités, participent à des événements ( Défilés de mode ou festival de Cannes), nous font découvrir l’envers du décor en matière de mode ,…

Si vous suivez mon blog, vous savez que j’adore la mode au niveau historique et nous en faire découvrir l’envers du décor est vraiment quelque chose d’assez original.

Pourquoi j’aime et pourquoi je m’y intéresse ? Je trouve le concept intéressant et on apprend des choses sympa sur l’univers de la mode

( ex : Marie interview une jeune femme qui travaille en bureau de style: c’est tout à fait dans l’univers de la mode . Qu’est-ce qui va faire qu’une marque va acheter un assemblage de couleurs et va s’en inspirer pour créer sa prochaine collection ?)

Bref, la mode peut être un sujet tout à fait passionnant quand on s’y intéresse et c’est ce que je cherche quand je regarde ces vidéos-là ou celle sur la chaîne EnjoyPhoenix. Je pourrais d’ailleurs en parler pendant des heures puisque la liberté d’expression dans la mode, même en vidéo, est un de mes sujets favoris.

D’autant plus j’aime beaucoup le style des chroniqueuses de la chaîne  . Peut-être celui de Marie un peu plus parce que les pièces qu’elle présente sont assez jolies et cela colle bien avec sa personnalité.

Les youtubeuses sont des sortes de mini-égerie, beaucoup plus accessibles que les égéries elles-même ( ex : Kate Moss – Marie)  et sont souvent contactées par les marques pour faire la pub de leur produit . ( autre exemple : Bethany Mota, une jeune américaine, a créer sa propre ligne de vêtement et maintenant, c’est une personnalité assez stylé)

Mais à dire vrai, je ne trouve pas forcément cette démarche superficielle. Chacun s’exprime à sa façon, que ce soit en mode ou en musique. ( Natacha Birds, une jolie bloggeuse que j’avais déjà croisé à Paris , en est un bon exemple . Elle travaille avec des marques, fait la pub de leur produit mais cette fille-là est gentille comme un coeur)

Mon avis total sur Rose Carpet ? Très joli, concept original et sympa. De plus, les vidéos sont à chaque fois très agréable à regarder .

Séance de dédicace de Tokio Hotel à Paris 9 octobre 2014

TH à Paris 2

Hello tout le monde ! `

Depuis le temps que j’attendais ce moment, il est enfin arrivée ! Mercredi 8 octobre , j’étais aux alentours de 8 h devant la fnac, où je retrouvais une énorme queue de fans devant le magasin, plus de 300. Je me suis rangé avec les autres et me suis contenté d’observer cette queue immense.

D’un point de vue commercial, pour le groupe, c’est cool puisque cela veut dire qu’ils ont toujours du succès en France mais d’un point de vue de fan, c’est beaucoup moins chouette puisque ça risque de pousser, du moins, c’est ce que je redoutais .

Mais à ma grande surprise, il n’y a pas été question de cela. En effet, tout le monde était calme et de bonne humeur.

J’ai retrouvé certains de mes amis sous la pluie ( Benji et Dylan, si jamais vous passez par là, je vous fait des bisous)

Je crois que j’ai dû attendre 3 à 4 heures voir un peu moins. à vrai dire, ça ne m’a pas paru très très long puisque j’étais en compagnie de mes amis.
La distribution des invitations était à 16 h, la fnac l’a déplacé à 14 h mais, finalement, tout a été distribué à 11 h du matin.

Une fois que j’ai chopé le sésame, ni une, ni deux, je suis retournée à la fac en courant, mouillée et trempée, et très essoufflée. Mission accompli pour ce premier jour !

Jeudi 9 octobre :

Départ pour la fnac le matin et je constate avec surprise que la file est beaucoup moins longue . Peut-être parce que les fans étaient trop nombreux par rapport aux nombres de places limités que le magasin distribuait.

Mais j’ai été parmi les chanceux ! être dans la file d’attente, c’était une autre histoire. Du moins, c’était sympa de revoir des fans que j’ai rencontré en 2010 ( et d’ailleurs, merci à tous ceux qui sont venus me saluer dans la file)

D’ailleurs, je me suis retrouvé avec des filles que j’ai connu en 2012 et c’était vraiment sympa de les revoir. ( les filles, si jamais vous lisez ces lignes, je vous embrasse)

J’ai aussi été interviewer par la JRI de CàVous, en rapport avec le groupe, une sorte de micro-trottoir venant de leur part

Une fois dans l’auditorium, on se sent à l’étroit, c’est une salle vraiment petite, mais suffisamment grande pour accueillir du monde. Le groupe est là, en train de signer des autographes.

Je passe vers 15 h devant eux, Bill me sourit. Je balbutie timidement un  » I will love you » ( Je ne me souviens plus de la réponse de Bill, devant eux, j’étais dans un autre monde) mais le temps qu’ils signent mon CD est rapide. Voir un peu trop. Même pas 30 secondes. Cependant, j’ai réussi à les voir et de près.

Ce moment a été magique. c’était court mais intense. Chaque membre du groupe est souriant. Georg et Bill sont ceux qui m’ont le plus marqués avec leur look, Gustav est plus en retrait, un peu plus timide aussi mais c’était cool de le voir en vrai.

Si vous suivez mon blog depuis un moment, vous savez que je les soutiens énormément et que je me réjouissais à l’idée qu’ils reviennent à Paris. Merci aux agents de sécurité pour avoir fait en sorte qu’il n’y ait pas de débordement. Du moins, pas cette fois-ci.

Cette séance est un de mes meilleurs souvenir, si ce n’est le meilleur .

Retrouvez-moi aussi sur le site d’Aficia dans la rubrique musique pour lequel j’écris de temps en temps.